in

Reste avec moi – revue des mini-séries

Qu’ont en commun un policier qui enquête sur les circonstances inexpliquées de la disparition du fils d’un puissant homme d’affaires, un paparazzi et une femme apparemment ordinaire dont la vie de famille heureuse est bouleversée lorsque son passé la rattrape ? La réponse est très compliquée, tordue et bien cachée dans l’histoire de la série. Reste avec moid’après le livre de Harlan Coben du même titre. Comme vous pouvez facilement le deviner, sous la surface d’une simple affaire se cache un sombre secret, entrelaçant les destins des trois protagonistes. L’histoire est pleine de rebondissements. Malgré le fait que le thème soit déchiré jusqu’à l’os et que le marché du roman policier regorge d’histoires similaires à celle-ci, la série parvient toujours à surprendre. Les protagonistes sont poursuivis par des démons du passé, des affaires inachevées et des squelettes dans une armoire pleine de péchés. La toile d’intrigue est très dense et vraiment bien menée.

Mais un excellent scénario n’est pas le seul atout de la série, car – comme nous le savons ! – même si ça ne sert à rien si les acteurs ne sont pas à la hauteur. Dans ce cas, je n’ai rien à redire, surtout en ce qui concerne les personnages principaux. Ce n’est pas surprenant, puisque nous avons à bord des acteurs expérimentés tels que Eddie Izzard ou Richard Armitage. Chacun donne le meilleur de lui-même pour insuffler vie et émotion aux personnages qu’il incarne. Les trois personnages principaux sont très crédibles, il est vraiment facile de sympathiser avec eux et de s’intéresser à leur destin, même lorsque leurs motivations ne sont pas entièrement pures. Personnellement, j’ai été très impressionné par Poppy Gilbert i Hyoie O’Gradyou une paire d’assassins payés, Barbie et Ken. Il n’est pas facile de jouer un psychopathe, et ces deux-là y parviennent brillamment. Ils constituent l’élément le plus sombre et le plus inquiétant de la série, et volent la vedette à chaque fois qu’ils apparaissent à l’écran.

photo : matériel de presse

Si je devais me plaindre de quelque chose, ce serait de la très lente montée en tension. Les créateurs ne sont pas pressés de dévoiler les couches successives du mystère. Cela ne me dérange pas, car j’aime les bons romans policiers compliqués, mais je peux comprendre ceux qui n’aiment pas cela. Ils trouveront certainement la production trop longue et pleine d’expositions inutiles. Je pense aussi qu’il y a trop de plans des environs, qui n’apportent rien à la série – ils servent juste à nous montrer où se trouvent les personnages à ce moment-là. Le problème est que nous apprenons à connaître ces lieux après un certain temps. En outre, il me semble que certains plans se répètent tout simplement.

Les valeurs de production de la série sont d’un niveau élevé, les prises de vue atmosphériques, il en va de même pour la musique. La palette de couleurs plutôt pâles de l’image est également très utile, car elle accentue l’atmosphère lugubre et le danger qui rôde. Bien que, contrairement au livre, l’action ait été déplacée des États-Unis au Royaume-Uni, cela fonctionne à l’avantage du film. On n’a absolument pas l’impression d’un changement par la force, et l’atmosphère insulaire bat de la production.

En résumé, bien que la série ne découvre pas l’Amérique et n’apporte rien de complètement nouveau au genre du roman policier, elle est très agréable à regarder. Les amateurs du genre y trouveront leur compte !

Reste avec moi

[affimax keyword= »tv » engine= »afx » template= »carousel » price= »500-800″]
Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chromebooks pour jeux en cours de développement

Chromebooks pour jeux en cours de développement

Dans un style royal - critique de film

Dans un style royal – critique de film