in

Archive 81 : saison 1 – critique

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Archives 81 est l’un de ces cas où une production totalement inconnue prend d’assaut les classements de popularité de Netflix. Le battage médiatique lié à Jeu du calamar et de la même manière, le film d’horreur en question a gagné en popularité. Bien sûr, on ne peut pas comparer ce qui s’est passé dans le cas des séries coréennes avec le niveau d’intérêt Archives 81mais il ne fait aucun doute qu’un système similaire est à l’œuvre ici. Il s’agit d’une bonne tendance, car les productions individuelles ne sortent pas parce qu’elles sont artificiellement gonflées à des fins de marketing. Ils ont simplement quelque chose d’intéressant et de précieux en eux. En bref, ils sont si bons que de nombreux téléspectateurs s’y intéressent et les recommandent davantage.

Archives 81 s’inscrit dans cette tendance et c’est tout à fait justifié, car nous avons affaire ici à une très bonne série d’horreur. La production, qui semble être à petit budget, nous attire par son histoire et son mystère, bien qu’il soit utile de mentionner que nous n’assisterons pas ici à un feu d’artifice d’intrigues spectaculaires. Il s’agit d’une histoire d’horreur assez classique, dont la principale valeur réside dans la manière de découvrir le mystère, qui, à chaque épisode, nous entraîne de plus en plus profondément dans les ténèbres. Le fond de l’histoire est également intéressant, puisque nous explorons avec les personnages principaux un culte primordial lié à une autre réalité. Tout cela s’inscrit parfaitement dans la convention des histoires lovecraftiennes, dans laquelle des explorateurs et des aventuriers aléatoires communient avec des divinités anciennes et leurs fidèles. Le chemin de la vérité passe par les méandres de l’esprit des protagonistes, qui sombrent souvent dans la folie, incapables de saisir l’idée de ce à quoi ils ont affaire. Thématiquement Archives 81 n’a rien à voir avec le Mythos de Cthulhu, ce qui est fort dommage, car les références sont parfois si claires qu’il est difficile de croire que les créateurs n’ont pas été inspirés par l’héritage de H.P. Lovecraft.

Archives 81 présente deux histoires qui s’entremêlent, s’entrecroisent et finissent par se fondre en une seule. Dans les années 1990, Melody a loué un appartement dans un immeuble de New York où des choses inquiétantes se passaient. Armée d’une caméra, elle a enregistré tout ce qui lui arrivait jusqu’à ce qu’elle disparaisse mystérieusement. De nos jours, Dan, mandaté par un mystérieux homme d’affaires, parcourt les enregistrements de Melody et découvre des événements étranges et incompréhensibles. Les plans narratifs choisis peuvent donner l’impression que nous avons affaire ici à une production filmée dans la convention de images trouvées. Après tout, nous regardons des cassettes perdues sur lesquelles est enregistré le cauchemar de l’héroïne. Il s’agit toutefois d’une impression trompeuse. Le principal protagoniste de l’histoire est Dan, qui étudie les bandes, de sorte que les événements les plus importants se déroulent en dehors des enregistrements. De temps en temps, nous regardons les films enregistrés, mais l’histoire de Melody est le plus souvent présentée sous la forme d’un flash-back fictif, et non d’un film. images trouvées.

C’est une bonne chose que les créateurs n’essaient pas d’imposer une convention à la série, car cela leur donne plus de possibilités de maintenir l’atmosphère de l’histoire. Archives 81 réussit à la fois au niveau de l’atmosphère et de l’histoire elle-même. Bien qu’il ne soit pas très complexe, il est raconté d’une manière si intéressante qu’il est difficile d’y résister. à regarder des films en boucle. Les créateurs gèrent correctement les secrets. Ils savent quand en dévoiler un peu plus et à quel moment révéler le vrai cauchemar. Ils consacrent également beaucoup d’espace au développement des personnages, montrant leurs émotions, leurs doutes et leur état mental général. Melody et Dan vont de l’avant malgré leur vulnérabilité, ne renonçant pas même lorsqu’un mal terrifiant venu d’un autre monde apparaît devant eux. Rien de tel que des protagonistes bien construits pour devenir nos compagnons de voyage dans l’inconnu.

Dans le dernier épisode de la série, nous sommes quelque peu assommés par le ton sombre de l’histoire. L’horreur est remplacée par le fantastique et l’obscurité par le surréalisme. On peut se demander si c’est la bonne direction à prendre pour une production qui a si bien réussi à nous déstabiliser dans les épisodes précédents. Le final se déroule au niveau de l’esprit du protagoniste, qui est confronté à des traumatismes non traités. Le mal originel personnifié sous la forme de la divinité/démon Kaele passe à l’arrière-plan et n’a plus un impact aussi fort sur l’imagination du spectateur. La créature cesse d’être mystérieuse, ce qui fait perdre au format une partie de sa force motrice. L’autre monde dans lequel Dan se déplace est une image miroir du nôtre. Ici, la vision des créateurs s’écarte nettement des idées de H.P. Lovecraft, qui s’est fait une spécialité de donner aux réalités alternatives des attributs cauchemardesques. De plus, les créateurs terminent la série de manière ouverte. Dan se déplace dans les années 1990 et Melody atterrit dans le présent. La série a donc une porte ouverte pour la suite de l’histoire, mais il est difficile d’imaginer que les prochains épisodes seront toujours aussi dérangeants. Il est possible que le voyage dans le temps et le déplacement entre les dimensions soient des éléments clés de l’intrigue de la prochaine saison. Si c’est le cas, l’horreur risque de se perdre dans un flot de voltes scénarisées. Les thèmes de genre passent souvent à la trappe lorsque les créateurs ont la possibilité de jouer avec le temps et l’espace.

Ne nous projetons pas trop loin dans l’avenir, car nous ne savons toujours pas si une deuxième série sera réalisée (bien qu’après le succès de la production et la fin ouverte, il soit difficile d’imaginer qu’elle ne le sera pas). La fin controversée ne parvient pas à effacer l’impression positive laissée par la série. Archives 81 est un intéressant mystère d’horreur, dont l’exploration n’aurait rien contre H.P. Lovecraft. Une bonne narration, un fondement psychologique approprié des protagonistes, la création de la mythologie de la divinité fictive (un grand épisode rétrospectif qui nous ramène au début du 20e siècle) ne sont que quelques-uns des avantages du format. On retrouve dans la série le style des années 1990, dont le leitmotiv est le support VHS analogique. Archives 81 prouve que les histoires d’horreur racontées par le bon narrateur peuvent avoir un grand pouvoir, même si nous les avons déjà entendues quelque part. Dans ce cas, il y a quelque chose à faire, parce que l’un des producteurs de la série est James Wan. Ce monsieur sait une chose ou deux sur l’horreur.

Archives 81

[affimax keyword= »tv » engine= »afx » template= »carousel » price= »500-800″]
Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24.01.22 Analyse technique de BTC/USD - une autre semaine rouge en perspective ?

24.01.22 Analyse technique de BTC/USD – une autre semaine rouge en perspective ?

Une faille de sécurité dans Dark Souls 3 permet de prendre le contrôle d'un PC

Une faille de sécurité dans Dark Souls 3 permet de prendre le contrôle d’un PC