PUTSCH : lancement du média culturel qui fait débat
Axelle 16 janvier 2018

Temps de lecture : 6 minutes

Après 10 années d’existence dans l’univers des médias, BSC News se transforme pour devenir PUTSCH. Au revoir Montpellier, le média s’exile pour développer de nouveaux supports et changer de modèle. Le lancement est prévu pour le 12 février 2018 et PUSTCH est actuellement en campagne de crowdfunding sur Kiss Kiss Bank Bank. Nicolas Vidal, rédacteur en chef, a répondu à nos questions.


 

 

ALCHIMY : Nicolas Vidal, qui êtes-vous ?
Nicolas Vidal : Je suis né en 1980 sur les bords de la Méditerranée. Après des études de Lettres et de philosophie et des premiers pas en tant que très jeune auteur, j’ai fait quelques allers-retours aux USA. J’ai eu un cursus scolaire aussi laborieux que passionnant. En réalité, je crois que je n’étais pas fait pour le système scolaire. J’aimais apprendre et découvrir sans cadre et sans obligation.
Très rapidement, j’ai monté une première maison d’édition à vingt ans puis un embryon d’agence littéraire. Ce fut une formidable aventure humaine où j’appréhendais mon amour des textes au contact de celui plus rugueux de l’entreprise. Ce fut extrêmement formateur.
J’ai eu la grande chance d’avoir des parents qui ont laissé libre cours à cette indépendance et qui m’ont soutenu dans ces nombreuses pulsions littéraires et culturelles, parfois valables et très souvent naïves avec tout de même un avis critique et constructif. Puis à 27 ans, j’ai décidé de lancer un webmagazine culturel en ligne, premier du genre en France. Il incarnait bien ce que j’étais : passionné, impétueux, sans cadre, sans code et déjà exigeant. Le BSC NEWS est né à l’aube de la crise économique de 2008, sans subvention et sans aide publique des pouvoirs locaux.
 

 

 

A : Comment est né le projet ?
N.V : J’ai lancé BSC NEWS en novembre 2007 seul dans un appartement. Je n’imaginais pas à cette époque que ce média parviendrait à une telle légitimité. Ma conviction reposait sur l’idée que si la culture était traitée de façon ludique et passionnée, elle pourrait agréger un nombre suffisant de lecteurs pour faire vivre ce support.
Le BSC NEWS magazine fut le premier webmagazine lancé en France en 2007. Ce format de support n’existait pas encore. Il y avait aussi une volonté très prégnante de proposer une actualité culturelle hors des sentiers battus. Je dis souvent que la tyrannie de l’audience tue les médias. Et j’en suis encore plus convaincu aujourd’hui. En d’autres termes, j’ai pris le parti dès le début de traiter la culture avec des éclairages peu convenus et d’inviter des personnalités peu visibles et/ou boudées par les médias. Le BSC NEWS a produit en dix ans plus de 6600 articles, 107 numéros du magazine, 8 éditions du tabloïd avec seulement 10 journalistes à la rédaction. BSC NEWS fut un ovni dès le début qui a su prendre son envol et atteindre une vitesse de croisière.
 

 

A : Qu’allons-nous retrouver dans PUTSCH ?
N.V : Parce que la culture doit faire débat, parce qu’il y a une nécessité aujourd’hui de bousculer l’ordre culturel établi. Putsch veut être cet espace privilégié de lectures, de réflexions et de débats. Un forum indispensable et inhérent à toute démocratie ne peut exister que si toutes les voix, même discordantes et subversives, ont un espace, un lieu pour s’exprimer. Parce que Putsch ne veut rien s’interdire lorsqu’il s’agit de faire vivre la démocratie et la culture.
Nous proposerons également toute une série de tribunes à des personnalités culturelles et des intellectuels.
C’est pour cela aussi que la marque PUTSCH prend tout son sens car je souhaitais depuis longtemps renforcer la ligne éditoriale sur le pluralisme des voix, de plus en plus rare de nos jours.
PUTSCH sera le média qui bousculera l’ordre culturel établi avec une série d’entretiens de personnalités parfois piquantes et corrosives. Car la culture doit faire débat et doit poser des questions qui alimentent la démocratie. Ainsi nous offrirons la possibilité aux lecteurs de se faire leur propre opinion. Aiguiser le libre-arbitre de tout un chacun sera l’objectif de PUTSCH.
Enfin, nous avons décidé de diffuser via une nouvelle chaîne YOUTUBE une série de supports vidéos diffusés sur notre WebTv dès février 2018. Deux programmes sont déjà en cours de préparation. Cette corde manquait à notre arc.
Deux offres d’abonnement claires seront proposées aux lecteurs afin de bénéficier d’un traitement éditorial culturel et franc-tireur, loin de l’information et des décryptages convenus. Il y aura également un journal papier qui paraîtra tous les mois. Il déclinera la ligne éditoriale de PUTSCH sous un format 28 pages au prix de 3,99 euros.
© PUTSCH

