in

PUBG Mobile reçoit un cross-over avec Arcane, PUGB devient free to play

Au cours de The Game Awards 2021, Geoff Keighley a montré PUBG, la bataille royale et l’un des géniteurs du genre, ainsi que… Fortnite, Call of Duty Warzone, Apex Legends et bien d’autres encore. Après le succès de PUBG Mobile, les développeurs ont décidé de rendre PUBG sur consoles et PC free to play, de ce fait, il sera accessible à tous sans frais supplémentaires.

Cette version arrivera le 12 janvier et comprendra le jeu de base et la plupart des fonctionnalitésmais pas le mode classé et les matchs personnalisables, qui seront disponibles. uniquement disponible pour ceux qui achètent le Battleground Plus pour 12,99 €.. Le Premium Pack en question comprendra les modes susmentionnés, un boost d’XP de 100 %, un skin complet, 1 300 G-Coins et d’autres contenus mensuels, et doit être acheté une fois.

Alors que, concernant PUBG MobileAvec son engagement à fournir un contenu frais et passionnant aux joueurs, le titre reste l’un des jeux mobiles les plus populaires au monde.. L’année 2021 a été marquée par d’autres partenariats passionnants en matière de contenu, dont les plus récents sont les suivants une collaboration avec la série animée League of Legends, Arcane. Les joueurs pourront jouer en utilisant les skins de Jinx, Vi, Caitlyn et Jayce.

PUBG MOBILE continuera à évoluer en 2022 et au-delà avec de nouvelles façons pour les joueurs de profiter de l’expérience ultime de Battle Royale. Pour plus d’informations, consultez le site : www.pubgmobile.com


 

jeux video

Chelsea

Written by Chelsea

Je suis Chelsea, passionnée par la TV réalité. Je vous partage dans mes articles les actualités et les informations au sujets des stars et des actualités. N'hésitez pas à partager mes articles et à réagir.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

PUBG devient free to play : quand sera-t-il disponible ?

Et juste comme ça : saison 1, épisodes 1 et 2 - critique

Et juste comme ça : saison 1, épisodes 1 et 2 – critique