in

L’âge d’or : saison 1, épisodes 2 et 3 – critique

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

L’âge d’or dans les deux derniers épisodes, il a mis un peu tons plus foncés qu’auparavant. Le premier épisode a certes abordé des thèmes plus difficiles, comme le deuil et les inégalités sociales, mais l’ensemble est resté assez léger. Cette fois, une décision vraiment forte a été prise, qui pourrait indiquer la direction que prendra la série à l’avenir – et si c’est le cas, l’argent ancien et nouveau sera taché de sang. Et c’est une vision intéressante.

Photo : HBO GO

Je vais commencer la critique par la toute fin, le final de l’épisode 3, car il projette de manière significative sur la perception de l’ensemble. Tout au long de l’épisode, nous voyons George Russell essayer de faire passer une loi qui aidera son entreprise. Il doit risquer toute sa fortune pour faire valoir son point de vue, et il prend un risque énorme. Les Russel se révèlent être un couple extrêmement soudé et déterminé, qui a fait une énorme fortune par ses propres moyens pour une bonne raison – ce qui est certainement quelque chose d’admirable. Il y a un sentiment de satisfaction lorsque, malgré toute l’humiliation qu’ils ont dû endurer jusqu’à présent, leur plan réussit. Ce qui suit dans les minutes qui suivent, le suicide de leur adversaire ruiné, est comme un seau d’eau froide qui nous fait nous souvenir de l’enjeu. La victoire a un arrière-goût amer. Dans les dernières minutes, nous voyons la tragédie émouvante d’un père et d’un mariqui n’est plus en mesure de subvenir aux besoins de sa famille. Les décisions que nous prenons ont de graves conséquences. Nous ne pouvons pas prévoir leurs conséquences.

Après trois épisodes, il est également possible d’en dire un peu plus sur les personnages et la dynamique entre eux. Certainement Agnes van Rhijn, joué par Christine Baranskisemble être l’un des personnages les plus intéressants. On peut facilement sympathiser avec Ada ou Marian, qui sont très gentilles et tentent de défier les conventions sociales, mais la véritable victoire est que la gardienne de l’ordre ancien est dépeinte de telle manière que nous pouvons la comprendre, même si nous sommes souvent en désaccord avec elle. Parce qu’Agnès essaie toujours de prendre soin de ses proches, même si beaucoup de gens autour d’elle ne le voient pas. Nous savons déjà qu’elle a dû faire des sacrifices pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa sœur après la trahison de son frère, et que son mari était un homme cruel. Nous compatissons avec elle et admirons sa volonté de survivre. Elle sait quel destin attend les femmes dans ce monde, alors elle essaie de contrôler Marianne. Elle s’engage à respecter les règles en vigueur, mais embauche une fille à la peau noire. Cela peut indiquer qu’Agnès s’est simplement adaptée à son environnement parce qu’elle n’avait pas d’autre choix, mais elle n’est pas complètement aveuglée par celui-ci.

Le seul personnage avec lequel j’ai un léger problème est… Ruisseau Marian. Bien qu’elle soit un personnage extrêmement sympathique et qu’elle soit censée être un levier de changement, son dialogue semble parfois maladroit. Il est difficile de croire qu’elle continue à essayer de convaincre les femmes qui l’entourent de ses opinions, exactement de la même manière. Il serait peut-être plus réaliste qu’elle garde parfois ses opinions pour elle, sachant que personne ne l’écoutera probablement, ou qu’elle pense à changer de tactique. Pour l’instant, il semble que le personnage le plus unidimensionnel. Cela me manque aussi qu’elle repense au genre de personne qu’était son père, car lorsqu’elle a découvert comment il traitait ses tantes, elle a quand même pris son parti. Cela aurait pu au moins briser un peu sa vision du monde. La réaction de la femme était trop fade et semble être une occasion manquée pour une intrigue vraiment forte.

Après trois épisodes L’âge d’or Je peux affirmer avec certitude que La relation entre les Russel est l’un de mes sujets préférés. dans la série. On peut voir qu’ils s’aiment beaucoup et qu’ils respectent les limites de l’autre – lorsque Bertha veut rester seule, le mari ne pousse pas et quitte la pièce, il demande aussi à chaque fois si sa femme souhaite sa compagnie. C’est difficile de ne pas l’aimer quand il traite sa bien-aimée comme une reine. Et ce qui les rend vraiment intéressants, c’est leur détermination. Ils sont tous deux motivés par la réussite. Et de leur propre aveu, ils s’entraident dans leur relation pour y parvenir. Ils n’ont pas peur de prendre des risques et peuvent, avec colère, tout acheter d’une foire de charité pour ensuite y mettre fin parce que les femmes qui l’organisent ne voulaient pas utiliser la salle de bal de Bertha. Les voir essayer de gagner leur place dans cette communauté paroissiale est fascinant. Tous deux sont prêts à tout pour gagner, qu’il s’agisse d’une grosse affaire ou d’une dispute avec les voisins.

L’âge d’or est une position intéressante en termes de fiction historique – On y retrouve de plus en plus de saveurs, comme les anciennes séances de cinéma, le développement des chemins de fer ou la création de la Croix-Rouge. On peut également trouver beaucoup d’inspiration dans des événements réels – les Russel rappellent beaucoup la famille Vanderbilt, qui a également gagné beaucoup d’argent mais n’était pas acceptée parmi l’élite new-yorkaise. L’épisode 3 a également prouvé que nous pouvons nous attendre à des rebondissements assez sombres, et que les créateurs n’auront pas peur de montrer le côté le plus laid des jeux politiques. C’est vraiment quelque chose à attendre avec impatience.

L’âge d’or

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GT Sophy - L'intelligence artificielle de Sony bat les champions de Gran Turismo®.

GT Sophy – L’intelligence artificielle de Sony bat les champions de Gran Turismo®.

Playing at Home - critique du film

Playing at Home – critique du film