in

Sherlock Holmes : Chapitre 1 – revue de jeu

Depuis 2002, le studio ukrainien Frogwares nous propose des jeux avec l’un des détectives les plus célèbres de l’histoire. Sherlock Holmes, puisqu’il s’agit de lui, s’est installé pour de bon sur les écrans de nos ordinateurs et consoles, et a résolu tous les mystères en un clin d’œil. Mais n’êtes-vous pas curieux de savoir comment tout a commencé ? Vous n’avez plus à vous poser la question : la réponse se trouve dans le jeu. Sherlock Holmes : Chapitre 1.

J’ai joué à toutes les parties des aventures de Sherlock que ce studio a produites, mais le plus grand saut de qualité que nous avons eu a été avec la partie Crimes et châtiments de 2014. Le jeu s’est avéré si bon que, deux ans plus tard, les développeurs ont fait de même et ont publié un jeu encore meilleur. La fille du diable. Cependant, j’ai eu l’impression que, malgré ses excellentes performances en termes d’histoire et de mécanique, la formule du jeu s’essoufflait lentement.

Frogwares a décidé à cette occasion Chapitre 1 écouter mes demandes et ont apporté suffisamment de changements pour parler d’une nouvelle qualité dans le monde du futur occupant de l’appartement du 221B Baker Street. Le plus important d’entre eux est la transformation d’un jeu linéaire avec des lieux fermés en un jeu à monde ouvert. Oui, de nombreuses tâches consistent à entrer dans différents types de bâtiments (commissariat de police, siège du journal local, mairie, hôtels particuliers, etc.), mais vous passerez beaucoup de temps à courir dans la ville, à découvrir de nouveaux lieux, des magasins, des endroits où l’on peut voyager rapidement, à collecter des trésors, etc.

Lorsque nous rencontrons Sherlock, il n’est pas encore un détective connu et acclamé, mais un jeune homme qui entre dans l’âge adulte et qui doit encore trouver sa place dans le monde. Nous arrivons sur l’île fictive de Cordona, où se trouve la famille Holmes. Pour une raison quelconque, que je ne présenterai pas car sa découverte est l’axe de l’intrigue de la nouvelle partie, il a quitté l’endroit lorsqu’il était enfant. Aujourd’hui, il revient et découvre le secret de son passé.

Le compagnon de Sherlock est Jon, un ami d’enfance invisible qui est aux côtés du personnage principal depuis des années. Personne ne peut le voir, mais il est capable de nous aider à résoudre les énigmes, en ajoutant des commentaires pertinents, en nous aidant lorsque nous sommes bloqués et ne savons pas quoi faire. Sa présence est un autre fil conducteur de l’histoire.

L’intrigue comprend 30 missions, dont cinq seulement sont des missions principales. Les autres sont des quêtes secondaires, que l’on découvre par soi-même en se promenant sur la carte, en parlant aux gens, en écoutant les conversations ou en lisant les informations laissées ici et là. Et il s’agit là de questions de différents calibres. Certaines d’entre elles ne nous prendront pas plus de 10-15 minutes, tandis que d’autres – si nous parvenons à tirer rapidement des conclusions – nous prendront au moins 30-40 minutes chacune (ou plus si nous nous perdons quelque part). Pour tout terminer, nous passerons environ 20-25h, dont le fil conducteur nous prendra environ 10-12h. Je pense que l’histoire principale et les cas secondaires sont si intéressants qu’il vaut la peine de s’y plonger.

En résolvant les énigmes, nous rencontrerons diverses mécaniques. La plus élémentaire est, bien sûr, l’observation de divers objets, la collecte de traces. Nous pourrons soumettre certains d’entre eux à une analyse chimique, qui est une sorte de mini-jeu mathématique. Sur la base des informations recueillies, des conversations, nous tirons des conclusions et résolvons des énigmes.

Les cas plus importants ont en outre – comme dans les jeux précédents – leurs côtés séparés liés à la déduction, et la combinaison des deux bons éléments nous donne des informations et des conclusions supplémentaires, sur la base desquelles nous décidons de prendre une décision. Il s’agit souvent d’accusations qui enverront l’une ou l’autre personne à l’échafaud, mais nous pouvons aussi – si nous le souhaitons – laisser partir certaines de ces personnes ou ne pas informer la police de leur infraction.

