in

Murderville : saison 1 – critique

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Murderville est une chose bien spécifique. Dès le premier épisode, nous voyons qu’il s’agit d’une parodie à part entière des séries policières, se moquant de nombreux schémas et clichés. Cela se manifeste dans l’enquête, mais surtout dans le personnage du détective Seattle, courageusement interprété par Will Arnett. Sa narration, son enquête bizarre sur la mort de son partenaire ou ses répliques d’un comique absurde ne laissent aucune illusion sur ce à quoi nous avons affaire. C’est amusant de voir Arnett dans ce rôle, car il s’amuse tellement que nous pouvons le voir. Une grande partie du dialogue est improvisée, ce qui fait qu’Arnett se sent comme un poisson dans l’eau. Toute sa spécificité séduira les spectateurs qui s’attendent à quelque chose de très inhabituel et de conscient. Ce n’est certainement pas une comédie basée sur de nombreux gags, mais sur le fait de rire de choses que tout fan de série connaît.

Chaque épisode suit le même schéma, ce qui rend la série prévisible. Nous avons donc un détective qui apprend sous la tutelle de Seattle. Et ce rôle est joué par une personne célèbre – Kumail Nanjiani, Ken Jeong ou Sharon Stone. Les grandes lignes du scénario sont connues d’Arnett et des réalisateurs, mais les invités n’ont aucune idée de ce qui va se passer ou de ce que l’autre personne dans la scène va dire. De l’improvisation totale ! C’est d’une part la force de Murdervilled’une part parce qu’il garantit des moments comiques, d’autre part sa faiblesse parce qu’il expose un casting raté. Tous les bons acteurs ne savent pas improviser, ce que cette série prouve parfaitement.

Les meilleures performances sont celles de Kumail Nanjiani et Ken Jeong. Ce n’est pas une surprise, car ce sont des comédiens expérimentés qui sont capables de se lancer dans cette convention et de passer un bon moment. Ils ne peuvent eux-mêmes supporter de rire des absurdités qui se produisent dans les scènes. Malheureusement, de l’autre côté, nous avons une Sharon Stone confuse qui ne sait pas quoi faire, ainsi qu’une Annie Murphy fade, un Marshawn Lynch indifférent et un Conan O’Brien un peu bizarre mais attachant. Cela montre également à quel point l’improvisation est un art difficile. Will Arnett se donne beaucoup de mal pour les provoquer dans des interactions amusantes, mais les réactions sont le plus souvent peu créatives. C’est la faute des directeurs de casting, qui auraient dû jeter leur dévolu sur une personne capable de s’affranchir des conventions.

Murderville est une idée excellente et fraîche qui est un exemple de potentiel gaspillé. Le casting malencontreux des invités et la structure schématique produisent une série dans le style d’une curiosité intéressante plutôt que quelque chose de vraiment intéressant à regarder.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Patryk Vega travaille sur un film en langue anglaise. Nous connaissons les détails

Patryk Vega travaille sur un film en langue anglaise. Nous connaissons les détails

Uncharted - Tom Holland parle du film tout en jouant à Uncharted 4

Uncharted – Tom Holland parle du film tout en jouant à Uncharted 4