in

Batman – critique de film – Alchimy.info

Le Chevalier Noir garde Gotham pour seulement sa deuxième année. La ville est prise par des criminels, mais pas ceux que nous connaissons dans les bandes dessinées. Il s’agit de criminels ordinaires qui considèrent les rues comme leur propriété et qui s’attaquent à tous ceux qu’ils n’aiment pas. La police n’a pas les effectifs nécessaires pour maintenir l’ordre. Ou peut-être qu’ils ne veulent tout simplement pas s’engager pour le citoyen ordinaire ? C’est là que Batman intervient, en comblant ce vide et en défendant les opprimés. Il ne fait qu’apprendre son métier et s’améliorer. La police s’est déjà habituée à ses activités et bien que la plupart des officiers n’appartiennent pas à son fan club, il a aussi quelques alliés. C’est pourquoi, par exemple, le signal de la chauve-souris est utilisé dans la ville. Cependant, il n’est pas utilisé pour invoquer Batman. Son apparition dans le ciel doit faire naître la peur dans le cœur de tous les criminels. Il est censé leur faire savoir que le super-héros est en ville et qu’il les observe depuis sa cachette. Soudain, quelqu’un de nouveau apparaît… Les médias le surnomment le Riddler, bien que pour la police, il soit un simple psychopathe qui tue des fonctionnaires de haut rang de la ville de manière élaborée. De plus, sur chaque scène de crime, il laisse une enveloppe contenant une énigme adressée à Batman. La police, afin d’attraper le fou, doit coopérer avec le vengeur autoproclamé.

Matt Reeves a fait une chose impossible à mon avis : il a pris le personnage de Batman et l’a raconté d’une manière complètement différente de ses prédécesseurs. Il l’a revêtu d’humanité. Ce n’est pas un héros sans émotion, guidé uniquement par la logique. C’est un jeune homme qui essaie de noyer sa douleur intérieure. Il abrite une source illimitée de colère, qu’il doit évacuer d’une manière ou d’une autre pour ne pas s’effondrer. Il n’est pas une personne sans sentiments pour un autre être humain. Bruce Wayne dans l’histoire de Reeves n’est pas un playboy vivant dans un manoir à la périphérie de Gotham. Il s’agit plutôt d’un héritier d’une grande fortune, qui réduit ses sorties au minimum et se concentre sur les réunions d’affaires et la gestion – avec son mentor Alfred – de l’énorme société créée par son père. Il est intéressant de noter que c’est Pennyworth qui s’occupe de tout le travail administratif pour Wayne Enterprises, et pas en secret, mais ouvertement. Il est loin d’être un simple majordome. De toute façon, le ménage et la préparation des repas sont faits par d’autres domestiques, ce qui est un changement agréable.

Le scénario, écrit par Reeves et Peter Craig, prend une direction très intéressante, combinant l’histoire du Zodiaque avec la bande dessinée. Le long Halloween et un mélange de Gotham Central. Cela rend Batman une sombre histoire de crime, plutôt que la spectaculaire production de super-héros à laquelle DC nous a habitués. Et je dois admettre que l’effet est électrisant. Dès les premières minutes, le spectateur est absorbé par le Gotham créé par Matt. Le réalisateur ne perd pas de temps à nous présenter l’histoire. Il suppose à juste titre que nous avons déjà vu Martha et Thomas abattus dans une ruelle sombre tellement de fois que nous en avons eu assez. Combien de fois peut-on regarder des perles se disperser au ralenti ? Bien sûr, l’événement est mentionné dans les conversations, mais personne ne perd de temps pour montrer visuellement la tragédie. Reeves change un peu le destin de la famille du personnage principal. Il les dépouille de cette cristallinité, ce qui est également un geste très cool, montrant que le réalisateur n’a pas peur de briser certains schémas. Les Wayne continuent d’être les sauveurs de Gotham, mais ils ont aussi de la terre derrière leurs ongles. Ils n’étaient pas les saints qu’on pensait qu’ils étaient.

