in

Star Trek : Discovery : saison 4, épisodes 2 et 3 – critique

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Star Trek : Discovery fonctionne bien lorsque l’histoire se concentre entièrement sur le thème principal. La lutte pour découvrir la vérité sur cette mystérieuse anomalie est traitée de manière intéressante, car nous ressentons le danger et l’impuissance de tous les personnages. C’est quelque chose de légèrement rafraîchissant nous voyons que Michael Burnham, pour le moment, ne découvre pas en cinq minutes la solution parfaite pour sauver la galaxie. Il n’est pas exclu que les créateurs reprennent cette voie et que l’héroïne résolve le problème par l’absurde, mais pour l’instant, il est agréable de voir une meilleure répartition de l’accent sur les autres personnages. Même si elle continue à faire plus par elle-même qu’elle ne le devrait (elle est pourtant censée sauver la situation), le changement subtil de cet aspect devient un bonus du 2ème épisode, qui … disparaît dans l’épisode 3. Sa quête avec sa mère pour retrouver un membre rebelle de l’ordre est le retour de Burnham-sauveur en pleine force. Les créateurs obligent à ce que ce soit nécessairement elle qui sauve la situation, alors que ce n’est même pas nécessaire ou naturel. C’est plus pour nous rappeler à quel point elle est parfaite et idéale. L’histoire elle-même n’apporte rien. C’est un sabotage qui n’a aucun impact sur le fil conducteur de la saison.

Les deux épisodes montrent à quel point Saru nous a manqué. Malgré les ratés du scénario et les dialogues kitsch, ce personnage a du caractère, de la personnalité et du charisme. Dans cet aspect, on peut sentir la lassitude des scénaristes, qui ont une idée, mais l’écrivent de manière si grossière et cassante que l’effet laisse beaucoup à désirer. Le mentor de Saru s’intègre parfaitement, mais chaque scène suscite un sentiment de gêne tant elle est exagérée, vide et dégoûtante. De telles scènes laissent l’impression que tout le monde est inepte et que Saru est le véritable sage, étant le gardien de chacun. Sur le papier, beaucoup de ces idées sont belles : la recherche par Tilly de sa propre identité, par exemple, mais l’exécution est terriblement superficielle et vide. Les créateurs veulent réaliser quelque chose en montrant l’évolution des personnages, mais l’intention s’arrête là, car au bout du compte, ils errent, régalant le public de fils créés carrément répréhensibles.

Le pire problème est celui de Cook, qui avait potentiellement le plus grand potentiel émotionnel. Nous avons donc un homme qui a perdu une planète entière et sa famille. L’acteur a probablement été lui-même bouleversé par ce thème. Les créateurs ne savaient pas quoi faire de lui, car en dehors de certains clichés, il n’y a pas de deuil authentique ni d’émotion à montrer ici. L’artificialité est flagrante lorsque Book sautille sur l’écran, passant d’un schéma à un autre. Dans les deux épisodes, cela atteint un tel niveau que cela devient ennuyeux et prévisible. Et l’évolution de l’intrigue et l’étreinte de ses émotions se font si rapidement qu’elles perdent toute crédibilité. Bien sûr, le rôle de Burnham dans tout cela est crucial, et même Book ne peut pas surmonter ses émotions en solo pour que la capitaine n’ait pas à sauver la journée.

Un fil inutile et superflu est la question d’Adira et Grey. La création d’un corps pour cette dernière afin que la conscience connectée à Adira puisse retrouver une vie normale devient une métaphore à la pelle du transgendérisme qui n’apporte rien à la série. Dans la saison 2, leur histoire n’apportait pas grand-chose non plus, mais au moins elle avait un certain sens. Dans la saison 3, ça semble forcé et ajouté. On n’a pas l’impression que l’histoire personnelle d’Adira et de Grey ait un lien clair avec ce que… Star Trek : Discovery est.

Star Trek : Discovery dans sa nouvelle version malgré la quantité de défauts et la répétition des erreurs des saisons précédentes est bien faite. Les idées spécifiques ont du potentiel, et le rythme à de nombreux endroits offre un divertissement bienvenu. Malheureusement, le scénario désastreusement disséqué signifie que certains thèmes n’ont pas la résonance qu’ils devraient avoir.

Star Trek : Discovery

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Afterimage : l’art et la magie se rencontrent

Opération Fortune - photos du film de Guy Ritchie. Jason Statham presque comme James Bond

Opération Fortune – photos du film de Guy Ritchie. Jason Statham presque comme James Bond