in ,

L’escalier hurlant : lire un extrait d’un roman fantastique

Livre L’escalier hurlant. Lockwood et Sp. Jonathan Stroud a récemment été publié par Poradnia K, éditeurs, entre autres, de Adventures Enola Holmesdes romans de l’univers Stranger Things ou la trilogie de Maureen Johnson Vraiment sournois.

L’intrigue du roman se présente comme suit :

Qui va arrêter la terrifiante épidémie ?

Londres a un énorme problème. Depuis cinquante ans, des fantômes hantent la ville et paralysent de plus en plus la société. Les agences de détectives s’occupant de phénomènes surnaturels sont très nombreuses. Mais seuls les jeunes peuvent y faire face – les jeunes en voient plus qu’on ne le pense.

Lucy Carlyle a de grandes ambitions. Ce à quoi elle ne s’attend pas, c’est d’unir ses forces à celles de la plus petite et déclinante agence de la ville, Anthony Lockwood, et de son fidèle acolyte, George Cubbis. Malgré le courage et l’intelligence des agents et le charisme de leur chef, l’enquête commune se termine par une découverte macabre et une catastrophe majeure. Il n’y a qu’un seul moyen de le racheter : résoudre le cas de Combe Carey Hall, qui serait la maison la plus hantée d’Angleterre, une maison dont on ne peut s’échapper… La seule chance de percer le mystère de ce lieu est d’y passer la nuit, en affrontant les terreurs de la Chambre Rouge et de l’Escalier Hurlant.

Une agence, gérée sans la supervision d’un adulte, des capacités que seuls les jeunes possèdent, des personnages principaux merveilleusement dessinés et des relations vivantes et intéressantes entre eux, voilà qui porte la série Lockwood &amp ; Company à un tout autre niveau de la littérature jeunesse. La première partie, « L’escalier hurlant », avec son action palpitante et son humour mêlé à une réelle terreur, satisfera tous les amateurs du genre. Pas seulement les jeunes.

Avant de lire l’extrait L’escalier hurlantRegardez ce que l’auteur a à dire aux lecteurs polonais :

ESCALIERS HURLANTS – EXTRAIT DU ROMAN

Londres a un énorme problème. Depuis cinquante ans, des fantômes hantent la ville et paralysent de plus en plus la société. Les agences de détectives s’occupant de phénomènes surnaturels sont très nombreuses. Mais seuls les jeunes peuvent y faire face – les jeunes en voient plus qu’on ne le pense.

Lucy Carlyle a de grandes ambitions. Ce à quoi elle ne s’attend pas, c’est à unir ses forces à celles de la plus petite et déclinante agence d’Anthony Lockwood et de son fidèle acolyte, George Cubbins…

La série basée sur le livre arrive bientôt sur Netflix !

Vous trouverez ci-dessous un extrait du livre traduit par Tina Oziewicz.

Sur les premiers cas de maisons hantées sur lesquels j’ai enquêté avec Lockwood et Sp., je préfère ne pas trop en dire. D’une part, pour protéger l’anonymat des victimes, d’autre part, en raison de la nature radicale des cas enquêtés, mais surtout parce que, malgré toute notre ingéniosité et la variété des cas, ils se sont tous soldés par des flops. Eh bien, j’ai finalement crié ! Aucune de nos premières interventions n’a trouvé la fin que nous aurions souhaitée. Le cauchemar de Mortlake a été chassé, mais pas plus loin que Richmond Park, où il se cache chaque nuit parmi les arbres silencieux. Nous avons réussi à détruire à la fois le fantôme gris d’Aldgate et le phénomène appelé « Ticking Bones », mais seulement après qu’ils aient fait plusieurs autres victimes (ce qui, je pense, aurait pu être évité). Et l’ombre rampante qui a traqué la jeune Mme Andrews – mettant en danger sa santé mentale et lui faisant porter des jupes de plus en plus longues – eh bien, où que soit la pauvre fille maintenant, l’ombre se glisse toujours derrière elle. Je ne peux donc pas dire que nous avions une liste de succès dans notre entreprise derrière nous lorsque Lockwood et moi sommes arrivés à la maison portant le numéro 62 de la rue Sheen par un après-midi d’automne brumeux et avons sonné à la porte. Nous nous tenions sous le porche, dos à la rue, où un bourdonnement sourd se faisait entendre. Lockwood a tenu la cloche plus longtemps avec le doigt de sa main droite gantée. Un écho s’est tu dans les profondeurs de la maison.

J’ai regardé la porte, les traces de peinture écaillées par le soleil, les rayures sur la boîte aux lettres. Les quatre losanges de verre laiteux de la vitre de la porte ne laissent passer que l’obscurité. La véranda donnait l’impression d’un lieu désert et inutilisé, ses coins étaient recouverts d’une épaisse couche de feuilles de hêtre trempées, qui recouvraient également le chemin et la pelouse.

– Ok – j’ai parlé. – N’oubliez pas nos nouvelles règles. Ne dites pas tout de suite tout ce que vous voyez devant un client. Ne discutez pas à voix haute de qui a tué qui, comment et quand. Surtout, n’imitez pas votre interlocuteur. Je vous en supplie, parce que ça finit toujours mal.

L'Escalier Hurlant. Série Lockwood &amp ; Sp. Volume 1Source : Guide K

– Trop de choses à la fois, Lucy, je ne me souviens plus, répondit Lockwood.

– Essayez.

– Tu sais quelle oreille j’ai pour les accents. J’imite les gens involontairement.

– C’est les imiter après leur avoir parlé. Pas pendant, pas à voix haute, et surtout quand il s’agit d’un Irlandais de plus d’un mètre avec un défaut d’élocution, qui travaille sur les quais d’un port, et que nous sommes à un kilomètre de tout endroit animé.

– En fait, il était vraiment rapide pour quelqu’un de cette stature, a convenu Lockwood. – Mais admettez-le, le sprint est bon pour la forme. Tu as senti quelque chose ?

– Jusqu’à présent, non. Mais ça ne veut rien dire, après tout, nous sommes dehors. Et vous ?

Il a retiré son doigt de la cloche et a corrigé un instant quelque chose au col de son manteau.

– Je vais vous surprendre, parce que je le fais. La mort était dans le jardin il y a quelques heures. Sous ce buisson de laurier à mi-chemin sur le chemin.

– Je suppose que vous allez me dire que c’est juste une petite lueur », ai-je répondu. La tête inclinée et les yeux mi-clos, j’ai écouté le silence derrière la porte.

– Oui, de la taille d’une souris – a acquiescé Lockwood.

– Bien que ça aurait pu être une taupe. Je soupçonne un chat.

– Donc… pas nécessairement quelque chose en rapport avec notre affaire, puisque nous parlons d’une souris ?

– Pas nécessairement.

Derrière une vitre laiteuse, dans les profondeurs de la maison, j’ai surpris un mouvement : quelque chose bougeait au bout du couloir sombre.

– Ok, c’est parti, c’est parti, j’ai dit. – Rappelle-toi ce que j’ai dit.

Lockwood s’est baissé pour ramasser le sac de voyage posé à ses pieds. Nous nous sommes tous les deux éloignés de la porte, en affichant des sourires professionnels agréables sur nos visages.

Nous avons attendu et rien ne s’est passé. La porte ne s’est pas ouverte.

La maison était vide.

Lockwood venait d’ouvrir la bouche pour dire quelque chose quand nous avons entendu des pas sur le chemin derrière nous.

– Je suis vraiment désolé, les gars ! – La femme qui a émergé de la brume marchait lentement auparavant, mais lorsque nous nous sommes tournés vers elle, elle a accéléré, se mobilisant pour un jogging forcé. – Excusez-moi ! – a-t-elle répété. – Il y a eu un imprévu. Je ne pensais pas que tu viendrais si tôt.

Une petite femme d’âge moyen, enveloppée dans un gros pull épais, a gravi les marches. Elle avait un visage rond, ses cheveux courts blonds cendrés étaient tirés en arrière et maintenus derrière ses oreilles avec des épingles à cheveux fonctionnelles. Elle était vêtue d’une longue jupe noire, d’une chemise blanche rigide et d’un gilet en laine avec des poches rembourrées de chaque côté. D’une main, elle tient un mince dossier en plastique, de l’autre elle s’enfonce profondément dans la poche du cardigan, étirant le tricot.

– Mme Hope, c’est ça ? – J’ai demandé. – Bonsoir madame. Je suis Lucy Carlyle, et voici Anthony Lockwood de Lockwood et Compagnie. Vous nous avez appelés.

La femme s’est arrêtée sur l’avant-dernière marche et nous a fixé avec des yeux gris et grands ouverts dans lesquels sont apparues tour à tour toutes les émotions typiques de ce genre de situation : méfiance, ressentiment, incertitude et horreur. Une réaction similaire était habituelle dans notre profession, nous ne l’avons donc pas pris personnellement.

Elle a fait passer son regard de moi à Lockwood et vice-versa, remarquant nos tenues soignées, nos coiffures, les rapières brillantes accrochées à nos ceintures et les lourds sacs de toile que nous tenions. Elle a fixé nos visages pendant un long moment. Rien n’indiquait qu’elle avait l’intention de s’approcher de la porte.

– Juste vous deux ? – a-t-elle enfin demandé.

– Juste nous », j’ai hoché la tête.

– Vous êtes encore si jeunes.

Elisa B.

Written by Elisa B.

Elisa, rédactrice pour plusieurs médias sur le Web. Je rédige au sujet des séries TV, du cinéma et des jeux vidéos. Je publie tres régulièrement, n'hésitez pas ainsi à venir consulter ce site régulièrement et vous tenir informé des dernières actualités sur ces 3 thématiques passionnantes.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

večer, souhrn

[Alchimy.info] – Le dogecoin bondit de 44% en un jour – et autres articles

Apex Legends : un nouveau trailer montre les capacités de Ash