L’art de la flemme, ou comment oser ne rien faire !
Hugo 17 décembre 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Pour vous aussi parfois votre lit devient vivant ? Vous n’hésitez pas à lui faire des reproches, il vous retiendrait prisonnier ? Vous avez la flemme ! Venez donc lire ce petit traité de la flemme, si vous avez la flemme de faire ce que vous êtes en train de faire.


La COP21 s’achève, pensons à la planète et arrêtons de gaspiller de l’énergie. Une solution simple que tout le monde peut appliquer chez soi : la flemme.

La flemme de se lever, la flemme de prendre sa voiture, la flemme de travailler. Et si ne pas dépenser son énergie à faire ce qu’on doit faire était l’avenir de l’humanité ?

 

gaston

 

Avouons-le, la flemme a mauvaise presse depuis quelques années. Et c’est vrai qu’il y a une part négative dans la flemme. On ressent une répugnance à travailler ou à faire un effort. Soit on le fait et on trouve cela désagréable, soit on ne le fait pas, avec toutes les conséquences qu’il peut y avoir ensuite. Et il y a aussi la flemme suraiguë, comme une sorte d’état de flemme généralisé, la fameuse procrastination.

C’est le syndrome de vouloir toujours tout remettre au lendemain. Le « procrastinateur » est toujours en retard car il n’arrive jamais à se mettre au travail. Quand une tâche ne lui apporte aucun plaisir il ne peut pas la réaliser et repousse à plus tard. Autant vous dire que quand on en est là, la flemme est devenue une maladie plutôt handicapante dans la vie.

C’est vrai que la flemme peut vous bloquer et être fainéant n’est pas une qualité. Mais la flemme passagère n’empêche pas de travailler et de réussir dans sa vie. La flemme, c’est un sentiment qu’on développe à certains moment, et qu’on doit parfois savoir écouter.

 

garfield

 

Attention par contre à ne pas confondre la flemme et la paresse. La paresse est un état d’esprit qui vous pousse à ne rien faire, à refuser de faire ce qu’il est nécessaire de faire pour vous ou pour les autres afin de mieux vivre. La paresse est plutôt négative, c’est même l’un des sept péchés capitaux. Et il existe de magnifiques anti-héros qui prônent la paresse comme Gaston Lagaffe ou Garfield.

Mais la flemme ce n’est jamais qu’un petit de bout de paresse passagère. Et ça a aussi du bon. A l’image de nos deux héros de bande dessinée, prendre son temps permet d’améliorer son imaginaire, de profiter de plaisirs simples. La flemme permet d’échapper quelques instants au travail et aux impératifs de la vie, de souffler un peu et prendre le temps d’avoir du temps.

 

 

Et puis vous avez remarqué comme la flemme amène parfois à une grande productivité. Il y a plein d’exemples.

Ceux qui sont assis à leur bureau en ayant la flemme de s’y mettre deviennent spécialistes des mouches, ceux qui ne font pas leur exposé de groupe progressent au tarot (NDLR : valable avec d’autres jeux de cartes), ceux qui ont la flemme de faire leur vaisselle connaissent tous les restaurants de la ville, les couples qui préfèrent rester au lit le matin fabriquent les futures générations, ceux qui jouent de la guitare plutôt que de réparer l’évier composent peut-être le tube de demain. Bon c’est vrai, ce n’est pas valable pour tout. Mais pensez-y, chaque fois que vous avez la flemme de faire quelque chose, toute autre occupation devient d’un grand intérêt comme par magie. Ça n’a pas de prix.

Et parfois votre flemme vous guide instinctivement vers une occupation qui vous passionne vraiment. C’est au moins l’occasion de rencontrer une nouvelle passion, et dans le fond vous savez bien que ce qui vous passionne vous apportera toujours plus dans la vie que n’importe quelle tâche rébarbative. Malheureusement, quand il faut s’y mettre…

 

 

Oui, il faut s’y mettre ! Certains ont besoin d’effectuer ce qu’ils ont à faire le plus rapidement possible, pour être débarrassés. D’autres débordent d’énergie 24h/24h. En revanche, si vous êtes du genre à avoir ce fameux poil dans la main que traquaient et traquent encore nos profs à l’école, pas de panique. Bien sûr il ne faut pas repousser indéfiniment, jusqu’au moment où c’est trop tard. Mais pas besoin d’aller à l’assaut de la flemme qui vous envahit soudain, votre corps a ses raisons. Chacun son rythme, mettez-vous au boulot quand vous serez prêts et gérez votre temps. Ne vous y trompez pas, s’accorder des pauses est presque essentiel pour être efficace ensuite.

Tout le monde a la flemme à un moment, c’est un sentiment naturel. Si cet instinct d’oisiveté vous envahit tout d’un coup, ne le diabolisez pas, il ne sera pas permanent. En un mot la flemme ça se gère, pas besoin de se tourmenter comme ça en vous cognant la tête contre les murs.


 

Pour aller plus loin, prenons le temps de réfléchir sérieusement à notre monde, à la façon dont il évolue. Nous vivons un monde hyper connecté, toujours plus performant technologiquement, où l’efficacité devient un art et la rapidité une qualité incontestable. Il paraît que le burn-out serait la maladie du XXIe siècle, quand on voit la consommation d’antidépresseurs et le stress qui ronge la vie professionnelle de plus en plus de gens, on pourrait facilement le croire.

Alors disons-le en rigolant, mais disons-le quand même : la flemme est parfois bonne pour la santé !
 

Hugo

Joueur, calin, tatoué et vacciné. Prix à débattre.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *