in

Insomnis Critique : un manoir et des horreurs enfantines

La jeune société de développement espagnole Path Games se présente aux joueurs avec la un titre particulier : Insomnis. Ce jeu de réflexion sur le thème de l’horreur nous offre une expérience avec plusieurs bons points qui parviennent à cacher des défauts pas vraiment mineurs. Toutefois, lorsqu’on juge le travail d’une jeune société de logiciels, il faut être très prudent quant aux termes de comparaison utilisés, en essayant de comprendre à la fois les limites et l’effort mis dans le jeu. C’est avec ces intentions en tête que nous nous sommes lancés dans l’analyse de cette aventure fascinante.

InsomnisInsomnis : c’était une nuit noire et orageuse….

Joe Castevet est notre protagoniste, aux traits indéfinis et au passé peu clair. La seule chose que l’on sait est qu’il vient de recevoir un héritage, suite au décès de son grand-père, un manoir effrayant dans la campagne anglaise…. En prenant possession de notre nouvelle propriété, nous découvrons que la relation entre les deux s’est rompue il y a de nombreuses années, après que le héros soit parti dans une école publique. Malgré les nombreuses lettres et cartes postales que Joe a envoyées à son grand-père et que l’on retrouve aujourd’hui éparpillées dans la maison, le vieil homme avait cessé d’avoir de ses nouvelles sans raison apparente. L’aspect le plus terrible de l’histoire, cependant, est certainement le secret gardé dans ses murs qui revient maintenant sous la forme de présences fantomatiques. Au cours de notre exploration (par une nuit sombre et orageuse, bien sûr !), les fantômes de certains enfants errent autour de nous, comme pour nous guider vers l’incroyable secret que leur grand-père a gardé et qui repose désormais entre les murs.

Insomnis

Sans faire trop de spoilers, nous pouvons révéler sans risque que le grand-père de Joe n’était pas un vieil homme calme et doux. À l’intérieur de la maison, il a passé ses jours avec quelques enfants qui sont maintenant restés sous la forme de fantômes. Tout ceci est l’intrigue d’Insomnis, une histoire qui peut-être n’est pas raconté de manière suffisamment approfondie. Pendant le jeu, il n’y a pas de dialogue ni de flash-back ou de digressions majeures dans le passé. La propre apparence de Joe reste indéfinie et ne se reflète même pas dans les miroirs que nous rencontrons au cours de l’exploration. Ce n’est toutefois pas nécessairement un défaut. Même si l’on aurait aimé une narration plus complexe, le choix de ne pas donner de caractéristiques au héros augmente incontestablement l’identification, tandis que l’absence de dialogue nous permet d’entrer complètement dans l’atmosphère inquiétante du jeu.

Entre enfants et sauts de puce, à la recherche de secrets

Insomnis est un jeu de puzzle d’horreur à la première personne. Tout le jeu, donc, est résolu en une exploration constante de l’environnementUne exploration constante de l’environnement, à la recherche d’objets utiles pour résoudre des énigmes et trouver des documents, pour un minimum de profondeur narrative. La partie puzzle n’est pas excessivement complexe, mais elle est amusante et stimulante. La plupart du temps, il suffira d’avoir le bon indice et de prêter suffisamment attention à l’environnement du jeu pour pouvoir avancer dans l’histoire et accéder à de nouvelles zones de la villa, de plus en plus inquiétantes et mystérieuses. Tout est résolu dans une expérience allant de 3 à 4 heures de jeumais plongé dans une atmosphère qui n’a rien à envier à des productions plus importantes et titrées. Car malgré la simplicité du jeu et l’absence presque totale d’éléments habituellement importants, Insomnis se présente certainement comme une expérience à tenter. Path Games, en effet, a accordé une importance maximale à un élément tout aussi important : le décor.

Insomnis

La villa dans laquelle nous nous aventurons et toutes ses zones cachées parviennent à créer un sentiment constant d’anxiété et de tension. Grâce à la la présence de plusieurs jumpscapes astucieusement placés dans l’histoire, le frisson continue de monter régulièrement. Un élément qui n’est en aucun cas secondaire, compte tenu du nombre de studios de développement connus et célèbres qui ont échoué à plusieurs reprises à offrir cette expérience. Tout est soutenu par une bande sonore quasi omniprésenteLa bande-son est presque omniprésente, variant les motifs musicaux, allant de mélodies enfantines inquiétantes à des sons plus graves et étouffants, de manière linéaire et continue. La musique est si bien insérée que, dans les quelques moments de silence, on se fige instantanément, ressentant physiquement l’absence de quelque chose de fondamental et retenant son souffle, dans une angoisse totale.

La présence des enfants est la seule que nous percevons tout au long de l’aventure. Avant même leur apparition, l’impression d’être constamment observé sera presque oppressante, grâce aussi à la vision de nombreux tableaux aux sujets variés allant de dessins enfantins inquiétants à des représentations anciennes de monstres et de souffrance. Dans ce petit et terrible monde, Path Games a placé plusieurs trophées à gagnerqui peut facilement être ramené à la maison en observant simplement bien l’environnement. Il convient d’accorder une attention particulière aux phases finales du jeu, car il comporte deux fins différentes. Un petit stratagème pour donner un minimum de rejouabilité au titre, facilement contournable en sauvegardant le jeu (via les téléphones disséminés dans la villa) avant de terminer l’aventure.

Insomnis

Insomnis : Tout ce qui brille dans l’obscurité n’est pas forcément de l’or.

Malgré les nombreux éléments précieux d’Insomnis, il y a aussi quelques points faibles. Bien que toutes les composantes du jeu se marient parfaitement, créant un délicieux sentiment de peur et de danger, nous sommes confrontés à des choses que nous avons déjà vues dans d’autres jeux.sans aucune introduction précieuse. La villa a sa propre importance au sein de l’expérience, mais elle a été réalisée avec une texture pas trop définie, qui… à certains endroits, montre une vue générale pixelliséenous faisant souhaiter un niveau de détail plus élevé. En revanche, les modèles polygonaux et les mouvements des enfants apparaissent fluides et réalistes, faisant oublier ces petits défauts. Nous continuons à nous interroger sur l’utilité de notre inventaire : caché de la vue et totalement superflu (si nous avons l’objet nécessaire à la résolution de l’énigme, il nous suffit d’interagir avec l’environnement pour l’utiliser), il a pour seule fonction de nous rappeler ce que nous avons déjà collecté, et il est en outre inconfortable à utiliser. De ce point de vue, nous aurions peut-être pu oser davantage.

PLATEFORMES : PlayStation 4, PlayStation 5, PC

DÉVELOPPEUR : Path Games

ÉDITEUR : Path Games, Gammera Nest

Insomnis est un jeu de contrastes profonds. Structuré comme un jeu d’exploration et d’horreur à la première personne, il nous emmène à la découverte d’un manoir sinistre que nous venons d’hériter de notre défunt grand-père. Au cours d’une nuit de tempête, nous prenons possession de la propriété, découvrant les secrets qui s’y cachent. Un voyage à travers des pièces sinistres et des fantômes d’enfants, angoissant et étouffant grâce aussi à un bon département sonore qui parvient à embrasser tout l’environnement du jeu de manière naturelle. Si tous ces éléments nous font crier au succès, force est de constater que le département graphique montre toute la fragilité de ce projet de jeu vidéo, avec une texture mal définie et parfois pixellisée. Malgré tous ces éléments, il faut reconnaître qu’Insomnis est une expérience de jeu agréable, avec des énigmes calibrées sur un large public cible, qui sont stimulantes mais pas trop difficiles. Une excellente façon de passer une nuit de plaisir et de peur.

 

jeux video

Chelsea

Written by Chelsea

Je suis Chelsea, passionnée par la TV réalité. Je vous partage dans mes articles les actualités et les informations au sujets des stars et des actualités. N'hésitez pas à partager mes articles et à réagir.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Batgirl - Leslie Grace dans un costume de super-héroïne. C'est à ça qu'elle ressemblera dans le film !

Batgirl – Leslie Grace dans un costume de super-héroïne. C’est à ça qu’elle ressemblera dans le film !

Moon Knight, Ms. Marvel et She-Hulk - quand les séries du MCU seront-elles lancées ? Nouvelles rumeurs

Moon Knight, Ms. Marvel et She-Hulk – quand les séries du MCU seront-elles lancées ? Nouvelles rumeurs