 

A: Quelles sont vos influences ?
N.V : J’ai en vérité de très nombreuses influences qu’elles soient littéraires, culturelles ou humaines. J’y ajouterai la formidable transmission de mon père dans cette chose fondamentale qu’est la réflexion et son pendant précieux : le libre arbitre, cette faculté à réfléchir au lieu de réagir et de se poser des questions pour comprendre et argumenter.
Et puis il y a cette citation de Philippe Murray que j’aime beaucoup : « L’Empire du Bien reprend sans trop les changer pas mal de traits de l’ancienne utopie, la bureaucratie, la délation, l’adoration de la jeunesse à en avoir la chair de poule, l’immatérialisation de toute pensée, l’effacement de l’esprit critique, le dressage obscène des masses, l’anéantissement de l’Histoire sous ses réactualisations forcées, l’appel kitsch au sentiment contre la raison, la haine du passé, l’uniformisation des modes de vie ». Pour moi, ça c’est Putsch !
 

 

A: Il vous reste 800€ à récolter, on vous laisse convaincre les Alchymistes !
N.V : Chères et chers alchimistes, devenez des lecteurs putschistes ! Plus que jamais, la presse indépendante a besoin du soutien inconditionnel de ses lecteurs pour faire vivre toutes les idées et offrir un espace de réflexion très large au plus grand nombre.
Parce que le lecteur de Putsch n’est pas qu’un simple consommateur d’information, il sera le fondateur de ce média. Devenir un lecteur putschiste fera de vous le garant d’une culture qui fait débat tout en faisant vivre le pluralisme des idées.
Parce que le lancement d’un média comme Putsch ne peut se faire sans le soutien de lecteurs qui, comme nous, sont très attachés à la culture ainsi qu’à ces valeurs que sont l’indépendance, le débat et la réflexion.
Parce que le lecteur de Putsch doit militer et défendre le pluralisme de la presse contre l’idéologie, le parti pris et l’uniformisation des contenus et les sujets bankable et fédérateurs autour d’un seul et même dessein : le divertissement béat.
Parce que le lecteur de Putsch aime lire des voix discordantes, s’affronter intellectuellement à des invité(e)s francs-tireurs et souhaite promouvoir une nouvelle conception de la presse de plus en plus décriée.
Devenir lecteur de Putsch, c’est nous soutenir et ainsi militer pour faire vivre cette culture qui fait débat.
 

 

A: Le lancement a lieu le 12 février 2018, quelles sont les prochaines étapes ?
N.V : Nous sommes en train de peaufiner le site et d’articuler les différents innovations autour de la maquette. Nous avons déjà une série d’interviews qui seront publiées durant les premiers jours de lancement sur des sujets culturels iconoclastes et corrosifs.
Putsch proposera aux lecteurs passionnés de culture et de débats de découvrir une nouvelle façon de faire du journalisme culturel. Nous espérons les surprendre et titiller leur curiosité culturelle en sortant des sentiers battus. Nous tenterons également de réconcilier une partie du lectorat profondément déçue des médias qui ne se reconnait plus dans la façon de traiter uniformément l’actualité. Il est bien entendu que nous espérons fédérer le maximum d’abonnés autour de PUTSCH dès la première année afin de pérenniser le média et prévoir de nouveaux développements pour 2019.
 

 

Soutenez Putsch sur Kiss Kiss Bank Bank
 
Axelle

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *