in

Le métavers est déjà là. Dépourvu de feux d’artifice, mais pleinement fonctionnel et plus accessible que la vision de Zuckerberg.

Le prototype du métaversum de Zuckerberg a fait ses débuts sur le marché, et nous en sommes encore à fixer des écrans plats archaïques comme des Néandertaliens technologiques. Avons-nous manqué une révolution ? Pas du tout, c’est la révolution qui sent la souris.

Il y a de fortes chances que vous ayez manqué un événement marquant qui changera le destin de toute l’humanité. Un événement qui permettra à la civilisation de sortir de l’ère de l’obscurité technologique et de reconstituer les règles qui régissent l’ensemble de la société. Nous assistons à une révolution qui va nous arracher aux chaînes de la réalité et nous forcer à entrer dans le cadre d’un monde hybride, virtuel-physique.

Mesdames et Messieurs, le 9 décembre 2021, le Metaverse est né dans le monde.

Si vous vous demandez encore pourquoi l’auteur de cet article fulmine, je m’empresse de vous expliquer que le 9 décembre dernier, Meta, la société mère de Facebook, a ouvert les portes du pays de l’Internet. Horizon WorldsUne expérience virtuelle pour les lunettes Oculus Quest 2, qui est censée être le prototype du métavers annoncé. Vous n’êtes toujours pas au courant ? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul. Le lancement de cet environnement est passé sans grand écho, on ne peut donc pas parler de révolution.

D’une part, ce manque d’information peut être dû au groupe limité d’utilisateurs autorisés à contribuer à l’enquête. Horizon Worlds dans la première phase de développement de l’application. L’expérience n’était disponible que pour les résidents des États-Unis et du Canada équipés de lunettes Oculus Quest 2. Si vous n’êtes pas activement impliqué dans l’industrie de la RV, cette révolution a peut-être simplement échappé à votre attention.

Cependant, on ne peut pas exclure (ce que je suis personnellement enclin à faire) qu’aucune révolution n’ait eu lieu, et que les débuts de l’histoire de l’Union européenne aient été marqués par une révolution. Horizon Worlds est juste un autre lancement mineur dans le secteur de la RV. De plus, il est marqué par les stigmates de Facebook, qui n’a pas eu un très bon parcours sur le marché américain ces derniers mois. Mark Zuckerberg et son équipe ont beau se considérer comme le grand réformateur du web, tout ce qu’ils proposent aujourd’hui Horizon Worldsn’est qu’une tentative de coller ensemble des expériences qui fonctionnent depuis longtemps dans la réalité virtuelle et qui ont un niveau d’immersion bien plus élevé à nous offrir que le métavers de Facebook.

En effet, lorsque nous démontons l’application, il apparaît clairement que nous avons affaire ici à une tentative d’unifier plusieurs outils en un seul endroit. Selon Zuckerberg Horizon Worlds est censé être un espace universel pour rencontrer des amis, méditer, apprendre, jouer ou avoir des conversations d’affaires. Si un tel métavers avait été créé dans les premières années de la mise en œuvre de la technologie de la nouvelle vague de RV, il aurait probablement connu un succès spectaculaire et ouvrirait aujourd’hui de nouvelles voies pour le développement des systèmes de communication à distance. Horizon Worlds fait cependant ses débuts plus de cinq ans après la sortie du premier Oculus et deux ans et demi après les débuts du premier modèle de la gamme Quest. Trop tard pour déclencher une révolution majeure sur place.

Au cours de ces quelques années de développement de l’industrie, de nombreuses expériences ont vu le jour qui, par leur complexité et leurs capacités, dépassent largement ce que l’on peut attendre de l’industrie. Horizon Worlds a à nous offrir. La plateforme de conférence virtuelle Engage VR est en développement depuis mars 2016 et fonctionne assez bien comme outil de conférence à distance. L’environnement graphique d’Engage VR est peut-être assez maladroit, mais les discours qui y sont tenus ont une certaine fraîcheur engageante qui fait défaut aux vidéoconférences classiques. Les participants peuvent avoir l’impression d’être dans la salle avec les intervenants et les autres invités.

Du point de vue du divertissement Horizon Worlds n’est pas exactement une percée non plus. Nous pouvons trouver un certain nombre de jeux multijoueurs dans les catalogues de jeux VR, mais malgré cela, nous savons tous qu’il n’y a qu’un seul roi du jeu VR, Battre le sabre en cours d’élaboration à partir de mai 2019. Sans oublier Epic Games, qui développe Party Royale, un espace virtuel pour les joueurs, à partir de 2020. Fortnitequi s’impose comme un média social de nouvelle génération. Qu’importe si Party Royale est absorbé par un écran plat « dépassé » plutôt que par des lunettes VR, alors qu’il tient parfaitement la promesse du métavers : rassembler les gens dans un même environnement et encourager l’interaction collaborative.

Les formateurs sont tout aussi heureux d’utiliser des outils de RV et n’ont pas besoin de Facebook pour transporter leurs stagiaires dans la réalité virtuelle. L’opérateur de casinos et d’hôtels MGM Resorts prévoit d’utiliser des lunettes RV dans son processus de recrutement afin de familiariser les candidats potentiels avec les défis auxquels ils seront confrontés. De cette façon, l’entreprise veut minimiser le risque de licenciement immédiat pour les employés qui ne sont pas pleinement conscients de ce qu’est le travail.

