in

Shin Megami Tensei V : critique,  » Dieu est mort  » sur Nintendo Switch

Dans cette revue, ma mission est de vous dire combien Shin Megami Tensei V marque le retour, de la manière la plus optimiste qui soit, de la série des JRPG. Atlus. Après tout, le succès de Persona 5de sa version Royale et ensuite de Persona 5 Striker (bien que très différent en termes de gameplay) avait déjà labouré un terrain fertile au départ pour une nouvelle Shin Megami Tensei. Fertile aussi parce que, ces dernières années, le genre a connu et connaît encore une renaissance inattendue et très solide. Pas seulement, comme on pourrait s’y attendre, lorsque des éléments extrapolés d’autres genres et de sous-genres plus modernes, comme les jeux d’action, de stratégie ou de cartes, sont ajoutés au JRPG. Mais aussi, quand le JRPG se manifeste dans sa forme la plus classique. et d’une certaine manière, vieux, presque désuet. Quand il frappe aux portes de la nostalgie et entre dans nos cœurs par la voie préférentielle que lui ont creusée les titres qui l’ont précédé.

C’est une prémisse nécessaire, car Shin Megami Tensei V n’est pas, ne sera pas, ne doit pas être innovante. Il n’a pas besoin de nous présenter une nouvelle façon d’interagir avec le bestiaire auquel nous sommes habitués et qui nous accueille à bras ouverts, avec des griffes, des tentacules et ainsi de suite, pour nous  » embrasser « . Et, lorsque nous le laissons faire, nous nous habituons à l’accueil chaleureux de jeux plus modernes et plus permissifs, il nous écrase, il nous mord, et s’accroche à nous de la manière la plus possessive qui soit. L’amour toxique ? Non, mesdames et messieurs : un JRPG comme il en existe peu sur le marché.

shin megami tensei V : critique

Shin Megami Tensei V : L’Apocalypse est arrivé

Shin Megami Tensei V ne ment jamais. En effet, à commencer par l’intrigue, chaque représentant de la saga précise d’emblée que nous devons oublier l’atmosphère légère de Personaou plutôt, titres nés de la côte (bibliquement et vidéoludiquement parlant) du premier Megami Tensei (lit. Divinité réincarnée en japonais), qui est devenu par la suite Shin Megami Tensei (New Deity Reincarnated). Fidèle à la signification de son nom, en effet, la saga Shin Megami Tensei a toujours visé le ciel, et même plus haut : à Dieu/Des dieux, et à ses/leurs dimensions narratives. Là où Persona se concentre sur les expériences de ses protagonistes humains, dont il dissèque, analyse et raconte la vie dans ses moindres détails, Shin Megami Tensei explore plutôt les sphères divine et démoniaque. Le même qui, dans Persona, est considéré comme allant presque de soi du fait qu’il est surnaturellement puissant, inaccessible et « évident ».

Une telle conscience mystique a toutefois un prixidentique dans tous les Shin Megami Tensei. Qui sont tous également des titres qui ne se soucient pas du potentiel humainet se concentrent à 100% sur le mysticisme et la religion. Sur les apocalypses, la fin du monde (en commençant par le Japon, bien sûr), vécue à travers les yeux de des protagonistes du lycée avec le poids de l’existence à supporter stoïquement ; de préférence un peu en silence, afin de ne pas gâcher l’atmosphère par les cris d’agonie typiques de cet âge. « Ce sont des garçons, qu’est-ce qu’on peut faire. Ils conquièrent ou dévastent le monde, ils grandissent vite. » Des arguments qui, bien qu’adaptés et véhiculés à travers un style artistique exquis, animé et japonais, même lorsqu’elles sont déformées et « diluées », en bref, elles conservent un caractère inaliénable. une lourdeur sous-jacente. Ce que tous les estomacs de joueurs ne peuvent pas digérer aussi rapidement. Si vous avez le bon métabolisme, cependant, vous comprendrez pourquoi Shin Megami Tensei a toujours été dans le top 3 des JRPG les plus populaires au Japon. Une information qui a été reprise par toutes les publications depuis l’annonce des Shin Megami Tensei V à ce jour, mais pour une bonne raison. Parce que Shin Megami Tensei n’est pas aussi connu et apprécié dans notre pays qu’il ne l’est chez nous. un Final Fantasy ou un Dragon Quest. Et devinez qui d’autre est dans le top 3 de Rising Sun ?

