World of Warcraft : The Burning Crusade Classic - nous sommes de retour pour le Portail Noir !

World of Warcraft : The Burning Crusade Classic – Nous sommes de retour au portail sombre !

Blizzard ne ralentit pas le rythme et propose un nouveau volet du classique de World of Warcraft.

Mon aventure avec World of Warcraft a commencé en 2006 environ. J’ai passé de très nombreuses heures à parcourir Azeroth, à accomplir des quêtes et à développer mes chasseurs et mes voleurs. Cependant, je n’ai pas eu beaucoup de chance lorsqu’il s’agi de ce qu’on appelle la fin du jeu, qui est l’expérience préparée pour les personnages de plus haut niveau. C’était le résultat de plusieurs facteurs, mais celui qui y contribuait le plus était… le simple manque de temps. Faire des raids comme Molten Core ou Ahn’Qiraj était vraiment exigeant et prenait beaucoup de temps pour un lycéen fraîchement diplômé, il suffit de dire que de nombreuses guildes restaient debout toute la nuit pour approcher un des boss même des dizaines de fois.

World of Warcraft : The Burning Crusade

Malgré toute mon affection pour cet univers et le fait que j’aime bien jouer à World of Warcraft depuis le début, je ne suis entré dans ce jeu avec l’extension sortie deux ans plus tard World of Warcraft : The Burning Crusade. À ce jour, c’est l’addon dont je me souviens le plus, à côté du grand, occupant sans doute la première place dans mon cœur Wrath of the Lich King. C’est à ce moment-là que j’ai ressenti l’aspect communautaire pour de bon et que j’ai eu l’impression d’avoir affaire à du « massivement multijoueur en ligne ». J’ai rejoint deux guildes où je me suis fait beaucoup d’amis et j’avais enfin une équipe avec laquelle je pouvais participer aux jeux les plus difficiles et en même temps les plus gratifiants. Je me souviens combien il était amusant de s’aventurer dans les couloirs de Karazhan, la forteresse de Medivh ou la non moins impressionnante escarmouche avec Gruul dans sa grotte. TBC est aussi le patch où j’ai passé le plus de temps à jouer en PvP, ce qui était principalement dû à la puissance du Paladin, mon principal à l’époque, dans ces duels. Dans les arènes, il fallait vraiment travailler dur pour perdre à moins bien sûr d’affronter d’autres paladins. Et une dernière chose ne peut être omise.

The Burning Crusade était l’extension la plus intéressante pour moi en raison de son scénario.

Illidan était l’un de mes personnages préférés dans… Warcraft 3 alors pouvoir l’affronter au sommet du Temple Noir était une perspective vraiment époustouflante…

The Burning Crusade Classic qui est arrivé sur le marché le 1er juin, est déjà la deuxième approche de Blizzard Entertainment pour rafraîchir les classiques du monde de Warcraft. Et il n’y a absolument rien de surprenant à cela. Les fans ont demandé une version « vanille » de la série World of Warcraft depuis longtemps, et après la sortie du premier Classic, il a connu un certain succès. Il est cependant indéniable que jouer tout le temps dans la version de base, qui ne sera pas développée, passe plutôt à côté de l’essentiel pour la grande majorité. Bien sûr, il y a des enthousiastes, mais pour eux, rien ne changera. Si seulement ils le veulent, ils peuvent rester dans cette version.

Blizzard donne entre les mains des joueurs « classiques » beaucoup de liberté et… remerciez-les pour cela !

Chacun peut choisir de traverser le Portail Noir avec ses personnages existants ou de continuer à explorer Azeroth.

Bien sûr, il n’y a aucun problème à créer des héros entièrement nouveaux et un nouveau départ, en partant de zéro. C’est juste dommage que pour élever un héros fraîchement créé au niveau 58, pour pouvoir commencer l’aventure avec les attractions qui attendent dans le nouvel-ancien The Burning Crusade ,vous devez payer beaucoup. Le coût de la relance instantanée s’élève à 39,99 euros ou 64,99 euros dans le pack Deluxe, qui comprend également une monture unique et 30 jours de temps de jeu. Il est dommage que la décision n’ait pas été prise de donner à tous les utilisateurs une seule option pour monter rapidement en niveau, car parcourir les 58 premiers niveaux pour la énième fois d’affilée est une expérience moyennement agréable.

Lorsqu’il s’agit des règles régissant The Burning Crusade Classicils sont simples. C’est en fait exactement le même jeu qu’en 2007. Il y a de « nouvelles » races , les elfes de sang et les draeneï, plus de lieux, une profession (la production de pierres précieuses) et une augmentation du niveau maximum d’expérience à 70. Nous avons également droit à quelques donjons et à trois raids au début de Karazhan, Gruul’s Lair et Maghteridon’s Lair. D’autres activités seront ajoutées progressivement, dans des mises à jour postérieures à la sortie, pour aboutir à l’île de Quel’Danas et au plateau du Puits de soleil, où les héros les plus expérimentés et les mieux équipés affronteront Kil’jaeden.

Comment se comporte-t-il maintenant, après 14 ans ?

Étonnamment agréable ! A CONFIRMER a introduit de nombreuses améliorations à un moment donné et vous pouvez le sentir même maintenant, en passant de la « base » classique à cette même extension. Le gameplay n’a pas autant vieilli que celui de son prédécesseur. Les lieux de l’Outreterre, en particulier, sont beaucoup plus accessibles que ceux d’Azeroth, et l’ensemble du processus consistant à accomplir des tâches et à passer aux niveaux suivants est agréablement « fluide ». Et la présence de supports volants change beaucoup de choses, bien qu’elle soit associée à une dépense assez importante – surtout pour ceux qui n’aiment pas l’épargne virtuelle. Ce dernier point est plus facile ici, ou du moins c’est mon impression. Vous pouvez gagner beaucoup d’argent en collectant simplement des herbes et des minéraux, et la production de gemmes et de potions est une activité très rentable…

Sur The Burning Crusade Classic, j’ai exactement le même problème qu’avec le retour précédent servi par Blizzard. C’est amusant à jouer, mais… ça a déjà été fait. Il m’est difficile d’imaginer que je vais m’imprégner du gameplay comme je l’ai fait il y a presque 15 ans et que je vais rester debout toute la nuit à parcourir l’Outland. C’est la définition parfaite d’une côtelette réchauffée, et tout comme cette côtelette, le TBC est meilleur après quelques bouchées, rappelant le bon vieux temps.

Warcraft: Secret meet with Durotan

Les dernières actualités des jeux vidéo sur PC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *