in

Crochet : entre rêve et réalité

Le célèbre réalisateur Steven Spielberg (E.T., Jurassic Park, Indiana Jones) a livré sa propre vision de la suite du destin du garçon connu grâce au roman emblématique de J.M. Barrie. Crochet, qui raconte l’histoire de Peter Pan devenu adulte, a eu 20 ans le 8 décembre 2021. Le film reste une production magique et extrêmement actuelle – également pour les spectateurs plus âgés.

En quête d’une nouvelle aventure cinématographique, j’ai décidé de revenir au genre fantastique pour me perdre à nouveau dans la perspective d’une autre réalité. La suggestion parfaite pour la soirée s’est avérée être CrochetLes cadres pittoresques ne manquent pas, de même que les valeurs importantes de la vie. La production, basée sur un scénario de James V. Hart et Malia Scotch Marmo, des années plus tard, nous rappelle à tous combien il est important de continuer à rêver et à voir le monde avec des couleurs aussi vives que dans les années d’insouciance, malgré la réalité grise souvent écrasante de la vie adulte.

Steven Spielberg nous invite à entrer dans une réalité magique bien avant que le Peter Banning (Robin Williams) du film ne pénètre dans le Pays Imaginaire. Le réalisateur, en utilisant le personnage de la vieille Wendy (Maggie Smith), a fait en sorte que ce soit ses brefs dialogues, combinés aux décors réalistes et à l’éclairage chaud créant une atmosphère chaleureuse, qui aient changé ma perspective du film. « Vous seul pouvez sauver vos enfants. D’une manière ou d’une autre, tu dois revenir. Tu dois t’obliger à te souvenir. Peter, ne sais-tu pas qui tu es ? » lui demande Wendy dans une scène après que Maggie (Amber Scott) et Jack (Charlie Korsmo) aient été kidnappés par les pouvoirs magiques du capitaine Crochet. Elle ouvre un livre sur les aventures de Peter Pan à côté de Peter pour qu’il comprenne qu’il est le personnage principal. Ainsi, l’espace d’un instant, elle parvient à m’emmener, et je suis sûr que de nombreux autres téléspectateurs l’ont fait, dans un voyage sentimental vers l’enfance. C’est Wendy qui, pour la première fois, donne à l’histoire une authenticité remarquable. Cette scène en particulier est également mémorable pour moi car c’est celle qui brise de manière unique la frontière du film entre la réalité paisible qu’il décrit et celle qui ressemble au cauchemar onirique de Peter qui se déroule dans la maison après la disparition des enfants. Après une conversation avec sa prétendue grand-mère, l’homme se rend compte que la situation apparemment irréelle de l’enlèvement va bientôt le ramener à la réalité qu’il a depuis longtemps oubliée. Il convient de mentionner que la scène entière a été créée sans l’utilisation d’effets spéciaux, qui n’apparaissent pas très souvent dans les films, ce qui fait qu’elle reste si spéciale pour moi.

Photo : matériel de presse

Le guide pour retrouver les souvenirs – à la fois pour Peter et pour nous, les téléspectateurs – devient la fée Clochette (Julia Roberts). La fée emblématique apparaît au bon moment, nous faisant voyager sur l’île de l’enfance éternelle. En pénétrant dans le Pays Imaginaire – rempli de motifs familiers de pirates, de sirènes et d’enfants perdus du conte de fées original – nous faisons partie d’une histoire enchanteresse, ouvrant un portail vers le monde de l’imagination. Le pays magique de l’enfance éternelle nous encourage à nous éloigner des tâches quotidiennes et à nous perdre dans un monde de grands plaisirs. Le personnage de Crochet lui-même, même s’il est le principal antagoniste du film, au lieu de me faire peur, m’a fait sourire plus d’une fois. Utilisant son indéniable sens de l’humour, ce pirate apparemment dangereux présente une approche plutôt libre et absurde de Peter. « Que ce soit dans trois jours ou dans trois décennies, il sera toujours le vieux gros Peter ». – Hook dit. À mon avis, c’est ainsi qu’il essaie de nous faire comprendre que les histoires que nous entendons lorsque nous sommes enfants restent en nous pour toujours. Il est intéressant de noter que Dustin Hoffman lui-même, qui joue le rôle de Crochet dans le film, a eu une influence importante sur son apparence sympathique : « En marchant dans les rues de New York dans le costume du personnage, j’ai réalisé que les pirates, surtout ceux qui ont un crochet à la place de la main, une jambe de bois ou un cache-œil, sont jugés beaucoup plus sévèrement que les autres. J’ai demandé aux maquilleurs de me faire un pirate moins menaçant ». – dit l’acteur. Le personnage de Crochet est la preuve parfaite que la production de Steven Spielberg convient également aux jeunes téléspectateurs. Cette production imaginative leur prouvera sûrement qu’il vaut la peine de se battre contre l’adversité, car c’est le bien qui gagne toujours.

L’attitude initialement sceptique de Peter à l’égard du monde magique illustre parfaitement à quel point notre imagination change avec l’âge – plus on vieillit, plus il est difficile de croire aux choses qui nous procuraient autrefois le plus de joie. Ceux-ci ne restent souvent qu’un souvenir d’enfance sentimental ou tombent dans l’oubli éternel. Bien que de nombreux téléspectateurs plus âgés se souviennent probablement de Peter Pan en tant que petit garçon et préféreraient le voir à l’écran, à mon avis, la version adulte du personnage est tout aussi intemporelle. Peter Banning, en particulier, souligne, à mon avis, le message le plus important du film. C’est que l’avocat est l’exemple parfait de la façon dont même la personne la plus absorbée par son travail est capable, si elle le veut vraiment, de faire émerger dès son plus jeune âge une perspective du monde oubliée depuis longtemps. En outre, à travers le personnage principal, le film aborde une question extrêmement importante, en nous rappelant combien il est important de passer des moments en famille. Dans mon esprit, ce sont les horloges qui apparaissent de manière répétée dans les scènes qui symbolisent le temps qui s’écoule – plus il y a de jours derrière nous, plus le temps semble s’écouler rapidement. Lorsque le personnage de Peter Banning s’en aperçoit enfin, il en arrive à la conclusion que ce sont les moments en famille qui sont les plus importants pour lui. C’est alors qu’il donne son épée à l’un des garçons perdus – nous rappelant une fois de plus combien il est important de développer notre imagination dès le plus jeune âge, car elle est également utile dans la vie adulte.

photo : matériel de presse

Il est intéressant de noter que, pendant le tournage de la scène de l’épée, aucun des jeunes acteurs ne savait lequel d’entre eux recevrait finalement l’accessoire :

Personne ne savait qui ça allait être, sauf Robin Williams et Steven Spielberg. Je n’ai jamais pensé que ce serait moi. J’ai joué le rôle de Thud Butt, juste un petit garçon marrant sur le côté. Ce n’est que lorsqu’ils ont dit « action » que Robin m’a souri très largement et m’a tendu l’épée. Encore aujourd’hui, quand je vois cette scène, je suis toujours étonné. » – rappelle l’acteur, Raushan Hammond.

Il s’avère que tant le public que les acteurs présents sur le plateau sont encore capables de ressentir la magie qui se dégage de l’écran des années plus tard, enrichie par un contenu toujours pertinent.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The Witcher - quelques mots sur la méthode. Comment la prose d'Andrzej Sapkowski est-elle adaptée visuellement ?

The Witcher – quelques mots sur la méthode. Comment la prose d’Andrzej Sapkowski est-elle adaptée visuellement ?

Le métavers est déjà là. Dépourvu de feux d'artifice, mais pleinement fonctionnel et plus accessible que la vision de Zuckerberg.

Le métavers est déjà là. Dépourvu de feux d’artifice, mais pleinement fonctionnel et plus accessible que la vision de Zuckerberg.