in

Shin Megami Tensei V – critique du jeu

Shin Megami Tensei V fonde l’histoire sur des bases solides développées au fil des ans. Comme dans ses prédécesseurs, l’histoire commence par un événement apocalyptique qui transforme la capitale japonaise en un désert aride et rempli de démons. Le personnage principal, qui est étudiant dans l’une des écoles de Tokyo, se retrouve dans ce lieu extrêmement inaccessible. Peu de temps après, il fusionne avec un Aogami, créant une entité appelée Nahobino, qui est quelque chose entre un humain et une divinité. Cela semble compliqué, mais ce n’est que le début, car tout se passe au tout début de l’aventure, littéralement dans ses premières minutes.

Au fil du temps, la situation se complique, car de nouvelles forces apparaissent sur la ligne de front de la guerre entre anges et démons. Malgré ces nombreuses complications, l’histoire se suit avec intérêt. Cela est dû en grande partie à la réduction des éléments inutiles, ou, si vous préférez la nomenclature anime, les « fillers ». Les dialogues et les scènes d’entracte sont vraiment peu nombreux, du moins en comparaison avec d’autres représentants du genre jRPG. Vous ne verrez pratiquement pas non plus de conversations « pour rien », qui n’ont pas d’impact majeur sur le déroulement de toute l’intrigue. Cela présente également un inconvénient de taille : les personnages sont définitivement perdants. Il n’y a aucune interaction ou conversation entre eux, grâce à laquelle nous pourrions apprendre à les connaître d’une quelconque manière. Les fans de la série ne devraient pas être déçus, car en SMT est la norme. Pas avant que Persona a introduit ces grands éléments de « communauté » ou de « simulation », c’est-à-dire le fait d’entretenir de bonnes relations avec ses amis, de participer à des cours ou de jouer et de faire des sorties ensemble.

Si l’intrigue principale est intéressante, les quêtes secondaires sont… pâle. La plupart d’entre elles sont des « quêtes de recherche » typiques, consistant à courir d’un endroit à l’autre pour combattre des ennemis ou collecter des objets. Ce qui était intéressant, cependant, c’était l’introduction de missions qui s’excluent mutuellement et donnent accès à diverses récompenses – comme des compagnons pour nous aider au combat.

Le plat principal incontesté de la série SMT est un jeu tactique qui, sous l’apparence de duels au tour par tour standard, cache une quantité surprenante de profondeur. Une profondeur dans laquelle il faut se plonger assez souvent pour avoir une chance de terminer le jeu. La cinquième partie ne fait pas exception. C’est un jRPG vraiment difficile, où la mort rôde à chaque tournant. Littéralement, car même les duels avec des adversaires ordinaires peuvent se terminer par la mort si vous êtes négligent ou si vous vous sentez simplement trop confiant et que vous décidez, par exemple, d’attaquer au lieu de vous concentrer sur l’offensive ou les soins.

Un rôle important est joué par le système connu des prédécesseurs appelé Press Turn, qui fonctionne de deux façons : si notre attaque rate ou touche la résistance de l’adversaire, nous perdons une des actions, tandis que si nous parvenons à porter un coup critique ou à toucher un point faible, nous gagnons une action supplémentaire. De plus, cela fonctionne exactement de la même manière avec les adversaires, ce qui donne parfois lieu à des combos vraiment PUISSANTS. Je m’en suis déjà aperçu lors d’un affrontement avec le premier boss, qui après une bonne dizaine de minutes d’affrontement a soudainement détruit toute mon équipe en un tour, en attaquant trois fois de suite. Ce genre de choses arrive tous les jours, c’est donc un jeu pour ceux qui sont patients et qui ne se laissent pas trop emporter par des émotions négatives lors des défaites.

Photo : SEGA

Les développeurs ont décidé d’abaisser un peu le seuil d’entrée et ont introduit un grand nombre d’options que nous pouvons utiliser pour faire pencher la balance de la victoire de notre côté. Bien sûr, la possibilité de recruter des démons rencontrés et d’acquérir ainsi notre propre légion, qui nous permettra de faire face aux défis, revient. Un ajout intéressant est le système d’essence, grâce auquel nous pouvons « extraire » certaines capacités ou immunités démoniaques et les transmettre à Nahobino ou à d’autres compagnons. De cette façon, nous pouvons nous préparer correctement aux duels les plus exigeants. Même dans ce cas, ils ne deviendront pas insignifiants, mais c’est vraiment une aide considérable. Nous avons également la barre « Magatsuhi », dont le remplissage nous permet de lancer une capacité extrêmement puissante et les « Miracles », qui sont des améliorations passives nous permettant, par exemple, de débloquer plus d’emplacements de sorts ou de compagnons démoniaques.

Malheureusement, il y a un problème vraiment important avec les niveaux de difficulté : ils sont tout simplement mal équilibrés. Le niveau le plus bas disponible dans le jeu lui-même, « Casual », s’avérera trop difficile pour de nombreux débutants. Il faut combiner, apprendre les mécanismes et comprendre les règles les plus importantes qui régissent le jeu. Les affrontements avec les boss peuvent être surprenants et les situations dans lesquelles, après de nombreuses minutes et avoir mis l’ennemi à genoux, celui-ci tue soudainement toute l’équipe d’une seule attaque puissante, ne sont pas rares. Pour aider, il y a un niveau de difficulté encore plus bas : Safety, qui est disponible sur le Nintendo eShop en tant que DLC gratuit. Celui-ci, cependant, en fait trop dans l’autre sens : il est absurdement facile. En gros, tous les adversaires « normaux » meurent d’un seul coup, tandis que les boss meurent de plusieurs coups – et pas nécessairement ceux qui ciblent leurs faiblesses. On a vraiment l’impression qu’il manque quelque chose entre les deux, quelque chose qui ne nécessite pas un engagement trop important dans le jeu, mais qui offre tout de même un minimum de défi. Je tiens à souligner que cette objection est plus susceptible d’être pertinente uniquement pour les nouveaux arrivants qui n’ont pas encore interagi avec la marque. Les vétérans commenceront probablement tout de suite sur « normal » ou « difficile » et seront satisfaits.

Quelques révélations récentes SMT sortait encore sur la Nintendo 3DS, qui était une petite console peu puissante. Le passage à la Switch a permis aux créateurs d’améliorer considérablement la couche visuelle, et cela se voit dès le début. Le jeu a l’air bien, même si ce n’est pas un titre qui montre tout le potentiel de cet appareil. Cependant, la direction artistique fait une très bonne impression : le design des anges, des démons et de certains lieux impressionne vraiment par sa créativité. La bande-son est également un excellent complément à l’atmosphère lugubre et post-apocalyptique – les morceaux accompagnant les combats et les batailles de boss sont particulièrement remarquables.

Shin Megami Tensei V est certainement le plus accessible pour les nouveaux joueurs de la série. Malgré cela, ce n’est pas un titre facile, léger et agréable : il faut compter avec de fréquents échecs. La satisfaction de réussir après de nombreuses tentatives, de construire correctement son armée et d’ajuster sa stratégie compense le temps perdu à regarder les écrans « game over ».

Les avantages :
+ beaucoup de possibilités tactiques ;
+ l’emplacement et la conception du démon ;
+ bande sonore.

Les inconvénients :
– des niveaux de difficulté mal équilibrés ;
– des quêtes secondaires (généralement) plutôt ennuyeuses.

Shin Megami Tensei V

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Hooded Horse publiera le jeu de rôle The Way of Wrath.

GamesVillage.it

Destiny 2 : le pack du 30e anniversaire de Bungie ne prendra pas en charge la fonction Cross Save