in

La Roue du temps – saison 1, épisodes 1 – 3

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

La roue du temps heureusement, ce n’est pas le deuxième Game of Thrones ou Le Seigneur des Anneauxcar il présente une atmosphère complètement différente, plus magique. Même s’il faut admettre que plusieurs motifs des premiers épisodes peuvent sembler suspicieusement similaires à l’histoire de Tolkien. La similitude n’est pas fortuite, car l’auteur défunt des livres du cycle La Roue du tempsRobert Jordan, y a fait référence consciemment. C’est pourquoi le Champ d’Emond rappelle un peu le Shire, Moiraine a quelque chose de Gandalf (ils utilisent tous deux la « magie » et dirigent le groupe), Lan est l’équivalent d’Aragorn, et les héros s’embarquent dans un voyage poursuivi par des créatures redoutables. Les bons modèles sont importants, mais il est plus important de donner à l’histoire son propre style. Tout comme Robert Jordan l’a fait avec sa série de livres, les créateurs de la série font de même – ils créent leur propre œuvre, qui ne veut pas être comparée aux productions fantastiques cultes. Et ils le font très bien !

Dans les premiers épisodes, le rythme rapide de l’action frappe immédiatement. Dans le premier épisode, cela peut poser problème à certains téléspectateurs, car nous sautons d’une scène à l’autre pour faire connaissance avec les personnages principaux aussi rapidement que possible et esquisser les relations (étonnamment beaucoup plus intimes que dans les livres) entre eux. Bien que La roue du temps s’est fait connaître en la personne de l’actrice la plus célèbre du casting, Rosamund PikeL’histoire tourne autour des sept personnes traitées de manière égale : Randa, Egwene, Mata, Perrina, Nynaeve, Moiraine et Lana. Ce n’est pas une plainte, mais cela affecte la perception de l’épisode, car il semble très précipité. Cependant, le récit est suffisamment bien rythmé pour que le spectateur sache quels personnages il doit guetter lors de l’attaque du village par les trolloks. Amazon Prime Video n’a pas lésiné sur les moyens pour cet affrontement sanglant et brutal.

Tout d’abord, ce qui mérite des éloges, c’est l’aspect fantastique des créatures, qui sont un croisement entre les animaux et la race humaine. Dans ce cas, il y avait un risque énorme que la production se ridiculise si elles avaient l’air artificielles ou en plastique. Si le budget n’avait pas été élevé, les réalisateurs n’auraient pas réussi à cet égard, car les trolls meurtriers (et plus tard le Pomor) étaient impressionnants. Cela a rendu le massacre du village passionnant, même si l’on peut avoir quelques réserves sur le montage et le travail de la caméra, qui a secoué cruellement. Cependant, on s’attend à des séquences de combat légèrement meilleures, compte tenu des batailles de Game of Thrones. Deuxièmement, Moiraine a montré son pouvoir en tant qu’Aes Sedai. Comme décrit dans les livres, l’utilisation du pouvoir unique avec des flux et des brins a été montrée. Les effets spéciaux étaient superbes (effondrement d’un bâtiment !). Seuls les mouvements de l’héroïne étaient un peu maladroits et ont perturbé le plaisir de cette scène spectaculaire dans laquelle Lan a montré un échantillon de ses compétences en escrime.

Le premier épisode n’a certainement pas été long, ce qui est dû à la vitesse vertigineuse de la narration. Cependant, il présente quelques lacunes au niveau de l’intrigue. L’épisode se termine par une lutte dramatique pour la survie des personnages principaux et leur évasion du Champ d’Emond. Cependant, les créateurs n’ont pas réussi à mettre en valeur leur caractère unique (sauf Egwene). Qu’est-ce qui indique que ce sont ces quatre personnages qui étaient visés par le trollok et que Dragon Reborn était parmi eux ? Dans le livre, il n’y avait aucun doute sur le fait qu’il y avait quelque chose (par exemple, tout le monde était effrayé par un cavalier noir que personne d’autre qu’eux ne pouvait voir), et ici nous n’avons que la parole de Moiraine, qui les observait de loin. Une telle litote au tout début de l’histoire vous incite à l’aborder avec prudence, et enlève au récit son caractère mystérieux.