shin megami tensei V : critique

Deux #5 comparés

Donc, juste pour prendre « la cinquième venue » de chaque côté : Shin Megami Tensei V e Persona 5 appartiennent au même genre. Ils partagent le bestiaire des ennemis/démons et des monstres à combattre et/ou à engager, à fusionner, etc. Ils se tiennent la mainmême dans la conception des décors, des animations et de la nomenclature technique des sorts, des attaques, des objets, etc. Mais ils ne pourraient pas être des jeux plus différents. Ils se concentrent sur des rythmes complètement opposés, imposés par les méthodes d’approche des joueurs, elles-mêmes dictées par les facteurs qui caractérisent les deux jeux. L’une (Persona 5) vous encourage à passer votre temps dans la améliorer les personnages et leur équipement. En grattant, bien sûr, mais aussi, ce qui est moins fréquent dans les JRPG purs, en cultivant… leurs relations interpersonnelles. En vous plongeant dans le quotidien du Japon moderne, ses néons, sa technologie, et en vous faisant zigzaguer à travers des menus et des interfaces graphiques uniquespop, artistique même. Tu joues à Persona 5, et vous vous sentez jeune parmi les jeunes : facile.

L’autre (Shin Megami Tensei V) se concentre sur la lutte invisible entre les forces du bien et les forces du mal. Jamais d’ordre terrestre, réaliste ou « quotidien ». Plutôt, immergé dans le temps suspendu qui caractérisent les pierres angulaires des JRPG ; et ainsi voués à vous faire passer des heures et des heures dans les grinding, levelling, amélioration de votre équipe. En second lieu seulement, du personnage principal, qui passe presque de protagoniste à « véhicule du divin », perdant les caractéristiques qui le rendent identifiable comme être humain dès les premières minutes du jeu. Tout cela, sans jamais vous faire oublier que « moins, c’est plus ». De manière pragmatique, donc, en vous poussant à considérer les interfaces utilisateur pour rien de plus que ce qu’elles sont : un moyen d’exercer votre contrôle (ou de manifester la perte de celui-ci) au cours des nombreux défis qui vous sont lancés à un rythme syncopé. Tu joues à Shin Megami Tensei V, et soudain… vous avez remonté le temps. Les jeux sont difficiles, Dark Souls n’existe pas encore, et Mario combat Sonic à armes égales (et parfois même en perdant).

shin megami tensei V : critique

Shin Megami Tensei V : Un protagoniste magnifique

Je n’ai pas l’habitude, lorsqu’il s’agit de JRPGs ou de RPGs de toute sorte (titres à histoire par définition). les spoilers de toute sorte. Cela n’aurait aucun sens, que ce soit pour ne pas tenir compte du spoiler lui-même ou pour « inciter » les gens à poursuivre l’intrigue. D’autant plus si, comme dans Shin Megami Tensei V, un torrent par les traditions, pas par l’intrigueC’est une citation courtoise et somptueuse de la religion, de la culture littéraire et historique avec un grand C qui vous fait oublier que vous avez affaire au monde. l’un des JRPG les plus ludiques du marché. Il met également l’intrigue au second plan. En cela, là où Shin Megami Tensei IV avait peut-être joué avec plus (trop ?) de  » modernité « , Shin Megami Tensei V réussit parfaitement. Dans la reconstruction une mythologie crédible qui résume le sacré et le profane…Le spiritisme et le catholicisme de manière transparente, et avec une grande élégance et un grand respect pour les sources originales et leur caractère.

Le perdant, dans ce contexte élevé, est en fait, la partie la plus terre à terre de l’intrigue.. Si, toutefois, on n’entre pas dans la perspective évoquée quelques paragraphes plus haut. Et on ne regarde pas à la conception du protagonistepour sauver le monde d’une probable apocalypse. PAS en tant qu’homme ; mais comme un simple instrument de Dieu. Dépersonnalisé, sans voix ni doublage, neutre partout : même dans son aspect esthétique extrêmement androgyne. Un protagoniste merveilleuxParfait pour Shin Megami Tensei V et son univers. Plus important, il faut le répéter, que l' »intrigue proprement dite », dans laquelle il se plonge plutôt, La Persona et sa « légèreté ». Le protagoniste de Shin Megami Tensei V, enfin, est un topoï dans lequel nous pouvons tous nous reconnaître, et dans lequel personne ne se reconnaîtra.délibérément, jusqu’à la fin.

