in

Belfast – critique de film – Alchimy.info

Pour le jeune Bouddha (Jude Hill), c’était un jour comme les autres. Un après-midi paresseux passé dans l’insouciance avec des amis dans une rue de lotissement. Cette idylle est interrompue par un groupe d’agresseurs assez nombreux qui attaquent les maisons des catholiques, brisent leurs fenêtres, brûlent leurs voitures et battent tous ceux qui tentent de les arrêter. A partir de ce jour, une guerre brutale entre protestants et catholiques commence. Les rues sont fermées par l’armée, les gens ont peur de sortir de chez eux, et la vie de Buddy commence à changer radicalement, bien qu’il ne comprenne pas lui-même pourquoi. Personne n’est capable d’expliquer au garçon ce qui se passe réellement et pourquoi. D’ailleurs, Buddy lui-même n’entre pas vraiment dans le sujet. Il a ses propres problèmes, comme celui de montrer à une camarade de classe qu’il l’aime bien. C’est un sujet sérieux, car notre héros n’a encore jamais montré d’affection à une fille. Eh bien, peut-être à l’exception de sa mère.

Belfast est une histoire très tendre et drôle dans laquelle Kenneth Branagh tente de nous parler de son enfance, sans pour autant échapper à ses aspects plus sombres. En effet, bien qu’il n’ait pas été conscient de ce qui se passait à l’époque, il a enregistré certains événements, et y a même participé. Ce dont il a honte encore aujourd’hui. À cette époque, cependant, il considérait les événements qui se produisaient autour de lui comme quelque chose de nouveau, voire de divertissant par moments. Après tout, Buddy ne sait pas vraiment ce que signifie rejoindre un gang et quelles conséquences réelles cela entraîne. Pour lui, ce n’est qu’un jeu ordinaire, qui est censé n’apporter que du divertissement. Malheureusement, cela devient une leçon d’histoire amère. La narration du film est menée de façon merveilleuse. Voir le monde du point de vue d’un enfant n’a rien de nouveau – juste pour vous rappeler la grande série Les années follesoù nous avons observé la transformation des États-Unis du point de vue de Kevin. Kenneth utilise une procédure similaire, mais son personnage est moins conscient. Il est plus concentré sur son enfance, ce qui ne veut pas dire qu’il ne pose pas de questions.

Kenneth Branagh envisageait depuis longtemps de faire un film sur son enfance, et il faut dire que c’était une excellente idée de le remettre à plus tard. Il a donné à l’acteur et au réalisateur l’occasion d’affiner son art sur les plateaux de super productions telles que Thor, Artemis Fowl ou plus récemment Mort sur le Nil. Il a appris de ses erreurs et, étant déjà un cinéaste expérimenté, il a pu se consacrer à son histoire. L’effet est électrisant. Le récit de Branagh est à la fois divertissant et passionnant. C’est une histoire bien équilibrée sur le fait de grandir dans une période difficile. À aucun moment il ne tombe dans des tons moralisateurs, ni ne banalise ce qui s’est passé dans l’histoire irlandaise. Il montre le côté sombre de l’histoire irlandaise de manière très équilibrée, en se concentrant sur les gens ordinaires qui ont essayé de vivre une vie normale en ces temps difficiles.

Le poids de cette histoire repose sur les épaules des acteurs, qui la portent avec grâce et joie. Belfast a des personnages brillamment écrits, tant au premier plan qu’en arrière-plan. Le jeune Jude Hill joue avec beaucoup de grâce et n’a aucun complexe. Il vole chaque scène dans laquelle il apparaît. Son personnage est extrêmement sincère et curieux du monde. Le spectateur sympathise immédiatement avec lui. C’est tout simplement impossible de ne pas aimer Buddy. Le plus grand or sont ses scènes avec ses grands-parents, joués par Ciaran Hinds i Judi Dench. Leurs dialogues ensemble ne sont pas seulement drôles, mais souvent porteurs de vérités de la vie. En apparence, ils peuvent sembler insignifiants, mais ils ne le sont jamais.

L’aspect historique et la difficulté de prendre parti dans le conflit entre protestants et catholiques sont observés du point de vue des parents de Buddy, joués par les acteurs suivants Caitrione Balfe i Jamie Dornan. Ce duo s’est vu confier la tâche la plus difficile, car il ne peut pas insérer d’intrigues comiques. Ils sont très souvent sérieux, car le sujet l’exige. Et je dois admettre qu’ils sont exquis dans leurs rôles. Ils montrent clairement les dilemmes des parents qui veulent à la fois préserver leur identité nationale, rester dans la communauté où ils ont grandi et connaissent tout le monde, mais qui doivent aussi penser à l’avenir de leurs enfants et à leur sécurité. Je peux affirmer que le rôle du père est l’un des meilleurs de Dornan à ce jour.

La cinématographie de Haris Zambarloukos mérite également d’être reconnue. Les longues rues claustrophobes de Belfast sont vibrantes et nous transportent momentanément dans des temps révolus. Les plans sont magnifiques, et le spectateur saisit immédiatement l’atmosphère de la ville, comme s’il était l’un de ses habitants. Le film a été tourné en noir et blanc, ce qui ajoute à l’atmosphère et ne dérange à aucun moment. Bien au contraire. Après avoir vu la production, je ne peux pas imaginer qu’elle soit faite autrement. Les couleurs sont totalement inutiles ici, et pourraient même gêner.

Kenneth Branagh a réalisé le meilleur film de sa carrière de réalisateur, qui le devance à juste titre pour un Oscar cette année. Je ne sais pas s’il peut encore faire mieux. BelfastMais je l’encouragerai parce qu’il a prouvé que lorsqu’il raconte sa propre histoire sur grand écran, il est capable d’atteindre les sommets de son art, ce que je n’ai malheureusement pas connu lorsqu’il racontait des histoires écrites par Agatha Christie.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP 10 Netflix : les films les plus populaires. Un tel bruit ne peut être fait que par un arnaqueur de Tinder !

TOP 10 Netflix : les films les plus populaires. Un tel bruit ne peut être fait que par un arnaqueur de Tinder !

Vikings : Walhalla - le jarl noir est-il basé sur des faits ?

Vikings : Walhalla – le jarl noir est-il basé sur des faits ?