De plus, on a l’impression que les créateurs sont très déterminés à fourrer dans chaque épisode un maximum d’éléments importants de la mythologie et du monde présentés dans les livres. Et il est bien connu qu’il est incroyablement expansif. Si nous demandions au lecteur une brève description de l’intrigue des livres de Jordan, il finirait par résumer l’ensemble de l’histoire afin d’en transmettre le sens. Et les auteurs essaient juste de dire en quelques phrases qui est qui et ce à quoi ils sont confrontés. Il y a donc des scènes hors contexte où l’Ajah rouge (une des communautés d’Aes Sedai) traque un homme utilisant le pouvoir unique, ce qui le rend fou. Les réalisateurs ne font preuve d’aucune subtilité lorsqu’ils veulent attirer l’attention du public sur divers détails, comme s’ils ne croyaient pas en sa perspicacité. Comme lorsque la caméra survole le héron gravé sur l’épée de Tam ou que Mat joue aux dés sans raison. C’est comme s’ils avaient dressé une liste d’éléments importants qui doivent apparaître dans l’histoire à certaines étapes. C’est une bonne chose, car ils prouvent ainsi qu’ils ont abordé le matériau source avec respect et qu’ils ont soigné les détails. Il a également fait une magnifique citation des livres sur La Roue du tempsle passage des âges et le début, que l’on entend à la fin du premier épisode.

Cependant, l’apprentissage du monde présenté si rapidement ne nécessite pas du tout une grande concentration. Il vaut la peine de lire entre les lignes dans les discours des personnages ou de regarder vers qui l’œil de la caméra est dirigé. Les lois qui régissent ce monde (l’utilisation du Pouvoir Unique, la particularité des Aes Sedai et leurs liens avec les Gardiens) sont expliquées très clairement. Cela ne se fait pas toujours de manière naturelle et sensible (comme lorsque Moiraine explique les règles des Aes Sedai), mais elles trouvent une application plus tard dans l’histoire. Ce rythme effréné ralentit dans les épisodes suivants, qui permettent de mieux connaître les personnages principaux. Dans le deuxième épisode, beaucoup de temps est consacré à Egwene, qui découvre qu’elle peut utiliser le pouvoir unique. Madeleine Madden dans ce rôle est un bon choix, car elle apparaît comme la plus expressive par rapport aux autres jeunes acteurs. Bien sûr, l’expérience de Rosamund Pike, qui respire la solidité dans son rôle, les domine tous. Aussi convaincant est Daniel Henney dans le rôle de Lan, qui a parfaitement rendu la dureté de son personnage sérieux au visage de pierre. Lorsque le groupe se retrouve dans le sombre Shadar Logoth (un spectacle d’effets spéciaux et d’excellents décors), où il doit fuir les ombres, il y a une séparation entre les personnages. Cela va dans le sens du livre, que les cinéastes ont exploité de manière oblique.

Dans le troisième épisode, Perrin et Egwene, gelés après un bain forcé dans les douves, fuient une meute de loups, qui n’est pas du tout menaçante pour le jeune homme. Il est lié à son destin. Les créateurs ont décidé de colorer son histoire par rapport au livre, en ajoutant le fil tragique du meurtre accidentel de sa bien-aimée. Ce fil devrait joliment s’enrichir à l’avenir de dilemmes sur la violence et la culpabilité. On ne peut qu’avoir des doutes sur Marcus Rutherfordqui joue ce personnage. Il est loin d’être une performance charismatique, mais d’un autre côté, l’acteur est aussi fade que son prototype livresque. Le casting est approprié, mais on peut difficilement appeler cela un compliment. Les créateurs auraient pu « améliorer » ce personnage dans la série. Perrin et Egwene ont rencontré les druides (ou le peuple des vagabonds, si vous préférez) au cours de leur voyage, qui ont été bien représentés dans la production. Il fait partie d’une douzaine de peuples Temps de roueu, ce qui est révélateur de son monde élargi. Un autre qui est introduit est le Aiels. La troupe de ce groupe de courageux guerriers a été dévalisée par Mat, joué par Barney Harris. Et malheureusement, il est le choix de casting le plus faible de la série, et les créateurs exacerbent encore ses faiblesses en changeant son personnage. Le Mat du livre est un coquin sournois, fabuleux et immature qui s’attire constamment des ennuis. Dans la série, en revanche, les créateurs l’ont doté d’une histoire peu réjouissante de famille dysfonctionnelle, ce qui en a fait un personnage sombre. Cela a également affecté l’intrigue liée à la dague – on ne voit absolument pas sa transformation et la détérioration de son humeur. En outre, Harris n’a pas non plus le charme spécifique du personnage, de sorte que son sort est vraiment le moins intéressant. Même la reprise de l’intrigue de Mat par le barde Thom Merrilin (une capitale Alexandre Willaume), qui ne portait pas son manteau coloré, n’a pas aidé à le regarder d’un œil plus favorable. Il est gratifiant de voir un autre acteur (Dónal Finn) jouer ce rôle dans la saison 2.

Bien entendu, il convient également de mentionner Joshy Stradowskiqui joue le rôle de Rand, dont l’apparence correspond à la description faite dans les livres. Il devient de plus en plus convaincant d’épisode en épisode, même s’il n’a pas encore eu l’occasion de faire pleinement ses preuves. Sur Izuka Hoyle (Dana) est apparue un peu maladroite, mais il faut reconnaître que l’actrice a donné beaucoup de vie à son personnage, qui s’est avéré être un allié des Ténèbres. C’était un rebondissement surprenant, car il s’est avéré que les gens peuvent aussi être des traîtres et servir le Ténébreux ou ses Maudits. Nous ne pouvons pas non plus oublier Nynaeve, qui est jouée par Zoë Robins. Un choix quelque peu controversé en raison de la couleur de sa peau et de sa beauté, qui se distingue des villageois de Two Rivers. Heureusement, les créateurs ont très bien expliqué les raisons de ce changement, en modifiant la genèse du personnage, qui prendra tout son sens au fur et à mesure que nous découvrirons d’autres peuples dans la série. La roue du temps. Et l’actrice elle-même s’en sort bien dans ce rôle, même si elle est loin de l’original lunatique et capricieux. Dans le troisième épisode, elle a enfin pu montrer son bon côté, ce qui laisse espérer que sa Nynaeve entrera dans le personnage (ou au moins commencera à tirer sa tresse avec colère). Le troisième épisode s’est terminé par la vision intrigante de Logain, un homme prétendant être le Dragon de la Prophétie (joué par Álvaro Morteconnu pour son rôle d’El Profesor dans le film Maison du papier). Cela vous encourage effectivement à suivre l’histoire plus avant dans cette saison.

La série excelle également en termes de décors. Des paysages majestueux sont exposés à chaque tournant. À tel point que l’arrière-plan peut dominer les personnages, comme si le caméraman ne pouvait détourner le regard de ces superbes panoramas. Bien sûr, une partie est générée par ordinateur, mais il est agréable de sentir que nous regardons des paysages authentiques, des montagnes, des régions sauvages, des forêts, des clairières, des rivières, des rochers. Grâce à cette La roue du temps se présente visuellement de façon magnifique, bien que certains puissent accuser les créateurs de vouloir trop envahir les spectateurs avec ces images. Je n’ai aucune objection à ce qu’ils continuent à m’impressionner avec de tels décors naturels dans les prochains épisodes, ainsi qu’avec de la bonne musique qui ajoute de l’excitation et du dynamisme aux événements.

Il convient également de mentionner l’ouverture à La Roue du tempsqui est excellent et se rapporte aux livres. Nous voyons les fils qui tissent (ainsi que les plumes) l’image complexe d’Ajah. Ceci est lié à la Roue du temps – elle tisse les fils de la destinée humaine dans le modèle de l’ère, qui crée l’essence de la réalité pour l’ère. Cela semble compliqué, mais l’intro rend parfaitement compte de cet élément titulaire du monde présenté.

Premiers épisodes Les roues du temps Ils éblouissent par leur panache. Et à juste titre, car la réalisation d’une adaptation satisfaisante des livres a nécessité des sommes considérables. Chaque lecteur était conscient des nombreuses difficultés que les réalisateurs ont dû surmonter, mais ils ont fini par relever le défi. Ils ont apporté quelques modifications à l’intrigue, mais surtout au profit du déroulement des événements et des exigences de la télévision. L’adaptation du livre a été mieux gérée que, par exemple. The Witcherparce qu’ils n’ont pas perdu de vue l’essence de l’histoire et ce qui la rend unique et digne d’être explorée. La série n’est pas parfaite, mais elle ne déçoit pas. Cette grande aventure et cette lutte contre le Mal ne font que commencer, et offrent déjà beaucoup de divertissement. La Roue du temps tourne comme elle l’entend, et le genre fantastique a une chance de briller à nouveau avec cette série !

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vendredi noir 2021 - les promotions les plus intéressantes pour les jeux. Que pouvons-nous acheter moins cher ?

Vendredi noir 2021 – les promotions les plus intéressantes pour les jeux. Que pouvons-nous acheter moins cher ?

One Piece Red : le nouveau film d’animation arrivera en 2022 !