in

The Behaviourist : saison 1, épisode 1 – critique

Un fou armé fait irruption dans une école primaire et prend des otages. Dans une émission vidéo en direct, il laisse le public choisir qui doit mourir et qui ne doit pas mourir. La police est impuissante. Ils ne savent pas comment interpréter le comportement de l’attaquant. Par conséquent, le procureur compromis Gerard Edling (Robert Więckiewicz), qui est le seul à pouvoir déchiffrer les véritables intentions du criminel.

Directeur Łukasz Palkowski écrans une autre série de romans de Remigiusz Mroz. Après cinq saisons d’aventures Chyłka La plate-forme des joueurs a décidé de donner une chance à un nouveau protagoniste. L’histoire d’Edling a un caractère complètement différent. Les créateurs ne perdent pas de temps à présenter les personnages au public. L’action commence à se précipiter dès les premières minutes, et nous n’obtenons que des restes d’informations et c’est à partir des dialogues que nous commençons à savoir qui est qui. Cela donne à l’épisode un rythme très agréable et intrigue. Nous voulons découvrir qui est l’agresseur et ce qu’il est vraiment. Bien sûr, les scénaristes ont également ajouté une scène où Gérard et sa femme sont assis avec un psychologue et essaient de sauver leur mariage, vraisemblablement. D’après ce que j’ai compris, cela a pour but de susciter de la sympathie pour un personnage qui peut parfaitement interpréter le comportement des autres, mais qui ne peut pas gérer sa propre vie de famille. Il fait des erreurs comme tout mortel, ce qui le rend plus humain. Ce fil conducteur nous fait perdre le rythme par endroits et est un dérivé de l’affaire principale, mais il sert à expliquer au public pourquoi un procureur autrefois respecté est considéré comme un fléau pour la police.

Les fans de la série Chyłka devraient être satisfaits de la nouvelle série de Palkowski. Il a un certain flair et un certain dynamisme. C’est bon à regarder, si vous pouvez fermer les yeux sur quelques erreurs de montage. Malheureusement, je n’ai pas pu le faire. Je pense qu’un tel réalisateur ne devrait pas faire d’erreurs stupides comme des plans incohérents. Un exemple ? Dans une scène, la porte d’une pièce est ouverte, lorsque vous revenez dans le même plan, elle est déjà fermée, et dans le plan suivant, elle est à nouveau ouverte. Quelqu’un ne s’est pas assuré sur le plateau que lors d’un changement de caméra ou de double, tout soit identique. Je sais que ce sont des détails, mais ils gâchent le plaisir de regarder la série et m’irritent. Ils montrent également un manque de rigueur dans le montage.

Les lecteurs de l’œuvre de Frost remarqueront également un grand nombre de changements qui ne leur plairont pas forcément. Par exemple, le comportement du sérial Gérard s’écarte fortement de l’original de son livre. En outre, le joueur a rendu l’ensemble de la production plus douce, ce qui est évident, par exemple, dans le changement de la victime du premier meurtrier. Si je comprends bien, la plateforme ne voulait pas choquer autant dans le premier épisode. Mais comme je l’ai mentionné, ce sont des choses auxquelles seuls les fans du roman prêteront attention. Les téléspectateurs qui rencontrent ce personnage pour la première fois n’auront pas ce problème et entreront en douceur dans l’histoire.

Frost en Behaviouriste voulait souligner à quel point nos vies se sont déplacées vers l’internet et à quel point il peut devenir un outil dangereux entre de mauvaises mains. Et il ne s’agit pas seulement de meurtriers, mais aussi de vloggers et de pseudo-journalistes qui utilisent leurs smartphones pour rendre compte de la réalité, en la déformant fortement.

Je pense que le casting de Robert Więckiewicz dans le rôle de Gerard Edling était une bonne idée. L’acteur a dépeint son personnage de manière à ce qu’il soit intéressant pour le public. Malheureusement, ce n’est pas le niveau de charisme de Simon Baker dans Mentalité ou Tim Roth dans La magie des mensonges, bien qu’il soit clair que Więckiewicz essaie de rendre ce personnage différent de l’Inspecteur Janow de 1983 ou le procureur Szacski avec Graines de vérité. Dans le premier épisode, il y parvient même. Nous verrons comment ça se passe.

Le point le plus brillant de toute la production est Krystian Pesta dans le rôle de Horst Zeiger, l’antagoniste principal du comportementaliste du titre. La façon dont l’acteur interprète ce personnage inspire la peur au public. Nous avons réellement peur de lui, ce qui a un grand effet sur l’histoire. Et malgré le fait qu’il n’ait pas beaucoup de temps dans le premier épisode, sa création est mémorable.

La nouvelle production de Player commence bien, même si j’ai un certain nombre de commentaires à faire sur l’atelier. Les téléspectateurs devraient néanmoins être satisfaits, les fans du livre un peu moins.

Behaviouriste

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Hyrule Warriors Age of Calamity atteint 4 millions de ventes

GamesVillage.it

Neil Druckmann confirme que Naughty Dog travaille sur plusieurs projets.