Les Basement Tapes de Dylan sortent des bois
Guillaume Le Coq 28 novembre 2014

Temps de lecture : 2 minute

Quarante sept ans après l’enregistrement du plus mystérieux album de Bob Dylan et sa Bande, Columbia Records a décidé de publier l’intégrale de Basements Tapes et ses 138 titres. Entre fascination et mythe, cette compilation permet d’en savoir plus sur la légende Dylan.


 

Nous sommes en 1966, Bob Dylan est à cette époque à l’apogée de sa carrière. Les albums Highway 61 Revisited et Blonde on Blonde viennent de bousculer le genre musical mêlant folk et rock. Cette nouvelle étape dans le processus de création de Dylan a été mal reçu par une partie du public à l’époque. Certains n’hésitant pas à crier « Judas » à Dylan en concert pour avoir trahi la cause de la musique folklorique, politiquement progressive.

Quelques mois plus tard, Bob Dylan, au guidon de sa Triumph s’écrase près de son domicile à Woodstock. Commotion cérébrale, vertèbres fissurées. Cela bouscule à jamais sa carrière… 1967 sera son année la plus prolifique en tant que compositeur.

Dylan se réfugie avec les membres de The Band dans leur maison de campagne. Cadre paisible, au milieu des bois, parfait pour écrire, composer, réinventer le folk, le country et ses influences. Il change de ton, devient moins agressif. Il privilégie la modestie et le traditionnel sur la modernité.

 

Dylan and the Band
© theguardian.com

Quatre mois. Bob et sa bande enregistrent 138 morceaux. Une boulimie. Dylan se libère : d’un côté la recherche du salut, la mort contre la vie avec des morceaux comme Tears of Rage, One Man’s Loss. La délivrance de l’autre que l’on peut retrouver dans Ol’ Roison the Beau.

Contradiction totale avec ce qui se passait en 1967 dans le monde de la pop qui célébrait la naissance du hippie, l’amour universel. Ce mouvement célébré dans Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, les premiers albums des Pink Floyd et de David Bowie.

Une révolte est en marche. Bob Dylan ne prend pas le train. Il préfère chanter sur la fidélité de ses parents. Un album enregistré « dans une boîte en carton » où Bob et sa Bande étaient des souris affamées de composition.

 


Avec The Bootleg Series Vol. 11: The Basement Tapes Complete, nous parcourons les quatre mois les plus prolifiques de Mr Bob Dylan et nous comprenons mieux le Mythe !

 

SIGLE NOIR MINI WEB

Guillaume Le Coq

Agriculteur exploitant et éleveur de poulet à la SCEP depuis 1964.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *