in

Total War : Warhammer 3 – impressions de jeu. Cette suite va surprendre

Total War : Warhammer III est l’un des jeux les plus attendus de l’année. Et il n’y a rien de surprenant à cela. Creative Assembly a connu des succès plus ou moins importants avec la série Total War, mais aucun volet n’a été aussi bien accueilli que Warhammers. L’abandon du cadre historique au profit de la fantaisie s’est avéré être un succès, et les productions sont devenues des succès intemporels. Je suis toujours en train de jouer au 2 moi-même et j’attends avec impatience la nouvelle partie. En janvier 2022, j’ai même eu l’occasion d’y jouer. Après 10 heures, j’ai conclu que… c’est bien. Très bien en effet !

Total War : Warhammer 3 – Nouvelles

L’événement a commencé par une présentation de certaines des nouveautés qui ont été introduites dans la série. Vous êtes curieux de savoir ce qu’elles seront ? Dans la campagne multijoueur, nous pourrons prendre des tours simultanément, plutôt que d’attendre que l’autre joueur termine son tour. Bien entendu, la présentation elle-même était axée sur ce que nous attendons tous : la campagne. On nous a présenté le récit, qui est lié au dieu blessé Ursun. Le but de chaque faction est de trouver l’endroit où le blessé se languit. Certains veulent l’achever, d’autres absorber son pouvoir, et d’autres encore le sauver. L’objectif du conflit dépend de nos choix. Et nous revenons ici à l’une des plus grandes forces de la série Warhammer : jouer chaque faction est en fait l’occasion d’expérimenter un gameplay complètement différent.

Pendant les tests, nous avions le choix entre deux campagnes dans lesquelles nous pouvions jouer 50 tours chacune. Ce sont : Démons du Chaos et Grand Qatay. J’avais l’impression que chaque nouvelle campagne était un jeu complètement différent. C’était la même chose dans les parties précédentes. Pourquoi changer ce qui était si bien ? Les développeurs ont fait en sorte que le jeu nous présente des défis différents. Certains détails économiques et de combat restent les mêmes, mais nous ne pouvons toujours pas recréer les mêmes schémas pour chaque race, car nous avons des traits et des éléments caractéristiques complètement différents à utiliser.

Total War : Warhammer 3 – Démons du Chaos

J’attends de jouer cette campagne ! Nous incarnons l’ancien prince du royaume de Kislev, qui est devenu un serviteur démoniaque du Chaos. C’est un gros plus dans l’introduction, car – comme on se souvient du 2 – Chaos n’était disponible que sous forme d’errance, sans aucun fil conducteur cool. Ici, vous commencez par conquérir la capitale, puis vous vous étendez et embrassez les zones environnantes. Chaque partie du gameplay est liée aux dieux du chaos, ce qui lui donne un caractère unique. Lorsque nous construisons des bâtiments ou conquérons une ville, nous choisissons à quels dieux elle sera dédiée. Ensuite, nous obtenons des points de culte, qui débloquent des bonus à un endroit précis. On peut se consacrer à l’équilibre ou à un dieu, ce qui nous permettra aussi de débloquer des armées spécifiques, qui sont étonnamment nombreuses. C’est au joueur de décider de la direction à prendre et du type de combat à mener. Cette liberté attire ! Malheureusement, malgré les apparences, 50 tours, ce n’est pas beaucoup pour explorer ces fils, mais je dirai une chose : les options sont vastes et vous pouvez expérimenter de toutes les manières.

La personnalisation des seigneurs et des héros est également différente. Dans le cas de notre patron, nous avons un bon nombre d’options que nous obtenons en augmentant nos points avec certains dieux. Que ce soit des armes, des cornes, de meilleures ailes ou une armure de queue… A choisir, à colorier. Il existe de nombreuses options, et probablement même des milliers de combinaisons. Cela permet également à notre héros d’avoir une forme de jeu complètement différente en fonction des décisions prises.

