in

Persona 4 Arena Ultimax : un retour en force sur le ring !

Les spin-offs ne sont souvent qu’un stratagème pour exploiter les IP les plus connus avec des titres agréables mais oubliables. Si l’on y réfléchit bien, les remakes et les remasterisations ne sont généralement l’apanage que des titres majeurs, et non des spin-offs. Quand, une décennie plus tard, un spin-off revient, cela signifie qu’il a encore quelque chose à dire, peut-être même quelque chose d’important. C’est le cas de Persona 4 Arena Ultimax, jeu de combat en un contre un publié par Atlus et la suite directe d’une saga désormais historique.

Persona 4 Arena UltimaxPersona 4 Arena Ultimax : « Je suis toi, tu es moi… »

Difficile de faire un résumé général de l’histoire d’Ultimax sans rien gâcher pour les nouveaux joueurs : savoir que le jeu se déroule après Persona 3 et Persona 4.crée une suite croisée avec des protagonistes, des acolytes et des antagonistes engagés dans un combat féroce pour découvrir la vérité sur de nouveaux mystères surnaturels inquiétants. Heureusement, nos héros pourront compter sur l’aide des pouvoirs mystiques des Persona, émanations physiques de la psyché du combattant, dotées des pouvoirs les plus variés…

Dix ans se sont écoulés depuis la sortie de Persona 4 Arena, titre prédécesseur de celui analysé ici, une sorte de première version du jeu : ce qui n’est pas surprenant, étant donné que tous les chapitres canoniques de Persona, tôt ou tard, gagnent des versions avancées qui vont bien au-delà du concept de simple « expansion »… le fait est que, en moins de deux ans, est arrivé sur le marché également Ultimax, en version arcade, PlayStation 3 et Xbox 360… pour être réédité aujourd’hui dans une version complète, retouchée et plus brillante que jamais, pour PC, PlayStation 4 et Nintendo Switch.

En quoi consiste réellement cette nouvelle version ? Il n’y a pas vraiment de nouveau contenu, mais les caractéristiques du jeu, dès le départ, tous les DLC et mises à jour possibles dès le début. Tant sur le plan de la technique que de l’équilibre, ainsi que toute une série de perfectionnements apportés à l’époque… auxquels s’ajoutent divers conforts et implémentations « modernes » à la qualité de vie du titre.de la résolution et de la fréquence d’images à l’adaptation dans différentes langues. (y compris l’italien : merci beaucoup !), en passant par les BGM et la double piste audio du doublage anglais/japonais, jusqu’au nouveau look des lobbies.
Atlus a également promis les ajouts du très bienvenue netcode rollback mais seulement plus tard cet été, et en l’excluant (du moins pour l’instant) de la version Switch. Vous pouvez donc vous attendre à une excellente jouabilité en ligne. sans jeu multiplateforme.

Persona 4 Arena UltimaxArc System Works ? Un nom, une garantie.

Pour réaliser Arena, Atlus n’a rien voulu laisser au hasard et a confié le titre au meilleur studio de combat en 2D : Arc System Worksauteurs des excellentes sagas Guilty Gear et Blazblue, ainsi que les créateurs de tie-ins de haut niveau comme l’incroyable Dragon Ball FighterZ. Et, il faut le dire, ça se voit : le jeu est encore très bon à tous points de vue, et dans cette version, plutôt que de montrer le côté des limitations de l’époque, il montre tout ce qu’on pouvait pousser dans le genre et tout ce qu’on a perdu, ces dernières années, avec la raréfaction des titres de ce genre. Arena, en fait, n’est pas un jeu de combat en 3D qui « prétend » être en 2D, mais un jeu purement old-school, mais avec des solutions de gameplay intelligentes et originales..
Le mappage des boutons est original et bien pensé, avec des personnages et des ensembles de mouvements qui diffèrent non pas tant par leurs commandes d’exécution que par leurs pouvoirs distinctifs. Il existe 21 caractères de baseIl n’y en a apparemment pas beaucoup, mais si l’on considère qu’ils sont très variés et que les versions dites « Shadow » sont disponibles pour la plupart d’entre eux, ce qui modifie profondément leurs mouvements et leurs approches du combat, le nombre double essentiellement.

Le genre est toujours le classique Street Fighter II : Combat de scène en 2D, best of threeavec des attaques de différents niveaux de force, des saisies, des esquives, des combos, des super mouvements et des techniques spéciales. Un point très favorable du jeu est la courbe d’apprentissage très conviviale, qui permet à chacun de s’amuser dès le début, en rendant simples même les combinaisons spectaculaires et satisfaisantes, mais qui ne sont qu’un tremplin pour ceux qui veulent aller plus loin et se lancer vers des niveaux de compétence beaucoup plus importants, jonglant avec des effets spéciaux, des passives, des coups de finition et ainsi de suite. En outre, en plus des modes de jeu les plus classiques, il existe également des modes de défi assez passionnants, en particulier Mode Golden Arenaqui comporte des éléments de RPG pour la gestion des personnages. Il y en a vraiment pour tous les goûts.

Des romans visuels et des coups de pied tournants, que voulez-vous de plus ?

C’est un élément plutôt inhabituel pour un jeu de combat : ou l’importance de l’intrigue. Dans la saga Persona, le récit est généralement bien traité, avec des sommets d’excellence qui ont fait l’unanimité. Eh bien, contrairement aux spin-offs  » dansants « , Arena ne raconte pas une histoire complémentaire et négligeable – sans réelle importance puisqu’elle n’est qu’un prétexte pour faire danser les personnages – mais c’est la véritable suite de Persona 3 et Persona 4 Golden, et elle suppose (comme l’ont fait les récents Persona 5 Strikers) que vous connaissez déjà l’histoire précédente. La comparaison avec Strikers devient plus juste quand on pense au fait qu’il s’agit actuellement peut-être du seul spin-off Musou d’une franchise qui part d’une position similaire et qui, pour comprendre le sens de l’intrigue et les motivations des personnages, ne vous laisse pas d’autre choix que d’aller récupérer le jeu original.

La même chose se produit ici, d’une certaine manière, mais d’une manière absolument coupe-gorge : en effet, à l’heure actuelle, seuls les joueurs PC ont un moyen direct de récupérer Persona 4 Golden, tandis que les utilisateurs de PlayStation et de Switch n’ont pas du tout ce jeu à leur disposition. Sans parler de 3, qui bien qu’existant en trois versions, sont toutes pour des consoles d’une génération résolument passée. C’est un double « défaut » congénitalou la création d’un spin-off dédié uniquement aux fans et non à l’élargissement de la base de fans (une erreur que, par exemple, nous sommes sûrs que Riot ne commettra pas dans le jeu de combat League of Legends, lié à l’original mais qui, vraisemblablement, marchera sur ses propres jambes également au niveau narratif) et au fait de l’avoir proposé à nouveau, après tant d’années, dans un moment « inconfortable » étant donné le manque de références également pour ceux qui étaient prêts à récupérer le passé. Peut-être aurait-il été préférable de lancer le portage tant attendu que les fans réclament depuis des années ? D’autre part, le regain de popularité de la série Persona (qui a également conduit aux bonnes ventes de P4 Golden sur PC) est principalement dû au succès, ces dernières années, de Persona 5 et de ses suites/spin-offs, qui sont toutefois bien après et… avec des liens pratiquement insignifiants avec P3 et P4. Si quelqu’un qui s’est passionné pour Persona avec le cinquième chapitre voulait aborder P4 Arena Ultimax, il serait très probablement stupéfait car cela n’a aucun rapport.

Persona 4 Arena Ultimax

 

Gardez à l’esprit que le récit est prépondérant, A tel point que même en mode Arcade, il y a des dialogues et des cut-scenes.sans parler des différents parcours du mode Histoire, qui peuvent être une croix ou un délice selon vos goûts et votre connaissance de la saga : il s’agit pratiquement de véritables romans visuels en effet assez verbeux (bien que passionnants) interrompus ici et là uniquement par les combats, d’une importance si relative que peut être « joué » en mode spectateur.

Par ceux qui ne sont intéressés que par la découverte de la suite des aventures des protagonistes de P3 et P4. Nous le répétons : il s’agit d’un défaut tout à fait relatif qui peut ne pas peser sur l’expérience si vous n’êtes là que pour tabasser un enfant. jeu de combat old-school de très haut niveau. Ou, en effet, la composante narrative pourrait vous captiver complètement si vous connaissez déjà bien l’histoire des jeux précédents.

Plateforme où il est disponible

Plateformes : PlayStation 4, PC, Nintendo Switch

Développeur : Arc System Works, Atlus

Éditeur : SEGA

Persona 4 Arena Ultimax est un bijou longtemps resté enfermé dans un tiroir, qui a été nettoyé et embelli. Le temps ne semble pas passer (ou, du moins, peser) sur les beaux jeux vidéo et cette œuvre d’Arc System Works brille encore, tant sur le plan artistique (chara design, animations, musique… tous d’un excellent niveau) que sur le plan technique et du gameplay. Si vous aimez les jeux de combat, c’est absolument un titre à (re)découvrir, avec pour seule prémisse (notez bien : prémisse, pas forcément  » réserve « ) de nécessiter une connaissance préalable des événements précédents pour comprendre et profiter du meilleur scénario.

Bande-annonce officiel Persona 4 Arena Ultimax

A lire aussi: Chocobo GP : de nouvelles modifications à venir

erwan

Written by erwan

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Genshin Impact : date annoncée pour le live stream spécial 2.6

GamesVillage.it

Phantom Breaker Omnia : sortie de la bande-annonce de lancement