La face sombre des véritables histoires Disney
Line 5 novembre 2015

Temps de lecture : 6 minutes

Au moment d’Halloween, rien de tel que de désacraliser les histoires les plus pures ayant bercé notre enfance en révélant leur vérité bien plus gore et traumatisante. Dites adieu aux « Happy End » et mettez votre innocence d’enfant de côté ! 


 

— POCAHONTAS
Inspirée d’une histoire vraie, la réalité est bien moins romantique que la réalisation d’un amour impossible entre deux personnes de cultures différentes. En vérité, nous ne sommes même pas sûrs qu’il y ait eu une romance entre John Smith et Pocahontas surtout qu’elle était beaucoup plus jeune que lui. Il est fort possible cependant qu’elle l’ait sauvé de son père et à plusieurs reprises ! Elle l’aurait ensuite cru mort durant plusieurs années suite à des rumeurs annonçant une explosion accidentelle provocant son décès. Elle ne le retrouvera que quelques années plus tard à son retour à Londres. Elle épousa John Rolfe, un cultivateur de tabac fou d’amour pour elle. Elle décèdera quelques années plus tard sûrement de maladie (tubercolose ou pneumonie) à l’âge de 22 ans. Pour rajouter une couche, sachez qu’elle s’appelait en vérité Matoaka et Amonute (elle fut ensuite rebaptisée Rebecca en arrivant à Londres). Pocahontas est un petit surnom qu’on lui a donné étant enfant signifiant « petite dévergondée ». Aaaaah le romantisme… ! Plus réaliste que le Disney, vous pouvez voir le film de Terrence Malick Le Nouveau Monde qui se rapproche bien plus de la réalité malgré la romance avec John Smith.

 

pocahontas

 

— PETER PAN
Quand le syndrome devient une véritable maladie, le joyeux enfant de Neverland peut aisément revêtir le masque de la folie. Créé par James Matthew Barrie, Peter Pan et le Pays du Jamais a connu plusieurs versions, mais toujours proches de celle de Disney. Excepté le goût du meurtre du personnage… Peter fut tellement en manque de mère de substitution qu’il se créa une sorte de famille. Mais dès que les enfants commençaient à trop grandir, il prenait une joie immense à les tuer. La mort pour Peter, est le summum de l’aventure ! Le cœur battant à tout rompre, sauver ou non quelqu’un à la dernière seconde, tuer des pirates « en masse« … Il adore ça ! Il en va de même pour tous les personnages de ce merveilleux pays imaginaire dont la jolie fée clochette qui prend un malin plaisir à commanditer des meurtres dont celui de Wendy. « La mort sera une prodigieuse aventure« , et on parlait de l’innocence de l’enfance ? Allez tous en cœur ! « Rêve ta vie en tueuuuuur, c’est le secret du bonheuuuuuur » !

 

peter pan

 

— LA PETITE SIRÈNE
Encore une histoire d’amour impossible qui marche, qui fait rêver, l’amour est plus fort que tout, oui !!! Mais pas dans la version originale cette fois encore. La Petite Sirène se fait arracher la langue et perd la voix dans le but de retrouver l’homme de sa vie. Mais comme dans le Disney celui-ci tombe amoureux d’une autre femme. Cependant dans la véritable histoire, les sentiments du prince ne changent pas : le couple est solide et fou amoureux l’un de l’autre. Arielle se retrouve donc seule et finira en écume de mer si aucun homme ne tombe amoureux d’elle.

Les premiers rayons de l’aurore annonçant sa mort se profilent alors à l’horizon. Ses sœurs arrivent à la surface de l’océan pour parler à Arielle : elles sont allées voir la sorcière des mers et la seule façon pour elle de survivre est de planter un couteau dans le cœur du prince. Arielle, au dernier moment, renonce à le tuer et se jette dans l’océan pour mourir et devenir une écume de mer. Pour sa bonne action, elle deviendra finalement une fille de l’air. L’histoire reste romantique mais bien moins joyeuse, n’est-ce-pas ?

 

la petite sirène

 

— LE BOSSU DE NOTRE-DAME
Même si la fin du Disney me semble déjà pas terrible (les deux beaux gosses sortent ensemble et le bossu moche devient le super copain même si en réalité il est fou amoureux, l’inverse ne ferait pas rêver bien sûr), on peut se douter que l’histoire de Victor Hugo est bien plus glauque. Pheobus sort avec deux superbes filles en même temps : Esmeralda et Fleur-de-Lys, les deux étant folles amoureuses de lui. Mais l’une est bohémienne et l’autre est déjà sa fiancée. Une fois la première fourrée dans son lit, il l’oublie alors facilement. De plus, le prêtre de la cathédrale, Frollo, est également fou d’amour pour Esmeralda tout comme son assistant Quasimodo, mais quel pêché de ressentir autant de désir ! Mais Frollo n’écoute plus sa raison, il tente de forcer plusieurs fois Esmeralda d’assouvir ses désirs.

Heureusement, Quasimodo est là pour la protéger. Mais Frollo va engager une machination diabolique pour pouvoir tremper sa quequette tranquilou. Il poignarde le beau Pheobus de la garde royale et accuse Esmeralda. Entre le prêtre de la cathédrale et l’étrangère aux allures de sorcière envoûtante, qui va-t-on croire? Elle est donc condamnée à mort. Mais elle peut survivre si elle accepte de suivre Frollo. Celle-ci, toujours amoureuse de Pheobus, refuse et finit donc pendue. Quasimodo fou de rage pousse le prêtre du haut de la cathédrale. Il se laissera ensuite mourir de chagrin sur le cadavre de la belle bohémienne où ils pourront être unis pour l’éternité. Il y a certes plus de morts, mais ça en fait une bien plus belle histoire que la version Disney, même si personne n’est heureux à la fin.

 

quasimodo

 

— BLANCHE-NEIGE
La version Disney n’est pas très différente de celle des frères Grimm, exceptée la fin (et le fait que la reine mange des poumons et un foie en pensant qu’ils appartiennent à Blanche-Neige pour devenir aussi belle qu’elle), même si pour une fois le personnage principal s’en sort bien ! La reine, jalouse de Blanche-Neige, lui offre bien une pomme empoisonnée, mais cette gourde l’avale de travers et s’en coince un morceau dans la gorge. Les nains, très affligés, l’installe dans un cercueil de verre et prépare ses funérailles. Le prince passe par là et tombe fou amoureux de la belle morte (un prince nécrophile, faut avouer que c’est déjà un peu chelou…). L’un des porteurs du cercueil trébuche alors, la pomme se décoince et hop, Blanche-Neige est de nouveau en vie ! Tout le monde veut alors se venger de la reine. Ils la forcent donc à enfiler des chaussures de métal chauffées au rouge et à danser jusqu’à ce que mort s’en suive. Mais bon l’essentiel c’est qu’il y ait enfin un couple qui finis heureux, ouf ! Tant pis s’ils sont sadiques et nécrophiles.

 

blanche-neige

 

— ROX ET ROUKY
Le Disney qui ressemble le moins à son récit originel : Le Renard et le Chien courant de Daniel P Mannix. Le chien préféré du chasseur se fait tuer par un train alors qu’il poursuivait Rox. Depuis, la vengeance du chasseur et de ses chiens devient une obsession irraisonnée. Rox a une première famille qui se fera décimer et gazer par le chasseur. Il refonde alors une deuxième famille qui connaîtra le même sort par le chasseur devenu alors alcoolique. Rox meurt de fatigue par la course que lui fait endurer Rouky. Ce dernier meurt lorsque, obligé d’aller à l’hôpital finir ses jours, le chasseur le tue d’une balle. Finalement, Game of Thrones et Walking Dead c’est assez gentillet.

 

rox et rouky

 


Histoires un peu moins naïves et plus gores certes, mais n’est-ce-pas l’aspect sombre des histoires qui nous fascine et nous tient le plus en haleine ? Revenir aux contes originaux vous donnera une autre vision des histoires. Par exemple Pinocchio mourant pendu ou Mulan – inspiré de Hua Mulan – qui revenant de la guerre finit par se suicider pour échapper aux déclarations de l’empereur. 

 

Line

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *