in

The Witcher – quelques mots sur la méthode. Comment la prose d’Andrzej Sapkowski est-elle adaptée visuellement ?

Andrzej Sapkowski, commentant la saison 2, a félicité les créateurs pour le travail accompli, car il n’est pas facile d’adapter sa prose. Découvrons la voie empruntée par Netflix et comment elle se rapporte à la vision des développeurs du jeu.

Adaptation du site The Witcher est – pardonnez le jeu de mots – terriblement difficile, car le monde créé par Andrzej Sapkowski se compose de nombreuses inspirations issues des légendes arthuriennes et celtiques, des contes de fées et de la mythologie slave. Essayer de transférer tout cela à l’écran sous la forme dans laquelle les lecteurs le verraient est une tâche ardue. Et cela souligne la magie des mots – on peut écrire plus qu’on ne peut montrer par la suite, même dans une série télévisée avec un budget décent. La prose de Sapkowski peut être interprétée de nombreuses manières différentes. Chaque fan peut voir ce monde à sa manière, ce qui est significatif dans le contexte de l’adaptation des séries de Netflix, dont les créateurs partent du principe que les adaptations sont traitées librement.

La première saison n’a pas encore trouvé la clé d’un transfert cohérent de l’histoire des livres au petit écran, mais après la saison 2, l’équipe est beaucoup plus proche de trouver sa propre identification de ce monde. Pour les fans des livres et des jeux, cela ne signifie probablement pas une bonne nouvelle, car ils devront avaler beaucoup de changements, mais les histoires originales ne leur seront pas enlevées après tout.

The Witcher de Netflix est quelque chose de très différent de toutes les tentatives précédentes d’adaptation de la prose de Sapkowski. CD Projekt Red a choisi des tropes médiévaux avec un fort accent sur le slavisme, les bandes dessinées se sont fortement inspirées de Tolkien, tandis que le film français The Witcher et la série mettant en scène Michał Żebrowski avait moins un côté conte de fées, mais plus une esthétique historique (sans compter le katana comme arme du Loup Blanc, qui lui va comme un poing dans l’œil). Les descriptions modestes du monde faites par Sapkowski rendent la tâche à la fois plus difficile et plus facile, car elles permettent l’interprétation et la liberté de l’auteur. Vous pouvez facilement opter pour une atmosphère britannique ou romaine en matière de costumes, ou indienne en matière d’architecture. Bien sûr, l’argent est une autre affaire, et malheureusement il est indispensable si nous voulons présenter ce monde de manière crédible. La meilleure approche, cependant, est d’abandonner les frontières et de se libérer du corset contraignant imposé par les autres médias.

The Witcher – inégalité entre les monstres

Alors comment caractériser la méthode d’adaptation visuelle de la série par Netflix ? Game of Thrones est une production qui a trouvé sa clé tonale et visuelle assez rapidement, mais incontestablement The Witcher a une tâche beaucoup plus difficile. Intéressons-nous aux monstres, souvent issus de la mythologie slave, dont l’image ne correspond pas toujours aux représentations de l’époque. Kikimora, qui apparaît au début de la saison 1, vient des contes slaves et symbolise un esprit féminin qui hante les maisons. Il désignait généralement un humain difforme, très maigre et peu vêtu. Dans la série et les jeux, cependant, les créateurs ont pris une direction complètement différente, créant quelque chose qui ressemble à un gros crabe avec de nombreuses pattes et une gueule prête à avaler sa tête comme une sultane repêchée dans un mélange de collège. Inspiration, interprétation et transformation, c’est ainsi que fonctionne le système – et d’autres exemples le prouvent.

La goule, une bête ayant sa place dans la mythologie d’Europe de l’Est, apparaît dans les jeux et les séries. L’image du monstre dans la série semble être une juxtaposition de folklore précisément européen, et ici la représentation elle-même dépend de la région choisie. La goule était la personnification d’un esprit vampirique ou d’un démon hantant les maisons ou les fantômes, cette version étant dominante dans nos contes populaires. Sapkowski y a apporté des changements significatifs, montrant une fille difforme née d’une relation incestueuse. Dans la série, son corps ressemblait à celui d’une fille, tandis que dans les jeux, la silhouette de la goule a considérablement augmenté sa masse et sa force.

Dans la première saison, Geralt rencontre sur son chemin Silvan, appelé le diable par les habitants de la région. Il s’agit d’une combinaison d’un homme et d’une chèvre, qui a également de fortes influences des croyances et du folklore. La figure démoniaque de la chèvre est fortement associée au diable et à l’enfer. Et quel est le rapport entre le doppler et tout ça ? On se souvient dans les livres que c’est un personnage qui peut changer d’apparence et prendre l’image de quelqu’un d’autre. Le concept vient même de la mythologie égyptienne, où un double spirituel d’un humain apparaît, ou du folklore finlandais, où nous avons un double humain qui est comme un gardien qui accomplit des tâches difficiles pour nous avant que nous n’entreprenions la tâche nous-mêmes. Impossible également de ne pas mentionner le génie, un monstre du Moyen-Orient. Nous connaissons le mythe du génie qui exauce les vœux de celui qui le libère.

The Witcher – pourquoi ce film ressemble-t-il à ce qu’il est ?

L’aspect visuel The Witcher s’inspire largement des atmosphères gothiques, car ce style a une grande portée temporelle et se manifeste donc sous diverses formes. Toutefois, il ne s’agit pas d’inspirations littérales – elles sont parfois plus ou moins subtiles, mêlées à des éléments d’architecture slave ou indienne. Les costumes de la première saison s’inspiraient fortement de la haute couture et étaient combinés à de nouvelles idées du monde… The Witcher, ce qui est encore plus évident dans la deuxième saison (le changement de poste de la costumière est à noter). En ce qui concerne les costumes, dans les deux styles, nous avons un traitement de l’imagerie du Moyen Âge combiné avec la stylistique d’autres époques.

Le folklore français est visible dans la série, mais nécessairement pas aussi fortement que dans les jeux. CD Projekt Red a suivi sa propre voie, en distinguant le monde de The Witcher des autres jeux du même genre, mais ce n’est pas une vision entièrement conforme aux livres. L’auteur lui-même l’a affirmé : « Le fait qu’elle soit slave, comme Wokulski l’a dit à Starsky, est aussi important que le poison dans une allumette.« . Cependant, il ne fait aucun doute que l’interprétation de la couche visuelle de la série dépend du spectateur – un spectateur d’Europe de l’Est regardera ces éléments différemment, tandis qu’un fan d’Europe occidentale le fera encore plus différemment. Et puis il y a le cœur du public américain de Netflix, pour qui le style de l’architecture du continent et l’aspect des monstres seront tout à fait différents.

CD Projekt Red/Netflix

Le style médiéval s’impose de lui-même, comme en témoigne l’armure des chevaliers de Cintra dans le premier épisode. Après une vague de critiques, l’armure des chevaliers noirs de Nilfgaard a été modifiée et grâce à cela, ils sont beaucoup plus proches de ce que les jeux présentaient. Toutefois, il convient de souligner à nouveau qu’il est impossible de suivre le style développé par CD Projekt Red, car il est très stylisé, à la limite de la caricature. Toutes les tenues fantaisistes et colorées feraient mauvais effet sur un sol naturel. Cependant, la collaboration avec CD Projekt Red s’est resserrée et la nouvelle saison comportera de nombreuses saveurs tirées directement des jeux. The Witcher est tourné même pendant la pandémie dans des lieux réels en extérieur, très peu de choses se passent en studio. Et même si les réalisateurs n’ont pas réussi à se rendre en France cette fois-ci, ils transmettent bien le caractère général du continent, un endroit très diversifié. La combinaison du fantastique et de l’horreur, des inspirations mythologiques et du Moyen Âge est de plus en plus réussie.

Donner un centime à The Witcher, ou que dire de la musique ?

Dans la première saison, Giona Ostinelli et Sonya Belousova étaient responsables de la musique, qui, à mon avis, a donné des résultats fantastiques. La créativité des musiciens a été stimulée par l’intrigue. Les morceaux étaient bien adaptés aux événements et aux personnages individuels. Le titre qui a remporté le plus de succès a été Lancez une pièce de monnaie pour votre sorcierqui a été couvert par beaucoup. La musique du groupe Percival est fortement gravée dans la conscience des fans, mais le duo susmentionné a réussi à capturer l’univers de The Witcher avec brio. Ils ont créé un fond musical très intéressant, plein de charme et de magie. Je ne suis pas fan de la musique de la saison 2, le compositeur a été changé et elle me semble très générique, comme celle de la première série à plus gros budget, où la musique ne compte pas du tout. Cependant, il s’agit bien sûr d’une question de goût et chacun peut avoir son propre sentiment sur le sujet.

Quelle est donc la méthode ? Puiser par poignées dans ce qu’offrent les modestes descriptions du monde de Sapkowski, s’inspirer du folklore européen et le traiter à notre manière. Le continent est très diversifié à bien des égards – pas seulement médiéval, pas seulement est-européen. Cela n’aide pas à avoir un portrait cohérent, mais il y a une amélioration significative dans la deuxième saison. Peut-être cette clé de l’adaptation de la série d’un point de vue visuel sera-t-elle pleinement trouvée.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Castlevania Grimoire of Souls : ajout de nouveaux grimoires et mise à jour d’hiver disponible

Crochet : entre rêve et réalité

Crochet : entre rêve et réalité