Society : l’éternelle résistance du papier
baptiste 11 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes

À l’heure du numérique, le groupe SoPress a encore marqué un grand coup en lançant début mars Society, un magazine papier unique en son genre…


 

Sur le papier, cela semble totalement fou. Lancer un magazine d’actualités pour kiosque dans un monde où Gutenberg est remplacé par Steve Jobs et où les principaux titres tels que L’Obs, Le Point, L’Express voient leurs ventes dégringoler. Mais c’était le pari donné en mars dernier des équipes de Sopresse avec à sa tête l’incontournable Franck Annesse.

C’est dans un grand open-space du 11ème arrondissement rempli de barbus trentenaires en baskets qu’est né le projet Society. Un « quinzomadaire » atypique, ayant pour but de nous décrypter la vie d’aujourd’hui en nous proposant un rendez-vous dans notre kiosque favori. Pour cela, des thèmes divers et variés y sont traités, allant de la politique grâce à des interviews exclusives de François célèbres tels que Fillon et Hollande, à des sujets plus populaires comme Tinder, en passant par l’histoire, la musique et autres études de cas toutes plus intéressantes les unes que les autres.

 

society-l'éternelle-résistance-du-papier
Photo : Yann Rabanier pour Télérama

 

— LES 3 H COMME SIGNE DE DISTINCTION
Vrai magazine de société, Society raconte le monde dans lequel on vit, à la façon SoPress, loin des corporatismes, loin des amitiés politiques, loin des institutions… Cette façon de voir les choses est marquée par la matrice des « 3 H » que nous explique Franck Annesse. « H » comme Histoire, Humain et Humour. Le récit est toujours placé au centre des préoccupations éditoriales, l’humain au cœur des histoires, et cela avec une certaine distance des faits.

« Nous ne sommes pas là pour dire ce qui est bien, ce qui est mal, nous ne nous plaçons pas au-dessus du lecteur, mais nous sommes ses yeux et ses oreilles. Nous racontons ce que nous voyons, ce que nous entendons. »

 

— SOCIETY, SO FOOT, SO FILM… SO SUCCESSFUL
Ce style très identifiable, cela fait maintenant douze ans que SoPress le développe via des magazines devenus incontournables en très peu de temps. So Foot reste le meilleur exemple. Lancé en 2003, ce dernier ignore les commentaires de match ou les dernières infos sur le mercato, pour se concentrer sur les petites et grandes histoires autour de ce sport. C’est un vrai succès, et Society avec ses 200 000 exemplaires vendus lors de sa première parution semble être sur la même voie.

L’effet de curiosité passé, SoPress table sur 60 000 ventes en kiosque, soit plus que L’Express (56 000) ou L’Obs (47 000), ainsi que sur 10 000 abonnés d’ici mars 2016. Avant cela, le 5ème numéro de Society est désormais disponible avec en couverture l’ancien chien méchant, Snoop Dogg, nous racontant comment il s’est peu à peu transformé en mascotte pop et fumeur de joints. Vous retrouverez également des reportages sur l’immigration en Italie, l’héroïne et les peshmergas, ou encore cette rencontre improbables avec Joe Arpaio, un homme qui se vante d’être “le flic le plus dur d’Amérique”.

 

society-l'éternelle-résistance-du-papier

 


Vous l’aurez compris, vous serez totalement pardonné par ALCHIMY si l’on vous trouve non pas collé à votre Smartphone en train de lire un de nos articles, mais avec un Society en main.

 

SIGLE NOIR MINI WEB

baptiste

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *