in

The Witcher : saison 2, épisode 4 – spoiler review

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

The Witcher dans sa version sérialisée ne peut se targuer de trop de relations entre les personnages qui nous retiendraient devant l’écran et nous impressionneraient par leur naturel. J’ai déjà mentionné qu’il y a beaucoup de méfiance, d’antipathie et de simple manque de faveur dans ce monde, sans que cela soit nécessairement dû à des préjugés. Mais ce ne sont pas les personnages forts, durs et expressifs qui manquent, et nous pouvons déjà compter sur Dijkstra, le chef des services secrets de Redan, qui se révèle à nous dans le quatrième épisode dans une scène très bien préparée et conçue dans la chambre du roi Vizimir. Ce n’est pas la seule chose réussie dans cet épisode, car l’apparition du barde Jaskr pour la première fois de la saison ajoutera également de la couleur.

Mais avant que ces moments forts n’aient lieu, nous avons droit à une séquence où Ciri s’entraîne avec Geralt, et après l’avoir regardée à nouveau, on ne peut s’empêcher de penser qu’elle est très parodique. Il y a un peu de course, un peu de saut de rocher et d’escalade mortelle, car c’est une compétence essentielle pour chaque sorcier. Ce n’est pas la première fois que le métier de tueur de monstres est présenté de manière aussi inintéressante. Plus tôt dans la série, mais aussi dans la dernière partie de la saison, les potions bues n’ont pas vraiment de signification, à part le changement des globes oculaires et des veines qui apparaissent sur le visage du sorcier. Il y a un manque d’effets et de compétences dépeints de manière intéressante du côté formel, car seul Geralt donne l’impression d’avoir passé les épreuves mythiques des herbes et d’être réellement capable de tuer un kikimora d’une seule main. Sauter par-dessus des pierres au bord de la mer ne nous fait pas croire au pouvoir d’une personne possédant un médaillon magique. En un mot – on ne ressent pas de respect, mais c’est un commentaire assez général sur l’ensemble de la saison, car l’épisode quatre s’en sort plutôt bien.

Netflix

Cela est dû en grande partie à la manœuvre habile entre le littéraire avec dignité et l’inventivité propre des créateurs qui veulent donner à la série sa propre identité. Cette fois, personne ne s’immisce dans le canon et les événements qui se déroulent sont bien argumentés, y compris dans le contexte des intrigues précédentes. Comme au début du volume Le sang des elfesTriss Merigold arrive à Kaer Morhen et le moment est très bien joué. L’attitude des sorciers à l’égard de la sorcière se dessine d’emblée – Vesemir l’appelle comme sa fille, Lambert l’appelle par son nom de famille, sans cacher son attitude, tandis que Ciri établit rapidement le contact avec elle. Dans les livres, il s’agissait d’une relation fraternelle et ici, on a vraiment l’impression qu’elle prend une direction similaire. C’est aussi une autre rencontre entre la jeune héroïne et la personne qui contrôle le Chaos, ce qui lui permet d’en apprendre davantage sur la magie sur le continent. Cette fois-ci, chaque scène d’exposition a été bien servie, rendant l’exploration de ce monde décidément moins pénible.

Le thème du racisme résonne fortement et il y a sans aucun doute une relation de cause à effet à l’œuvre ici.

Le quatrième épisode peut également être apprécié du point de vue visuel, puisque nous nous rendons enfin dans l’une des villes du continent, Gors Velen. Là, la situation des elfes, dont la situation est exacerbée lorsqu’un commando elfique rejoint le Nilfgaard, est extrêmement importante. Le thème du racisme résonne fortement et il y a sans aucun doute une relation de cause à effet à l’œuvre ici. Les scénaristes ont eu raison d’y jeter les protagonistes importants de l’histoire, à savoir Yennefer et Cahir, pour voir à travers leurs yeux les horreurs vécues par les elfes du Nord. Le duo n’est pas évident et probablement inattendu par les fans du livre, car Cahir a pris une part active dans le meurtre des amis de Yennefer.

Gors Velen n’est pas la seule ville richement représentée dans l’épisode quatre, nous avons un aperçu de la ligne d’horizon de Redania et c’est là que se déroule l’une de mes scènes préférées de toute la série. Nous nous retrouvons dans la chambre royale du roi Vizimir et le susdit Dijkstra se révèle au public. La scène nous montre précisément un joueur avec lequel il faut compter et ce n’est pas le roi, mais le chef de Redan Intelligence et son… le hibou. Il suffit de quelques minutes pour que nous ayons une image parfaite de ce personnage, surtout en contraste avec le roi pas si intelligent. Graham McTavish est génial dans ce rôle et je suis sûr qu’il y aura beaucoup plus à apprécier de ses exploits à l’écran.

Dans l’interview de Redan, nous apprenons beaucoup de choses importantes en ce qui concerne Ciri, son pouvoir potentiel et son attitude envers le monolithe. Nous reviendrons sur ce concept, mais vous aimerez peut-être la façon dont ces informations sont servies. À un épisode vraiment réussi s’est ajouté le personnage de Jascra, qui ajoute bien sûr de la couleur et de la dynamique, et sa chanson Brûler, boucher, brûler ne fera probablement pas autant d’effet que sa première saison, mais il est bon d’avoir le barde à bord, car Joey Bateymais aussi les scénaristes, savent exactement quoi faire de lui. Une chose intéressante lui a été ajoutée, faisant de lui le Barbu, un homme qui sauve les elfes du massacre. Nous avons donc non seulement un coureur de jupons, mais aussi quelqu’un de socialement engagé, un artiste sensible aux injustices humaines et non humaines. On assiste même à une réaction vive du musicien aux remarques d’un des gardes, qui critiquait la confusion de la chronologie dans l’une des pièces de Jasper. Un point pour le courage.

Série The Witcher La saison 2 était parfois indigeste en raison de nombreuses intrigues et d’un scénario qui donnait inutilement une image confuse de l’intrigue présentée. Cependant, le quatrième épisode est vraiment bon à cet égard, arrêtant l’action aux bons moments et donnant un peu de répit aux personnages individuels. Geralt, Ciri et Triss pourraient enfin s’asseoir à une table, discuter un peu et développer le thème de l’alchimie dans ce monde. Je ne peux toujours pas m’empêcher de m’étonner de l’aggravation de l’écriture de Yennefer cette saison, qui est devenue vulgaire et frustrée par son manque de magie, s’éloignant ainsi de son personnage. C’est dommage, il n’y aura pas beaucoup d’occasions de rectifier cela cette saison, mais l’épisode quatre est quand même bien sorti.

The Witcher

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

tax daně

L’entrée, la sortie et l’achat de cryptomonnaies d’une valeur supérieure à 8 € devraient être taxés. [Komentář]

Without a Way Home bat Avengers : Limitless War. Le résultat est plus élevé que prévu !

Without a Way Home bat Avengers : Limitless War. Le résultat est plus élevé que prévu !