in

Les guerres technologiques nuisent aux clients. Le Huawei P50 Pro devrait être un androïdophone à part entière

C’est là. Tout en or, équipé d’un appareil photo mobile sensationnel et d’un processeur capable de gérer les applications les plus exigeantes. Le Huawei P50 Pro brille face à la concurrence, mais il n’a aucune chance contre elle sur un pied d’égalité.

Il est difficile de passer en revue un équipement dont on sait dès le départ qu’il ne sera pas en mesure de présenter pleinement son potentiel à un large public. C’est le cas lorsqu’il s’agit du Huawei P50 Pro, la suite de la série photographique révolutionnaire de Huawei. Une ligne qui a prouvé pendant des années que même avec un équipement de poche, nous sommes capables de prendre des photos phénoménales, et dont les capacités sont aujourd’hui artificiellement limitées en raison de différends politiques entre les États-Unis et la Chine.

Le Huawei P50 Pro pourrait être le meilleur smartphone premium de la génération actuelle, je n’en doute pas, mais à cause de la coupure des services Google, beaucoup de gens vont détourner les yeux de ce produit. Le P50 Pro est une preuve flagrante de la forte dépendance du marché vis-à-vis des géants américains de l’informatique. Certes, l’écosystème HMS a déployé ses ailes au cours des derniers mois et offre aujourd’hui l’accès à un certain nombre d’applications parmi les plus nécessaires, mais il ne parvient toujours pas à percer dans le grand public.

L’équipe de Huawei a accompli un travail titanesque pour attirer dans son écosystème des développeurs responsables, entre autres, d’applications bancaires ou de commerce électronique, qui constituent pour de nombreux clients le cœur du fonctionnement du monde mobile. Les fournisseurs de contenu français se sont bien adaptés à cet environnement. Dans l’AppGallery, nous pouvons trouver les boutiques en ligne, les services et les applications bancaires les plus populaires du marché national. L’absence d’applications natives telles que YouTube ou Gmail n’est pas si gênante que l’on doive rayer le P50 Pro de la liste. Après tout, rien ne vous empêche d’utiliser leurs versions web, et nous pouvons remplacer Google Maps par Petal Maps.

On peut également dire beaucoup de bien d’AppGallery elle-même. L’agrégateur d’applications de Huawei est beaucoup plus agréable à utiliser que le Play Store surchargé, rempli à ras bord d’applications inutiles. Sur les téléphones Huawei, nous pouvons également trouver un outil permettant d’installer des applications tierces qui ne sont pas disponibles dans la boutique officielle, mais mises à disposition sur les sites web des distributeurs ou des agrégateurs tiers.

Malheureusement, c’est là qu’un gros problème se pose. Nous ne pouvons jamais être sûrs que les logiciels installés à partir d’agrégateurs tiers sont exempts de bogues ou de codes malveillants qui pourraient entraîner, par exemple, des fuites de données confidentielles. Bien sûr, il est difficile de blâmer Huawei pour cet état de fait, après tout, la société fait de son mieux pour fournir les services les plus utilisés à AppGallery. Le clonage d’applications à partir d’anciens téléphones, la recherche d’agrégateurs externes et le système de notification des nouvelles applications de la liste de souhaits sont autant de solutions louables. C’est dommage qu’ils ne règlent pas le problème du marché androïde, qui est devenu trop lié à l’écosystème Google.

Au fil des ans, les développeurs d’applications Android se sont habitués à ce que le Play Store soit le principal et unique agrégateur mobile. Ils sont devenus paresseux car l’équipe de Google leur a tout servi sur un plateau. Cette commodité a bien sûr un prix et commence à gêner de plus en plus de développeurs. Il suffit de rappeler la volition d’Epic Games, qui s’est rebellé contre les outils de paiement mobile intégrés dans les services de Google et d’Apple. Rébellion contre les systèmes qui imposent aux développeurs des marges élevées et non négociables.

Epic Games n’est évidemment pas un sauveur, l’entreprise se bat pour améliorer ses propres finances, mais ses actions ont déjà des premiers effets. Les gouvernements de plusieurs pays ont mis en place des réglementations qui obligent les fournisseurs de boutiques mobiles à autoriser les outils de paiement tiers.

Je mentionne cette situation dans le contexte de la P50 Pro, parce que le différend brassé par Epic Games pourrait être le début d’une percée dans l’industrie du mobile et la bouleverser… le statu quo développé par les géants de l’industrie que sont Google et Apple. Rien n’empêche les développeurs d’emboîter le pas à Fortnite et ont rendu leur logiciel disponible à la fois sur le Play Store, l’AppGallery et sous forme de fichier .apk sur leur propre serveur.