Batman mêle habilement deux histoires : celle des gangsters (lorsqu’il révèle à quoi ressemble un coup monté dans une ville) et celle du crime avec le Riddler aux commandes. Matt fait des allusions au public en suggérant le véritable but de toute cette histoire. Ce faisant, il n’essaie pas de faire un clin d’œil aux fans de DC Comics. En fait, aucun autre vengeur ou héros autoproclamé n’est mentionné ici. Il n’y a pas non plus d’autres méchants assis dans l’obscurité quelque part, attendant leur tour. Le spectateur est censé se concentrer sur l’histoire, et non s’interroger sur les possibilités d’évolution de la franchise dans d’éventuelles suites.

Le directeur de la photographie Greig Fraser m’a charmé il y a quelque temps. Duneet maintenant il l’a encore fait. Il a brillamment dépeint Gotham, une ville plongée dans la pluie, où la lumière du soleil est un rare visiteur. L’obscurité règne ici en maître, légèrement éclairée par des enseignes au néon et des lanternes peu espacées. Cette ville inspire la peur, mais peut aussi fasciner par son architecture et ses grands bâtiments de granit. En plus de cela, il y a une merveilleuse partition, dont Michael Giacchino est responsable. Le compositeur a collaboré avec Reeves sur La guerre pour la planète des singes. C’est l’une de ces bandes sonores que l’on aime écouter même sans avoir vu le film.

A mon avis, le film est volé par la création de Pingouin – parfaitement préparée par Colin Farrell. À aucun moment je n’ai pu sentir que c’était lui sous cette caractérisation parfaitement élaborée. L’acteur a complètement changé non seulement sa façon de parler, mais aussi sa gesticulation. Il s’est débarrassé de tous ses maniérismes que l’on pouvait voir dans d’autres productions. Il a créé un homme nouveau avec lequel il n’a rien en commun. Son Pingouin est un personnage très intéressant et intriguant. De plus, il n’en est qu’au début de son parcours de gangster. C’est un peu comme la série Gotham, sauf qu’il est beaucoup plus respecté parmi les criminels.

Aussi Jeffrey Wright a eu l’occasion de développer de manière significative le personnage de Gordon, qui ne se limite pas à invoquer Batman lorsque la ville est dans le besoin. Il est devenu un participant actif dans l’enquête que mène le Bat, plutôt qu’un observateur passif. Il assiste le vengeur et l’assure pendant l’action.

Paul Dano livre une excellente performance dans le rôle du Riddler, qui est diamétralement opposée à celle de Jim Carrey dans Batman Forever. Ce n’est pas un fou qui blesse les gens pour son propre plaisir. Il a un plan ! Il veut régler un certain nombre de torts. Je ne vous en dirai pas plus.

Et nous en arrivons donc à Robert Pattinson et son interprétation de l’homme chauve-souris. J’étais sceptique, mais ce que j’ai vu dans les toutes premières minutes du film a momentanément dissipé mes craintes. Robert est un grand Batman et le parfait Bruce Wayne. Il a des ténèbres, des insécurités et une énorme colère. Le vengeur qu’il incarne est un héros, mais aussi un homme dans un costume. Il n’apparaît pas juste de nulle part. Il entre par une porte. Il concentre le regard de ceux qui l’entourent. Les gens le craignent, mais l’admirent aussi. Il se bat de toutes ses forces, mais ne gagne pas toujours. Parfois, il plie sous la pression de l’adversaire et c’est alors qu’apparaissent Gordon ou Selina Kyle. Batman n’est pas un solitaire ici – il compte même sur l’aide des autres. Il sait qu’il ne peut pas gagner seul le combat pour la ville. Un tel héros est très agréable à regarder et on a envie de l’encourager. Surtout qu’il fait parfois des erreurs, car sous ce costume avec des gadgets, il n’est qu’un homme ordinaire.

J’espère Batman n’est que le premier chapitre de la longue aventure de Matt Reeves dans ce monde. Je me demande comment le créateur voit le personnage pour l’avenir. Je sais qu’il a la tête pleine d’idées. Avec ce film, il prouve qu’il ressent très bien le matériau source, alors laissons-le continuer à travailler avec lui.


Batman

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les dons en crypto-monnaies à l'Ukraine dépassent les 13 millions USD

Les dons en crypto-monnaies à l’Ukraine dépassent les 13 millions USD

Charles Hoskinson de Cardana (ADA) sur l'Ukraine

Charles Hoskinson de Cardana (ADA) sur l’Ukraine