Le potentiel de la technologie RV n’est pas seulement utilisé par les grandes sociétés de formation étrangères, sur notre marché aussi il ne manque pas d’innovateurs qui s’occupent de la formation RV sans l’aide de Facebook. Un bon exemple est l’entreprise 4 HELP VR, basée à Wroclaw, qui a présenté un programme de formation à la santé et à la sécurité au travail et aux premiers secours en 2021. Le logiciel utilise les lunettes VR VIVE Focus 3 et un fantôme classique pour simuler des scénarios de formation hautement immersifs.

À ce stade, il convient de noter une chose extrêmement importante : bien que chacune des applications décrites ci-dessus soit de nature complètement différente, elles ont un point commun. Ils ont été créés en fonction d’un groupe cible spécifique. Il y a une petite chance qu’ils attirent des personnes qui n’ont rien en commun. Et par conséquent, ils sont relativement sûrs pour les utilisateurs.

Malheureusement, nous ne pouvons pas en dire autant de Horizon Worlds. La plateforme a à peine fait ses débuts sur le marché qu’elle fait déjà la une des journaux en ligne dans un contexte négatif. Parmy Olson, du site Bloomberg, a attiré l’attention sur le comportement inquiétant d’autres utilisateurs. Pendant les conversations, elle a dû faire face à plusieurs reprises à des avatars d’enfants qui tournaient autour d’elle et criaient dans des microphones, perturbant ainsi efficacement la conversation. À une occasion, elle a également été entourée par un groupe d’hommes qui ont commencé à prendre des photos d’elle avec insistance. L’auteur a admis que ce traitement subjectif l’embarrassait.

Il s’avère que ce ne sont pas des incidents isolés. Tanya Basu du MIT Technology Review a cité l’histoire d’un betatestereka Horizon Worldsqui s’est plainte auprès de l’équipe de modération de Meta du comportement inapproprié d’un utilisateur qui avait tripoté son avatar virtuel. Les témoins de l’incident n’ont non seulement pas réagi à ce comportement, mais ont même encouragé l’agresseur.

Un incident similaire s’est produit en 2016, lorsque Jordan Belamire a décidé de rejoindre le mode multijoueur pour la première fois après avoir été ravi par la réalité de l’expérience dans le module solo de QuiVr. Bien que dans le jeu nous ne soyons représentés que symboliquement (chaque joueur a des mains en lévitation avec des armes et un casque à la place de la tête), grâce au chat vocal, un utilisateur portant le surnom de BigBro442 a réalisé que Belamire était une femme. Dans l’un des intervalles entre les vagues d’ennemis, il s’est approché d’elle et a étendu ses mains virtuelles à l’endroit où les seins de Jordane auraient dû se trouver. Puis il a atteint son entrejambe.

Bien qu’il n’y ait pas eu de contact physique, le haut niveau d’immersion a donné à la joueuse l’impression que quelqu’un la molestait dans la réalité plutôt que dans un monde virtuel.

Nous ferions preuve de naïveté si nous supposions que de tels comportements ne peuvent se produire que dans les jeux et que le Metaverse en serait exempt. Oui, les modérateurs de Meta ont introduit une fonctionnalité de zone de sécurité dans Horizon Worldsqui bloque l’interaction avec les autres utilisateurs et est censé empêcher l’invasion de notre vie privée virtuelle, mais le fait qu’il ait fallu l’introduire en dit long sur les dangers qui guettent ces mondes virtuels. L’anonymat apparent et le caractère aléatoire de la sélection des utilisateurs qui se rencontrent dans la RV peuvent amplifier les comportements pathologiques. Metaverse comme Horizon Worlds veulent être un lieu de rencontre universel, un creuset social axé sur l’interaction mutuelle, mais l’interaction dans cette réalité anonyme échappe à tout contrôle et à toute norme sociale.

La possibilité d’interagir de manière intensive avec d’autres utilisateurs du métavers n’est pas une valeur ajoutée aux applications utilisables, mais un lest inutile et encombrant. Pourquoi utiliser ces mondes unifiés de la RV pour élever la communication à un niveau supérieur alors que leur utilisation nous expose à un stress supplémentaire, à des désagréments, voire au harcèlement des autres utilisateurs ?

Il semble beaucoup plus judicieux de confier nos identités virtuelles à des programmes autonomes où nous rencontrons des personnes en qui nous avons toute confiance. Au lieu de se promener dans Horizon Worlds pour trouver des jeux intéressants, s’adonner à la méditation ou se faire des amis, il est beaucoup plus sûr de suivre un cours dans Engage VR, de lancer une application de méditation spécialisée ou de s’entraîner dans des applications VR où l’interaction avec les autres utilisateurs se limite à battre vos records ou à communiquer par la voix.

Le métavers est déjà là, bien qu’il opère dans une bulle étroite et beaucoup plus sûre que celle que Facebook veut créer, et jusqu’à récemment, personne ne l’appelait ainsi. Mark Zuckerberg a beau prétendre être celui qui nous fera entrer dans une nouvelle ère de réalité virtuelle, son idée est simplement de rassembler les gens dans une expérience unique et multitâche et de leur donner une certaine liberté pour façonner ce monde numérique. Il me semble toutefois que le prix à payer pour participer à cette expérience sociale pourrait s’avérer trop élevé.

Oui, nous pourrions créer un métavers dans lequel des services, sous la forme d’une police virtuelle, maintiennent l’ordre et infligent des sanctions à ceux qui enfreignent les normes sociales. Mais voulons-nous vraiment introduire la rigueur policière dans une autre zone de notre vie, juste pour rassembler tous les plaisirs virtuels dans un monde VR pseudo-idyllique ?

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Crochet : entre rêve et réalité

Crochet : entre rêve et réalité

GamesVillage.it

Super Bomberman R Online : la saison 3 apporte un personnage de Suikoden