shin megami tensei V : critique

Capturez-les et convainquez-les tous

Shin Megami Tensei V est une balançoire. Constamment en équilibre entre de hauts sommets narratifs, imprégnés d’élévation culturelle, morale et religieuse. Des centaines d’entre eux, distribués avec parcimonie, cependant, au sein d’un mélange ludique de consistance variable : non-newtonien. C’est-à-dire que plus nous nous jetons dessus, plus elle répond et se durcit, nous empêchant de l’égratigner. La seule façon de la pénétrer est de réaliser que chaque mouvement pendant les batailles au tour par tour doit être soigneusement réfléchi.Et il n’y a pas d’ennemis A, B ou C, seulement des adversaires valables. Des monstres, des démons et des anges issus d’une grande variété de mythologies, qui, comme je l’ai déjà mentionné, sont à ne pas manquer, constituer un bestiaire étendu (plus de 200 créatures différentes) que nous devons à la fois vaincre et « recruter« . Et pour réussir la première entreprise, la seconde est essentielle. Oubliez les héros de la lumière, l’équipe de voleurs gentilshommes la plus cool du monde, l’équipe d’aventuriers qui se découvrent lentement des camarades à mesure qu’ils avancent vers l’adversaire commun qui les oppresse. Shin Megami Tensei est DÉCISIVEMENT plus pragmatique. Vous, le protagoniste, êtes le marionnettiste ; vos alliés, les monstres que vous convainquez de rejoindre votre équipe, les marionnettes. Pas des alliés, pas des amis, pas des collègues : des éléments consommables, point final. Plus vite vous comprendrez cela, moins vous vous attacherez aux petits monstres comme s’il s’agissait de Pokémon, plus vite et plus vite vous arriverez au générique de fin de Shin Megami Tensei V sans perdre cheveux, sueur, sang et larmes.

Vous pouvez vous rendre sur les fusionner pour créer des monstres plus puissants, extraire leur essence mystique pour donner de nouveaux pouvoirs à votre protagoniste ou à d’autres monstres. En général, vous pouvez disposer d’eux, les monstres de votre équipe, en toute liberté. Dans la phase immédiatement précédente, cependant, vous devez les trouver dans le monde du jeuen errant à l’état sauvage, au vu et au su de tous, en un univers librement explorable. Un monde jamais dendritique ou trop ramifié. Plutôt, « large et long », large, stratifié altimétriquement comme aucun Shin Megami ne l’a jamais fait auparavant. Et, surtout, dense en quêtes secondaires, en objets et en coffres à trésors ; des panoramas qui, dans leur simplicité technique, restent super évocateurs la plupart du temps. Chaque rencontre avec une équipe de monstres sauvages est une surprise : parfois vous attaquerez en premier, parfois le tour commencera avec eux. Et, à d’autres moments, ces petits salauds vous demanderont de mettre de l’argent en gage pour « vous laisser tranquille et partir ». La beauté dans ces situations, c’est quand les tables tournent : que ce sont eux, les monstres, qui ont le niveau le plus élevé, vous demandant ainsi de l’argent en quantité car ils sont conscients de leur supériorité. A quand, timidement, la quantité demandée diminue en fonction de votre force. Au point que vous pouvez presque lire le désespoir de l’ennemi de service lorsqu’il vous demande stoïquement « l’argent » pour ne pas perdre la face. Mais il sait déjà vous êtes parfaitement capable de le lui arracher. d’un seul coup (le visage).

Cependant, ce n’est pas toujours le cas refuser l’offre d’un monstre tournera à votre avantage. En l’absence de Pokéballs, de cartes mémoire SD et de divers Digivices, la seule façon de faire équipe avec un monstre ennemi est de refuser. est de lui parler, et de le convaincre pour passer de votre côté. Mais si en Persona 5 (pour n’en citer qu’un), cette mécanique était presque accessoire, ou du moins importante sans jamais être vraiment centrale, dans Shin Megami Tensei, donc même dans V, est la seule façon de construire une équipe. Plus : une équipe vraiment utile, obligatoirement différente à chaque fois pour vaincre les monstres les plus coriaces. Alors Bosses et mini-bosses. Il vous faudra toute votre capacité d’empathie pour la mentalité des monstres que vous voulez comprendre. quelle option de dialogueparmi les nombreuses et toutes différentes propositions, c’est celle qui vous amènera au moment de la fatidique oui : je vais rejoindre votre équipe. Mais même si la dialectique échoue, il suffit parfois de « graisser les rouages », c’est-à-dire que l’on ne peut pas se contenter d’un seul mot. corrompre les monstres les plus cupides avec des PM, des PV, des objets ou de l’argent. Ah, satané capitalisme !

DIFFICILE signifie DIFFICILE

« Heck, ce Shin Megami Tensei V a l’air difficile. » que vous semblez me dire à travers les pages de cette revue. Oh, vous n’avez pas idée. Le fait est que la série, dès le début, devait se distinguer des autres concurrents sur le plan ludique. Et il a pensé à le faire à travers une emprise implacable de la difficulté. Le résultat, aujourd’hui, est un concept de « difficile » qui oscille continuellement entre l’artificiel et l’organique ; proposant, par conséquent, des monstres que même si nous les frappons en exploitant leurs faiblesses… ont une quantité gargantuesque de points de vie.au point que les combats sont des jeux d’endurance psychophysique. Je ne vais donc pas perdre mon temps à essayer de vous convaincre que vous êtes les mauvais, que vous ne consacrez pas assez de temps et d’attention au jeu, que « eh si vous suiviez la stratégie totale tout serait si facile ! »; ça ne l’est pas. Shin Megami Tensei V est un véritable fils… de ses prédécesseurs. Il ne pardonne pas les erreurs, pas même un seul faux pas. Les faiblesses élémentaires, en fait, tant pour vous que pour vos adversaires deviennent One Hit KO dans l’Overworldet le seul moyen d’abattre les boss à la fin des sections de l’intrigue. E ce n’est pas seulement une question de multiplicateur de dégâts ; Le fait que chaque coup « super efficace » porté ou soutenu augmente de 1 le nombre de tours disponibles pour les alliés ou les ennemis en est une preuve supplémentaire.

Enfin, Shin Megami ne vous permet pas d’exploiter « l’équipe que vous voulez ». pour chaque défi ; au lieu de cela, il vous demande de trouver la bonne combinaison pour chaque défi, sinon vous perdrez. N’essayez pas de vous précipiterne pense pas que tu es plus fort que lui : tu ne l’es pas. Personne ne l’est. Au contraire, abandonnez-vous au fait que la beauté du Shin Megami Tensei c’est sa capacité à vous plier à sa volonté, à vous donner satisfaction quand il le veut. Pour vous raconter l’intrigue la plus juteuse uniquement dans les coulisses. le paywall d’un boss si fort que le nombre d’heures de jeu passera de 100 à 1000 ; et ce bouton « difficulté inférieure » avec un choix de 4 niveaux différents semblera être la panacée. Mais dans Shin Megami Tensei, tout est magnifiquement sondé. Si vous jouez à DIFFICULT, par exemple, et qu’au cours du jeu vous diminuez la difficulté pour faire face à un boss difficile, tu ne pourras pas repasser en dur pour la course en cours. Les dieux vous regarderont d’en haut lorsque vous prendrez ce calendrier et les énumérerez un par un. Conscients qu’ils ont gagné, et vous avez perdu. Voulez-vous vraiment leur donner cette satisfaction ?

Shin Megami Tensei V est un jeu extraordinairement conservateur, difficile à céder à la modernité, réticent même à fournir des éléments de « life hack » typiques qui distinguent les JRPG au tour par tour les plus récents. Il faut  » taper du nez « , s’amuser en le faisant, et remercier Atlus de ne pas avoir cédé à la flatterie facile de ceux qui ont porté Persona V si haut dans le paysage du jeu moderne. Ce n’est pas facile : beaucoup de gens abandonneront avant même de commencer, chassés par la difficulté prohibitive, ou par la répétitivité de base qui fait partie du Shin Megami Tensei comme la farine du pain. Je les comprends, mais j’ai de la peine pour eux.

Plateformes : Nintendo Switch

Développeur : Atlus

Éditeur : Nintendo, Atlus, SEGA

Nous perdons des sommets de conception inatteignables dans la caractérisation esthétique et morale des monstres que nous rencontrons ; une intrigue et, surtout, un lore difficile à digérer mais aussi mystérieux, mystique et courtois. Il y a aussi une bande sonore qui va de l’acid jazz au rock, presque au métal, pour passer sans interruption à la pop, à la Jpop et au « chant choral religieux ». Mais toujours en soulignant efficacement le moment ludique ou narratif auquel nous avons affaire. Vous perdez l’un des JRPG les plus techniques et les plus stimulants de 2021, capable de se mesurer aux monstres sacrés du passé et du présent. Et même avec ce Persona V qui semble si divin et intouchable. Face au JRPG véritablement divin, à la nouvelle divinité qui n’a pas besoin d’être nouvelle pour faire plier les genoux des fidèles, seuls les plus endurcis peuvent résister. Et non, je n’ai pas mal écrit « pur ». Je voulais vraiment dire « dur ».

 

jeux video

Chelsea

Written by Chelsea

Je suis Chelsea, passionnée par la TV réalité. Je vous partage dans mes articles les actualités et les informations au sujets des stars et des actualités. N'hésitez pas à partager mes articles et à réagir.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Banque nationale tchèque relève son taux d'intérêt de base de 1,25 point de pourcentage

La Banque nationale tchèque relève son taux d’intérêt de base de 1,25 point de pourcentage

GamesVillage.it

Elden Ring : gameplay très attendu