in

Délices et déceptions de 2021 – Piotr Piskozub

C’est avec délices et déceptions que nous vous revenons après 2 ans – après tout, en 2020, marquée par une pandémie, il était difficile de parler d’extases pop-culturelles. Les douze derniers mois pourraient être considérés comme une phase de transition : de l’obscurité à la lumière, du pessimisme à l’optimisme, de l’inquiétude face à la vie à sa célébration. Nous avons parcouru un long chemin, n’est-ce pas ? Nous avons changé beaucoup de nos habitudes, nous avons appris à nous retrouver dans une nouvelle réalité, nous avons esquissé des visions provisoires de l’avenir. Mais nous sommes déjà à notre place : au poste de la culture pop, d’où nous partageons avec vous les rapports suivants.

En 2021, Piotr Piskozub a connu de nombreux plaisirs et déceptions dans le domaine du cinéma et de la télévision. Il a tourné les yeux vers les étoiles, savouré à nouveau l’expérience cinématographique, combattu aux côtés d’une armée de Spider-Man déchirants, cherché des truffes dans les forêts enneigées du Piémont, plongé dans les abysses de l’oubli en compagnie de Anthony HopkinsIl a regardé les sables d’Arrakis et s’est plongé dans une « symphonie de sensations, de couleurs et de sons ». C’est une bonne année. Je vous souhaite, ainsi qu’à moi-même, que celle à venir soit encore meilleure : que le Chevalier Noir nous guide à travers tout le multivers de la folie, et que non seulement le Wakanda, mais aussi tous les amours et les tonnerres de ce monde, résident dans nos cœurs.

Les meilleurs films vus en 2021

Délices

Lancement du télescope spatial James Webb

Le 25 décembre, le télescope spatial James Webb a entamé son voyage aux confins du temps et de l’espace. Même si son voyage durera environ un mois et ne sera que de 1,5 million de km, en réalité, l’un des appareils les plus avancés technologiquement dans l’histoire de la civilisation humaine nous permettra de regarder dans les profondeurs de l’univers et d’atteindre des endroits où aucun homme n’a encore regardé. Grâce au JWST, nous pourrons voir des galaxies émergentes et avoir la chance de rechercher de l’eau sur des planètes lointaines ou sur l’hypothétique 9e planète du système solaire. Comment le travail du télescope est-il lié à la culture pop ? Eh bien, les images qu’il fournit pourraient changer à jamais la perception de notre place dans le cosmos. Si tout se passe comme prévu, le monde de la science devrait se préparer à une véritable révolution dans ce domaine, qui commencera également à transformer d’autres plans – dont celui de la culture pop. Je ne sais pas si le JWST fournira des preuves de l’existence de la vie extraterrestre. Mais je suis sûr que c’est un triomphe pour toute la civilisation, et nous devrions croiser les doigts pour le succès de la mission.

Une expérience cinématographique

L’année 2020, marquée par une pandémie, a radicalement changé nos habitudes de consommation de films. Au cours des 12 derniers mois, cependant, j’ai été rassuré à plusieurs reprises sur le fait que l’opportunité de vivre une projection en groupe est une chose qui nous échappe de manière inimaginable. Elle m’est apparue pour la première fois lors du festival Nouveaux Horizons de cette année, au cours duquel j’ai observé des salles remplies à ras bord et des spectateurs ravis de pouvoir confronter leurs impressions à d’autres. La preuve définitive en a été apportée par la marche triomphale de la production… Spider-Man : No Way Home dans le monde entier – il ne s’agit pas seulement de la montée en flèche de la popularité, mais aussi de l’expérience collective des émotions dans le cinéma, des applaudissements, des cris, des hurlements. À ce stade, on peut également s’interroger sur le sens des premières hybrides, qui privent le public de la possibilité de découvrir une production donnée dans la salle de cinéma. À mon humble avis, ce n’est pas ainsi que l’on ressuscitera le X Muse qui saigne de la pandémie. Le bon chemin se trouve plutôt quelque part à côté de l’autre.

Père

Aucun film ne m’a autant ému cette année que Père réalisé par Florian Zeller. Après la projection, je n’ai pas pu m’en remettre pendant quelques bonnes heures, absorbant et vivant de manière presque palpable le récit depuis un monde complètement différent, à la limite de l’oubli. Hopkins, dans le rôle-titre, est exceptionnel et sa performance ne fait que confirmer qu’il reste l’un des plus grands acteurs de tous les temps. Si après le brillant Amourqu’il nous a montré Michael Hanekeun souvenir est resté en nous, après Père ils seront des taches de vie plutôt indistinctes.

Trufflers

Selon mon classement personnel, il s’agit du meilleur documentaire depuis le sensationnel Sugar Man. Une histoire anodine de vieux Italiens à la recherche de truffes est un récit qui a quelque chose d’une vérité sans limites – cette vérité est construite, avant tout, par les personnes fascinantes, prises sur le vif hors du monde qui passe, mais aussi par leurs chiens, qui ont plus de style que beaucoup de gens. Je n’ai jamais pensé qu’un voyage pour les champignons pouvait être un voyage vers la connaissance de soi.

C’mon C’mon

Sans doute la meilleure thérapie par l’écran de l’année, que j’ai eu le grand plaisir de voir au récent American Film Festival. Quelque part au plus profond, cette histoire est la chronique d’une conversation entre deux générations apparemment incompatibles, et l’ensemble du dialogue est animé par une peur écrasante d’une part, et une recherche commune de réconfort du cœur et de l’âme d’autre part. Deux conclusions fondamentales : Joaquin Phoenix est un génie. Et deuxièmement, si vous ne vous immergez pas dans une « symphonie de sensations, de couleurs et de sons », votre vie sera un peu plus pauvre.