Puisque même les opérateurs bancaires ont pu sortir du creuset monopolistique de Google et mettre leurs applications à la disposition des propriétaires de smartphones avec HMS, Netflix et compagnie pourraient également suivre cette voie. Même si des restrictions commerciales empêchent certaines applications d’être distribuées directement sur AppGallery, rien n’empêche les développeurs de les distribuer eux-mêmes.

Le retour de Huawei au sommet du classement des smartphones est à portée de main. Il suffit de regarder la liste des 10 applications mobiles les plus populaires de 2021 établie par Apptopia. La plupart de ces applications fonctionneront sur le matériel Huawei dans leur version officielle. TikTok, Telegram, Snapchat, Zoom et CapCut sont disponibles nativement pour AppGallery, tandis que Facebook, WhatsApp et Messenger peuvent être installés à partir d’un fichier .apk hébergé sur les serveurs officiels de ces services.

Si l’on devait évaluer le Huawei P50 Pro uniquement en fonction de ses capacités techniques et oublier un instant les problèmes de disponibilité des applications, le smartphone obtiendrait la note maximale. Le look haut de gamme va ici de pair avec des performances élevées. Le processeur Snapdragon 888 est la garantie d’un fonctionnement fluide avec tous les logiciels, et l’écran OLED avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz le complète parfaitement.

Le plus grand avantage de ce smartphone est, bien sûr, l’optique. La série P a été créée pour les amateurs de photographie mobile les plus exigeants et, dans sa dernière itération, elle ne déçoit pas non plus.

Les ingénieurs de Huawei n’ont pas suivi la lutte à la mode pour les chiffres, donc en termes de résolution du capteur, l’optique du P50 Pro ne bat pas de record. Mais les objectifs disponibles sont extrêmement polyvalents et permettent de prendre des photos phénoménales dans toutes les conditions. Que vous utilisiez un appareil photo grand angle, ultra grand angle ou téléobjectif, les photos seront nettes et pleines de couleurs.

Les concepteurs sont revenus à une idée familière des premières versions de la série P et ont installé un capteur monochrome auxiliaire dans le P50 Pro pour aider à recueillir des informations sur la profondeur. Il fonctionne également beaucoup mieux pour prendre des photos en noir et blanc. En théorie, rien ne vous empêche de transformer une photo couleur en noir et blanc, mais elle ne sera pas aussi belle qu’une photo prise avec le capteur monochrome.

Les capacités photographiques de ce modèle sont carrément fantastiques, la possibilité de passer instantanément de l’ultra grand angle au grand angle et le zoom optique 3,5x permettent de prendre facilement de superbes photos en extérieur, des portraits ou des macros. Il s’agit d’une machine photographique de poche qu’il est difficile de critiquer. Et si vous recherchez un smartphone dont le but est de prendre des photos, vous serez plus qu’heureux avec le P50 Pro.

Le défaut le plus grave de ce modèle est l’absence d’un module de connectivité sans fil 5G, mais là encore, on ne peut pas en vouloir aux concepteurs – c’est aussi le résultat des restrictions commerciales imposées par l’administration américaine.

Il est difficile d’évaluer sans équivoque le Huawi P50 Pro. Cette série est devenue l’otage des jeux politiques entre les gouvernements chinois et américain, et à long terme – le marché ossifié du mobile, qui est devenu trop dépendant des géants de la Silicon Valley. Android est théoriquement un logiciel libre, mais son plein potentiel ne peut être exploité que par ceux qui ont accès aux services Google.

J’espère sincèrement que ce monopole sera bientôt brisé et que la grande majorité des applications mobiles pourront voir leur version sur AppGallery ou faire leurs débuts en tant que fichier .apk officiel. Car la place du P50 Pro et de ses successeurs est parmi les autres smartphones premium, au sommet. La série P est le moteur du développement du secteur de la photographie mobile depuis des années. Sans Huawei, ce marché n’aurait pas évolué aussi rapidement. Et la dernière chose dont nous avons besoin est une stagnation technologique, qui conduirait à la vente de smartphones de plus en plus chers qui n’évoluent guère de génération en génération.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Netflix - les meilleurs FILMS. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être regardé ? [aktualizacja: styczeń 2022]

Netflix – les meilleurs FILMS. Qu’est-ce qui vaut la peine d’être regardé ? [aktualizacja: styczeń 2022]

The Gilded Age : Saison 1, Episode 1 - Chronique

The Gilded Age : Saison 1, Episode 1 – Chronique