in

Hellbound : saison 1 – critique [Toronto 2021]

 

Hellbound est une série Netflix réalisée par Yeon Sang-hobien connu pour le tube Zombie express.

La bande-annonce résume le point de départ oscillant dans un climat de fantaisie. Un ange apparaît et annonce au pécheur qu’il est voué à l’enfer et quand exactement il va mourir. Puis les exécuteurs de l’enfer apparaissent et le massacrent. Littéralement. C’est l’élément qui est définitivement destiné à terrifier dans cette série, car la façon dont ils traitent le coupable est extrêmement brutale et cruelle. Elle est même destinée à vous dégoûter, mais en même temps, elle a un objectif d’intrigue, car ce n’est pas par hasard qu’elle s’appelle une manifestation. D’une certaine manière, elle montre ce qui attend toute personne qui pèche et est destinée à semer la crainte divine. Seulement, ce n’est qu’un point de départ pour une histoire qui raconte quelque chose de complètement différent. L’élément surnaturel est la base sur laquelle repose l’histoire, mais, au vu de la bande-annonce, je dois vous avertir que ce n’est pas un divertissement spectaculaire pour tout le monde. Il n’y a que quelques scènes tape-à-l’œil avec des hommes de main – elles sont bien tournées et chargées d’émotion, mais elles ne constituent pas le cœur et l’essence de l’histoire.

Le réalisateur traite la question de l’exécution par des émissaires de l’enfer comme un point de départ pour soulever des questions universelles sur les peurs et les angoisses humaines, qui sont dépeintes dans un style événementiel.

Quelqu’un qui ne croit pas en Dieu peut-il croire aux exécuteurs de l’enfer ?

La foi en cet aspect est-elle importante lorsque nous voyons ce qui se passe ? Le réalisateur montre comment un monde moderne rempli de fake news provenant de sources douteuses peut aborder un tel événement, qui, comme on le voit dans la bande-annonce, se déroule en plein milieu d’une grande ville pendant la journée. Il établit des diagnostics effrayants sur la façon dont la société concentre brièvement son attention et passe un instant plus tard à tout ce qui est à l’ordre du jour. Avec la retransmission en direct d’une manifestation sanglante, le monde dans lequel se déroule l’action devrait être bouleversé à jamais. Malgré toutes les circonstances et des centaines de témoins, la secte, qui est devenue un moment l’organisation religieuse la plus puissante du monde, est un instant plus tard une bande de tarés. Hellbound tente de faire comprendre la différence entre croire et voir quelque chose de ses propres yeux, tout en ne croyant pas. Il s’agit d’une vivisection poignante d’une société qui va bien au-delà de la Corée du Sud et qui, en même temps, donne matière à réflexion après le point culminant du film, sur la façon dont les médias sociaux, la technologie et la précipitation quotidienne enlèvent aux gens une part d’humanité. Le réalisateur ajoute à cela le manque d’autorité des jeunes, qui les place dans le rôle d’un outil facile pour les personnes charismatiques et ambitieuses. Ce sont ces personnes qui sont les plus monstrueuses et brutales ici, sans aucun signe d’empathie. Le climax ne laisse donc aucun doute et la scène finale de la série devient le point sur le i. Il montre ce à quoi l’histoire mène et que, malgré tous les événements, le monde est incapable de changer.

Dans tout cela, il ne manque pas non plus de réflexion sur le concept de punition et de justice. Elle est servie par l’histoire personnelle d’un détective dont la femme a été assassinée de nombreuses années auparavant, et dont l’auteur, qui était sous l’emprise de la drogue à l’époque, a échappé à une punition sévère. Allant même plus loin, le film montre que les fanatiques commettent des péchés pires que ceux qui sont condamnés à l’enfer, mais que la punition les évite. Que faut-il pour qu’un ange annonce la mort et l’enfer ? Il n’y a pas de réponse claire ici car cet aspect reste dans le contexte d’une sous-estimation. Cependant, les événements suggèrent que la situation n’est pas aussi simple et zéro-un que tout le monde le souhaiterait. L’action de l’enfer et de ses exécutants est-elle même une décision de Dieu ? La série montre qu’il ne s’agit que d’une interprétation vendue, mais qu’en fait, il pourrait s’agir de quelque chose de complètement différent et peut-être même pas du tout lié à Dieu. Je parierais même qu’avec la prochaine projection, les autres interprétations des spectateurs pourraient prendre tout leur sens. Les paroles de l’ange prises au pied de la lettre par le chef du culte ont créé un récit, mais si l’on considère le motif de la mort lui-même, l’enfer pourrait être l’exécution elle-même. Cela crée beaucoup de potentiel pour la saison 2, où certaines réponses pourraient émerger, mais en même temps, ce n’est pas du tout nécessaire étant donné le sujet de l’histoire et la façon dont la question du surnaturel est un outil pour la raconter, et non l’histoire elle-même.

Yeon Sang-ho il mène parfaitement l’histoire, gardant un bon rythme tout au long de ces quelques épisodes. L’ensemble ne dure que deux heures et demie, et les accents sont si bien répartis qu’il est difficile de s’en détacher. Vous pouvez ressentir certaines similitudes avec le personnage de Zombie Expressparce que le tout est accompagné d’une atmosphère assez spécifique, dense, et en même temps une tension gigantesque se construit. On a le sentiment d’être impliqué en permanence dans l’histoire, qui ne semble pas avoir de moments d’attente en tant que tels. Un défaut est le discours du fanatique sur les médias sociaux, qui va consciemment vers les extrêmes, qui est trop long et, bien qu’il montre bien le problème et la manipulation des personnes qui ont « allumé leur pensée », il se prolonge inutilement. Dans l’ensemble, cependant, il est possible de fermer les yeux sur ce point, car la série devient un excellent divertissement, pas bête, à un niveau universel, c’est-à-dire qu’il n’y a pas ici de spécificités culturelles pour vous faire perdre le rythme. Il s’agit plutôt d’une histoire qui peut toucher les téléspectateurs de la même manière, quelle que soit la latitude. Tout est pimenté d’émotions, ce qui ne laisse qu’une seule conclusion après la projection : cela en valait la peine. Une chose très inhabituelle, qui soulève de manière intelligente de nombreuses questions, en les habillant d’une manière assez divertissante et excitante.

Cette critique a été initialement publiée le 11 septembre 2021 pendant le Festival du film de Toronto.

Hellbound

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GamesVillage.it

PAC-MAN MUSEUM+ : la collection définitive

GamesVillage.it

Hideki Kamiya sur l’annulation de Scalebound :  » Nous n’avions pas assez d’expérience « .