Bien sûr, nous n’apprendrons pas tout sur la scène d’un crime. Les interrogatoires ou les inspections visuelles ne nous donnent que des indices, et nous devons chercher des informations supplémentaires dans les dossiers de police, les vieux journaux ou les chroniques des mairies. C’était pour moi la partie la plus ennuyeuse du jeu, car parfois je ne voyais pas quels mots clés utiliser. De plus, en marquant un indice et en parlant aux gens, nous obtiendrons des informations différentes de celles que nous aurions obtenues si nous leur avions parlé sans l’indice choisi. C’est pourquoi je pense que le jeu peut poser des problèmes aux personnes qui n’ont pas le don ou l’expérience pour tirer des conclusions.

Photo par Frogwares

Le plus grand changement, à mon avis, ce sont les séquences de combat. En entrant dans une partie des pièces, Sherlock se transforme en un revolver racial, se mesurant à ses adversaires dans un espace réduit. Et il y en a beaucoup parmi lesquels choisir. On peut simplement les tuer, mais on obtient plus de points (et donc d’argent) en arrêtant l’unité. Pour ce faire, nous devons compléter une courte séquence QTE. Pour l’activer, cependant, nous devons d’abord pacifier l’individu. Nous avons donc à notre disposition la possibilité de tirer sur le point faible situé sur son corps (souvent dans le dos). Cependant, si la personne porte une armure, nous devons d’abord tirer sur chacune de ses parties, puis toucher le point approprié. Des éléments environnementaux nous viennent également en aide, comme des lampes avec des charbons brûlant sous le plafond ou des tuyaux avec de la vapeur chaude. Bien sûr, la possibilité de sauter ces séquences est bienvenue, pour ceux qui ne supportent pas les éléments d’action ou qui veulent se concentrer uniquement sur la résolution d’énigmes.

Un élément supplémentaire au cours de nos enquêtes est la nécessité de porter certains vêtements ou de se camoufler, ce qui inclut une pilosité faciale, un maquillage et une tenue appropriés. Certaines personnes sont plus enclines à parler à un policier, et d’autres à un ouvrier, car il n’y a rien à dire à une personne habillée en classe supérieure. Un barman ne dira la vérité qu’à un marin, et un certain propriétaire d’un immeuble à appartements – à un membre de la bohème. Il existe des dizaines de tenues dans le jeu, les possibilités sont donc infinies.

La conception graphique du jeu est un véritable régal pour les yeux. Le monde ouvert est magnifique, la visite de différents quartiers, dont chacun a son caractère unique, est un grand plaisir. Les graphismes sont aussi bons que sur les consoles de la prochaine génération. Le seul problème, c’est que parfois, lorsque l’on tourne plus vite, on est accueilli par une légère perte d’images d’animation ou un bégaiement. Nous ne connaîtrons pas de ralentissements dans les salles fermées. Mais dans le fond, cela ne nuit pas au jeu et à sa réception globale.

Les mélodies sont aussi des sons qui sont là, mais qui n’interfèrent absolument pas avec la réception du jeu, et qui ne deviennent pas mémorables. Ils font juste leur travail, en construisant l’atmosphère. Je ne peux donc pas écrire quelque chose de négatif à leur sujet.

Pour moi, chaque nouveau jeu de la série est un petit pas en avant. La transition vers un monde ouvert s’est avérée être le meilleur scénario possible. La carte est suffisamment grande pour que vous puissiez y trouver et y placer juste ce qu’il faut de quêtes, mais suffisamment petite pour que vous ne passiez pas des siècles à courir d’un bout à l’autre de la carte. J’espère que cet élément de gameplay sera de plus en plus développé dans les jeux suivants. Les énigmes qui nous sont proposées sont d’un niveau de difficulté variable, certaines banales, d’autres nécessitant de la concentration et une lecture attentive, pour tirer des conclusions. Ils construisent tous parfaitement le monde de la jeunesse de Sherlock.

J’appréhendais également les personnages créés. Les cinq personnages principaux font un excellent travail dans le jeu, ils sont crédibles et même pendant un instant, je n’ai pas ressenti de grognements à cause de cela. Tous ces éléments réunis ont fait en sorte que je ne me suis pas ennuyé, même un seul instant. J’attends avec impatience le prochain jeu de ce studio. J’espère que je n’aurai pas à attendre longtemps.

Les avantages :
– en changeant la formule en monde ouvert ;
– la reliure ;
– Différents niveaux d’énigmes et de scénario ;
– Version en langue polonaise (pour certains).

Les inconvénients :
– un léger bégaiement ;
– Certaines énigmes, cependant, sont trop confuses.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Xbox Series X/S : Microsoft annonce qu’aucun titre ne recevra de FPS Boost dans un futur proche

Samsung Galaxy Z Fold3 5G - le smartphone qui vous permet d'en voir plus

Samsung Galaxy Z Fold3 5G – le smartphone qui vous permet d’en voir plus