Conduire ma voiture

Une perle absolue que j’ai découverte au festival New Horizons. Directeur Ryûsuke Hamaguchisoutenu ici par un original littéraire Haruki Murakami et l’héritage artistique d’Anton Tchekhov, communique avec le spectateur au moyen d’un langage intime qui est de moins en moins courant autour de nous. Répétant le fameux « Que faire, il faut vivre », j’ai évolué dans un monde d'(in)compréhension omniprésente, se développant quelque part à la frontière entre réalité et magie. Je me souhaite autant de voyages de ce type que possible.

Dune

Oui, je sais, c’est juste le début du voyage. Denis Villeneuve sur les sables d’Arrakis, et le temps d’une récapitulation appropriée est encore à venir. Mais cela ne change rien au fait que je suis absolument ravi de la manière dont le réalisateur canadien rêve d’autres mondes et les expose à l’écran. Dune 2021 captive par sa beauté visuelle et monumentale, pour laquelle la méditation unique et si caractéristique de Villeneuve devient le contraste parfait. En un mot : ce n’est qu’un prologue, mais cette couvée m’a déjà complètement absorbé.

Fanservice dans le film Spider-Man : No Way Home

Même si je reconnais que la construction de l’intrigue est médiocre. Spider-Man : No Way HomeLe dernier épisode du Marvel Cinematic Universe a quand même été très amusant. Il s’agit, après tout, d’un examen de maturité pour le Peter Parker du MCU à l’écran, réussi avec un A, même si c’est avec un peu d’aide de ses amis. Je suis captivé par le fait que le fanservice dans cette histoire fonctionne aussi magnétiquement que dans le film. Avengers : Endgame – Je me risquerais à dire qu’elle le surpasse parfois. Lors de la première projection, j’ai vu des gens se lever à la vue de personnages inattendus ; l’un des voisins de la salle a été tenté de s’agenouiller. Le divertissement auquel nous avons droit Kevin Feige et compagnie, est toujours en cours. Et rien n’indique que ce train va s’arrêter dans un avenir proche.

Loki

J’ai mis du temps à envisager un deuxième prix pour les films de l’UCM de cette année. Après tout, mon coeur a été gagné par leur déconstruction du mythe des super-héros d’une manière sans précédent. Éternels et l’expérience la plus audacieuse de l’histoire du Marvel Cinematic Universe, WandaVision. Mais finalement, le choix s’est porté sur Lokie – Surtout pour son épisode, dans lequel nous avons vu d’autres variantes du protagoniste avec l’alligator en tête. Le mélange de sérieux et d’humour de cette production m’est allé droit au cœur et il semble qu’il y restera pour longtemps. Il ne peut en être autrement, puisque je regarde l’affiche promotionnelle de la série accrochée à mon mur, sur laquelle, juste en dessous de Loki, figure le mot « Believe » avec les lettres « lie » en gras.

Scènes de la vie conjugale

Personnellement, cette suite a été la plus difficile pour moi cette année, et pourtant j’ai attendu les épisodes suivants de la production en retenant mon souffle. Bien qu’il s’agisse ici d’une adaptation télévisée de l’œuvre célèbre Ingmar BergmanLes conclusions tirées de cette chronique unique de l’effondrement de la vie conjugale ont quelque chose d’intemporel. Ils ont la capacité de briser les cœurs les plus endurcis et de nous rappeler des moments de toutes les ruptures que nous avons vécues avec nos partenaires. Oui, ça fait mal, mais avec le temps, leur conjuration conduit à une sorte de purification bizarre.

Freinez votre enthousiasme

Dire que je suis un fan de cette série culte, c’est en fait ne rien dire – vous devriez plutôt me coller l’écusson de son fanatique. La 11ème saison de la production montrant les coulisses d’une vie folle Larry David m’a fait rire aux éclats chaque lundi, en découvrant avec le personnage principal les sens cachés du mot « splendide ». (prononcé avec un accent oriental avec un « sh ») ou les détails de la vaginoplastie. David, comme à son habitude, n’avait pas l’intention de faire de prisonniers, c’est pourquoi il a ridiculisé les mormons, les élites d’Hollywood, Donald Trump et les lanceurs d’alerte dans sa production. Il a même abordé la question de l’Holocauste. 21 ans après la première Freinez votre enthousiasme cette production est encore délectable – dans le monde du petit écran, on peut déjà parler de phénomène.

Déceptions

Venom 2 : Carnage i Matrice de résurrection

Ne vous méprenez pas : ce n’est pas que… Venom 2 : Carnage i Matrice de résurrection devrait figurer sur toutes les listes des pires films de l’année (le premier a reçu de ma part une note de 4/10, le second – même 6/10), mais les créateurs des deux productions méritent certainement une solide tempête. Dans le cas de la suite de l’histoire du symbiote, on soupçonne qu’elle a pu être réalisée sans scénario, ou que le scénario ne faisait pas plus de 4-5 lignes, et que des poulets ont aidé à l’écrire. Avec le nouveau La Matrice J’ai un problème encore plus grand : je n’arrive pas du tout à déterminer dans quel but il a été créé. Le studio Warner Bros. ne profitera pas nécessairement de la popularité de la franchise avec une sortie hybride, tandis que la production elle-même ne sait pas vraiment ce qu’elle veut être : une lettre d’amour à elle-même, une auto-parodie, un traité philosophique bizarre, ou peut-être une démonstration du doigt d’honneur aux fans et, accessoirement, aux producteurs ? Les réponses, comme les films, semblent parfois insensées.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

peněženka

Un porte-monnaie contenant 24 millions de dollars de l’époque de Satoshi s’est soudainement activé après 10,5 ans

Les plaisirs et les déceptions de 2021 - Paulina Guz

Les plaisirs et les déceptions de 2021 – Paulina Guz