in

Batwoman : saison 3, épisode 13 (fin de saison) – critique

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Batwoman n’a aucune idée d’elle-même et le final le confirme en tous points. À commencer par le méchant, le Joker 2.0, qui est ennuyeux, kitsch et dénué de toute vision. Sa genèse n’a aucun sens et le plan pour le sauver est si absurdement stupide. Pourquoi est-il nécessaire de l’électrocuter avec le gadget du Joker ? Pourquoi ne pas simplement créer quelque chose qui l’électrocute et « allume » l’empathie ? Tout cela ne tient pas debout : ni le fait que quelque chose comme ça l’ait transformé en psychopathe, ni la scène larmoyante et terriblement banale où il redevient humain. C’est tellement farfelu, dénué du moindre sens, qu’il est impossible de le prendre au sérieux. Même si on ferme les yeux sur le congrès de la BD. Tout cela n’aurait pas d’importance si le Joker 2.0. était un personnage charismatique et intéressant. L’acteur n’en a aucune idée, il l’incarne fadement, partant du principe que des rires fous, une folie désespérément accentuée et un costume coloré sont tout ce qui fait le Joker. Eh bien, ce n’est pas le cas, et c’est le plus gros défaut de la saison 3. Batwoman.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble du fil personnel de Ryan Wilder est un exemple de la façon dont les scénaristes comprennent complètement mal les interactions humaines. Dans cette série, ils changent au gré de la brise, ce qui les rend impossibles à croire. Une minute, Ryan déteste sa mère et la suivante, il est amoureux d’elle. Cette relation est suffisamment déplacée et superficielle pour être la base émotionnelle de la saison 3, et le final ne fait que le confirmer. Le combat pour Marquiz ne suscite aucune émotion, chaque décision et réaction des personnages tombant dans l’extrême. Dans le cas de Ryan Wilder, cela va jusqu’à des extrêmes très agaçants et c’est dommage pour l’actrice, qui aurait pu montrer un bon côté dans la saison 2. Les scénaristes ont ruiné tout ce qui était bon dans ce personnage. Ils ont créé une personne antipathique et dépourvue de raison ou d’empathie. Et sa romance avec Sophie est simplement forcée, sans alchimie.

En théorie, cette saison devrait appartenir à Alice. C’est le seul personnage qui représente quelque chose dans cette série. L’actrice fait de son mieux pour souligner toute cette folie, et son désespoir total dans le final l’illustre bien. Cela peut être agréable à regarder. Même si Ryan Wilder devient insupportable dans son interaction avec elle. En fin de compte, l’évolution d’Alice est logique, et les décisions qu’elle prend s’intègrent de manière inattendue. Le problème est que le final suggère l’adieu d’Alice à la série, ce qui ne serait que perdre un dernier avantage. Le point positif, cependant, est que son voyage aboutit à une conclusion raisonnablement correcte. Les rires étaient toujours là, mais au moins il restait un peu de bon sens.

Batwoman irrite par la relation entre les personnages, l’inutilité de Mary (sa tirade sur l’importance de sa voix) et l’intrigue bizarre avec le dirigeable de Batman. Pourquoi le Chevalier Noir a-t-il besoin d’un dirigeable ? Finale fatale d’une très mauvaise saison. Il aurait été préférable que la série se termine.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les personnages féminins de jeux vidéo les plus intéressants. Ciri, Aloy, Lara Croft et d'autres femmes qui peuvent faire honte aux hommes

Les personnages féminins de jeux vidéo les plus intéressants. Ciri, Aloy, Lara Croft et d’autres femmes qui peuvent faire honte aux hommes

Morbius - nouvel aperçu. Cure ou malédiction ?

Morbius – nouvel aperçu. Cure ou malédiction ?