in

Narcos : Mexique : saison 3 – critique

Narcos : Mexique raconte l’histoire des origines des premiers cartels de la drogue qui luttaient contre la DEA au Mexique dans les années 1980. L’histoire de la première saison était suivie à travers les yeux de Kiki Camarena (Michael Peña) et l’ascension progressive au sommet du narco-business, Félix Gallardo (Diego Luna). Après la mort du premier, Walt Breslin apparaît (Scoot McNairy), un agent de la DEA qui a servi de narrateur dans la première série. Pour se venger de la mort de son collègue, il a mis un point d’honneur à nettoyer le Mexique de son dernier gramme de cocaïne. À la fin de la saison 2, Gallardo est capturé et il semblerait que l’objectif soit lentement atteint. Le narco-business ne s’essouffle pas pour autant, et le trafic de drogue mondialisé prend des dimensions encore plus importantes.

L’un des joueurs les plus importants est devenu Amado (José María Yazpik), qui se souvient de ses succès communs avec Felix et agit désormais un peu différemment de son ancien patron, corrompu par les intérêts commerciaux. Les Narcos, un groupe de jeunes à la tête de banane qui profitent de la vie, suivent également un système de valeurs différent. Le nouveau showrunner, Carlo Bernard, a également décidé de donner la parole aux journalistes, plus particulièrement à la jeune Andrea Nuñez (Luisa Rubino), qui est d’ailleurs devenu le nouveau narrateur. Il y avait un nouveau capitaine à la tête du navire et bien que cela se ressente dans la construction du scénario, l’idée principale de la série est restée la même – il n’y a pas de fin heureuse ici et le commerce illégal de la drogue ne se termine pas avec le dernier épisode de la série.

Lire aussi :   Nouveautés Amazon Prime Video pour novembre 2021 - liste des titres
Netflix

Quelque chose d’autre a changé, car je ne pense pas que les deux saisons précédentes combinées aient eu autant de fusillades et d’affrontements que le dernier volet. Le mot « final » a été pris à cœur et, bien qu’il y ait toujours un grand nombre de scènes de conversation bien écrites entre les personnages principaux et les différentes parties du conflit, l’accent est clairement mis sur les fusillades. Bien qu’elles aient été bien tournées, ce ne sont pas mes séquences préférées cette saison. Parfois, elles durent très longtemps et la tension qui accompagnait des scènes similaires dans les saisons précédentes se perd quelque part. Auparavant, le moment où l’on sortait l’arme et où l’on appuyait sur la gâchette était nettement mieux soutenu et lorsque la balle sortait du canon, c’était quelque chose de significatif qui vous attirait plus fortement à l’écran. Dans la saison 3, les minutes s’écoulent sur les acteurs qui tirent à blanc et cela détourne l’attention des éléments plus intéressants. Cependant, la plainte concernant le manque d’action dans la saison 2 est revenue suffisamment souvent pour que les téléspectateurs soient maintenant probablement satisfaits.

Auparavant, les tournages arrivaient au bon moment, donnaient des émotions et étaient sous-tendus par des scènes de haute tension. Ici, c’est différent, mais les jeux politiques et les mêlées verbales sont toujours au premier plan, observant les personnes au sommet et celles qui sont tombées du piédestal. Il semble également que ce soit une bonne décision de ne pas diviser la narration en deux intrigues distinctes. Ici, tout s’entremêle et chaque petite histoire est pertinente pour l’ensemble. Le caractère documentaire et le respect porté aux faits et aux personnages méritent des applaudissements. D’autant plus que l’ensemble est cohérent – non seulement dans le monde présenté, mais aussi par rapport aux saisons précédentes.

Lire aussi :   Marvel : MMORPG Triple-A en développement

Parmi les intrigues les plus réussies, nous avons aussi une intrigue résolument inférieure. Victor Tapia doit être mentionné ici (Luis Gerardo Méndez). Je comprends qu’ils aient voulu montrer une autre facette du Mexique, en soulignant l’injustice et le manque de soutien de la police, déchirée entre la loi et l’anarchie, mais cela n’a pas été très intéressant du point de vue de la saison dans son ensemble. D’autres intrigues le font bien mieux, en nous donnant une idée de cette impuissance et du mal qui prévaut chez beaucoup de gens. Narcos : Mexique n’est pas seulement l’histoire d’un système corrompu et du commerce de la drogue, c’est aussi, en fin de compte, le portrait de personnes qui courent après l’argent et perdent peu à peu leurs valeurs. La cupidité et le pouvoir conduisent à un bonheur temporaire, mais à la fin, certains se sentiront coupables et voudront s’améliorer – mais il sera trop tard pour cela.

Narcos : Mexique

[affimax keyword= »tv » engine= »afx » template= »carousel » price= »500-800″]
Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Peacemaker - bande-annonce complète de la série. Le monde a besoin de ce fils de pute

Peacemaker – bande-annonce complète de la série. Le monde a besoin de ce fils de pute

Steam Deck - Valve dévoile le kit du développeur

Steam Deck – Valve dévoile le kit du développeur