Total War : Warhammer 3 – Grand Kataj

Cette nation s’inspire des royaumes asiatiques. Nous avons donc ici non seulement un dragon comme dans la mythologie chinoise, mais aussi une architecture et des armées clairement familières. Tout cela est peut-être familier aux fans de Warhammer, mais pour ceux qui ne jouent qu’à Total War, il peut s’agir d’informations importantes. Cela ne change rien au fait que, du point de vue de l’intrigue, ce jeu est complètement différent de Demons of Chaos. Nous sommes les gardiens du Grand Bastion, qui sépare le monde civilisé de l’engeance du chaos. Les points de danger augmentent de temps en temps jusqu’à atteindre un point d’ébullition. Au début, cependant, ces attaques sont inoffensives et faciles à repousser, mais bien sûr, cela se développe avec le temps. Les contre-attaques et les prises de position à l’extérieur du mur ne sont pas si faciles. Il exige du joueur qu’il réfléchisse à une stratégie et développe une approche. Surtout que nous avons aussi d’autres représentants du Grand Katay de notre côté. Tout le monde ne nous est pas favorable et nous devons augmenter nos domaines afin de gagner en puissance pour nous battre.

Une option intéressante est la philosophie du Yin et du Yang. Toutes nos décisions ont une influence sur elle, ce qui nous donne certains avantages et aussi des inconvénients. Si nous avons un avantage Yin ou Yang, cela génère des problèmes tels que moins de profit et autres. Donc, en fin de compte, vous devez vous battre pour l’équilibre, alors c’est la meilleure option pour nous. Cela affecte tout. La construction de bâtiments ne peut pas être automatique, car chaque décision doit être réfléchie par nous ; de la même manière, elle affecte les découvertes, qui ont également des points Yin et Yang.

Un grand jeu pour cette nation est les routes commerciales. Nous avons une option spéciale – nous louons une caravane avec des armées qui sont envoyées au Sud. En cours de route, nous rencontrons divers obstacles liés à l’intrigue et nous devons prendre des décisions. Parfois, nous devons même nous battre. L’armée et le général gagnent de l’expérience comme des unités normales – nous les voyons sur la carte, mais tout le processus est automatique. Pour ces 50 tours, c’est un ajout intéressant et, contre toute apparence, pas si facile. En fin de compte, cependant, grâce à cela, nous pouvons gagner beaucoup en un certain nombre de tours, ce qui, dans le contexte du développement et de la construction d’armées, devient une fonctionnalité clé du jeu.

Total War : Warhammer 3 – scénario

Comme je l’ai mentionné, le récit est étroitement lié au dieu ours Ursun. Après un certain nombre de tours, son rugissement meurtrier ouvre des failles dans de nombreuses régions du monde. Nous pouvons les traverser avec notre seigneur avec une armée. Ensuite, nous avons le choix du seigneur auquel nous voulons aller. On y trouve aussi diverses créatures du chaos (il est donc bon d’avoir une armée forte). Dans un certain endroit, il y a aussi notre objectif : un ennemi dont nous devons capturer l’âme. Plus tard, nous devrons atteindre d’autres objectifs liés à la localisation d’Ursun. Un thème intéressant qui donne au cours du jeu un nouveau défi important liant chaque nation. Bien sûr, l’objectif final est différent pour chacun, mais le chemin pour y parvenir peut apparemment être similaire. Ce n’est pas un inconvénient, car cet aspect rend la concurrence plus féroce. L’idée fonctionne et est finalement logique, car elle donne à la campagne un sentiment de plus que de simple domination.

Total War : Warhammer 3 – batailles

À cet égard, c’est tout ce que nous attendons de Total War. Il n’y a pas de bizarreries ici, mais des formules raffinées que nous connaissons déjà. Parfois, dans Total War, on peut se plaindre de l’IA dans les affrontements, mais ici, en mode de difficulté normale, elle a constitué un défi intéressant.

Toute la spécificité des scènes de combat est liée à la variété des unités, que le monde de Warhammer fournit en excès. Sur le côté du Grand Katai, nous avons des guerriers géants en terre cuite. Fait intéressant, lors d’un affrontement avec le royaume de Kislev, un grand ours magique a semé la destruction dans les rangs de mon armée. Cela rend chaque bataille différente.

photo : matériel de presse

Total War : Warhammer 3 répond à mes attentes. Après presque 10 heures de jeu, j’ose dire qu’il les surpasse même. Et croyez-moi, après deux, mes attentes étaient très élevées. Le jeu nous offre tout ce que nous avons déjà aimé dans les parties précédentes. De plus, il garantit une telle variété de gameplay qu’on n’a pas l’impression de se répéter. Ce sera des heures de plaisir !

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Amazon Prime Video - 16 autres titres disparaîtront du service d'ici la fin janvier. Terminator 2 et autres

Amazon Prime Video – 16 autres titres disparaîtront du service d’ici la fin janvier. Terminator 2 et autres

GamesVillage.it

Sony reste anéanti par le rachat d’Activision Blizzard par Microsoft