in

NFT – fléau ou avenir de l’industrie technologique ?

DC, Konami, Marvel, Ubisoft. Ce ne sont là que quelques-uns des géants de l’industrie du divertissement au sens large qui se sont intéressés à la NFT. Et alors que de nombreuses tentatives de popularisation des jetons se heurtent à des critiques acerbes de la part des internautes, les motifs qui ont présidé à la création de NFT ne semblaient pas trop suspects.

Ces derniers mois, nous avons entendu parler de temps à autre de projets plus « révolutionnaires » utilisant des jetons NFT. Ubisoft prévoit d’élever les microtransactions à un niveau supérieur et de transférer la vente d’add-ons payants sur la plateforme blockchain propriétaire. Les créateurs de GSC Game World ont voulu créer… Métavers S.T.A.L.K.E.R.par lequel les joueurs entrent en possession d’une pièce du jeu. S.T.A.L.K.E.R. 2 : Le coeur de Tchernobyl et devenir l’un de ses héros indépendants. Et Team17 a prévu de vendre aux fans de la série Vers statues virtuelles commémoratives.

Sur les trois, seul Ubisoft continue à développer son projet de manière indéfectible. Les autres équipes de développement ont secoué leur tête en cendres et ont admis aux joueurs que l’idée de mettre en œuvre la technologie NFT dans leur version était malavisée. D’un autre côté, des sociétés telles que Konami, Marvel et DC Comics vendent avec succès leurs œuvres d’art numériques sous la forme de NFT et la communauté ne se rebelle pas aussi bruyamment contre leurs actions.

Un internaute non averti peut se perdre dans le bruit des informations. Surtout si un jour il lit qu’un jeton de la série Bored Ape Yacht Club a été vendu pour des millions de dollars, pour apprendre un instant plus tard que l’une des plus grandes plateformes de vente de NFT a admis que de nombreuses enchères avec des jetons générés par leurs outils sont une arnaque.

Qu’est-ce que c’est que cette histoire de NFT et y a-t-il vraiment quelque chose de révolutionnaire là-dedans ?

L’abréviation NFT cache un acronyme de l’expression Non-Fungible Tokens, qui peut être traduite en français par « un jeton qui n’est pas échangeable ». Ce caractère non échangeable est directement lié à la valeur du jeton, et indirectement à sa nature de blockchain. En effet, les NFT dérivent en ligne droite de la même technologie qui anime le marché des crypto-monnaies. Et c’est avec cette technologie qu’il convient de commencer l’histoire des jetons populaires.

Blockchain au service des NFT et des crypto-monnaies

Les moyens de paiement tels que le bitcoin et l’Ethereum sont inextricablement liés à la blockchain, un réseau informatique distribué co-créé par de multiples utilisateurs. Il n’est pas vraiment nécessaire d’entrer dans les détails du fonctionnement de cette technologie pour comprendre ce qu’est la NFT. Pour présenter plus clairement la NFT dans le contexte des crypto-monnaies, je me permettrai quelques simplifications dans la description de la blochchain. Je m’en excuse par avance auprès de tous ceux qui connaissent bien le sujet.

Le réseau blockchain est un type spécifique de base de données, qui se distingue des autres systèmes de traitement de l’information, entre autres, parce qu’il ne repose pas sur la soi-disant source unique de vérité. Lorsque nous nous connectons à un site web classique, notre navigateur envoie une requête au serveur demandant un ensemble spécifique de données. À l’étape suivante, le serveur récupère les informations sur un support spécifique et les transmet au client. En supposant que la société d’hébergement ne fasse pas de copie de sauvegarde, un dommage permanent à un tel serveur nous coupera probablement définitivement l’accès aux données collectées.

La structure de la blockchain, quant à elle, ressemble à un rhizome avec de multiples points nodaux. Toute information concernant une transaction ayant lieu à l’intérieur du réseau peut être envoyée à de nombreux utilisateurs du réseau, grâce à quoi les informations sur l’état actuel du réseau fonctionnent dans un registre distribué. Lorsque nous voulons échanger des ressources, par exemple envoyer une crypto-monnaie à quelqu’un, nous ne devons pas dépendre d’un serveur particulier.

En effet, aucune autorité unique ne supervise le flux de données, la vérification des informations se fait au niveau de la communauté et de la technologie. Chaque modification de la structure de la blockchain crée un « nœud », dont l’exactitude est vérifiée avant qu’il ne soit ajouté au bloc suivant du réseau. Au cours de ce processus, une clé cryptographique publique est utilisée pour vérifier l’exactitude de la transaction par rapport aux autres nœuds. Ce mécanisme de traitement vise à garantir que personne n’ajoute à son portefeuille des bitcoins auxquels il n’a pas droit. Même si vous stockez des bitcoins dans un portefeuille dit « froid » qui n’est pas connecté à l’internet, lorsque vous transférez des fonds virtuels vers un autre compte, l’exactitude de la transaction sera vérifiée par l’ensemble du réseau blockchain.

La nature distribuée de la base de données exclut également la possibilité de modifier manuellement les fonds stockés sur un compte en crypto-monnaies pour en augmenter le solde. Lorsqu’une personne effectue une transaction en utilisant un code de portefeuille modifié, le nœud ne passe pas le processus de vérification publique. Un contrôle aussi strict est rendu possible par la structure distinctive du réseau blockchain. En effet, la chaîne de données principale, qui contient les informations les plus récentes sur les actifs traités, contient des informations sur toutes les transactions exécutées publiquement. Chaque fois que quelqu’un essaie de modifier la structure du réseau, par exemple en envoyant une crypto-monnaie à quelqu’un, il se connecte à la chaîne principale et envoie une demande de transfert de fonds entre des utilisateurs spécifiques.

La méthode de vérification décrite ici permet d’éviter, entre autres, le vol de fonds dans les portefeuilles virtuels. Tant que la clé privée permettant de gérer ce portefeuille ne tombe pas entre les mains de personnes non autorisées, personne ne pourra réécrire nos fonds. Et nous pouvons stocker ce type de clé, par exemple sous la forme d’une impression informatique, ce qui nous protège efficacement contre son interception numérique par des pirates.

La vérification des blocs par rapport à la chaîne principale empêche également l’ajout de crypto-monnaies à partir de rien. Ces moyens de paiement ne peuvent être exploités que par le biais du processus de minage, qui consiste, en termes simples, à utiliser des ordinateurs très performants pour effectuer des calculs mathématiques complexes. Les mineurs de crypto-monnaies sont récompensés par une petite quantité d’une crypto-monnaie spécifique en échange de leur puissance de calcul. Seuls les fonds minés de cette manière peuvent apparaître sur le réseau de la blockchain.

Cryptocurrency vs NFT

Et c’est là que NFT entre en scène. Les jetons ne sont rien d’autre qu’un paquet de données stocké sur le réseau blockchain qui a été attribué à un utilisateur spécifique. Généralement, ce paquet est associé à un élément vidéo, graphique ou de jeu, mais ce n’est pas la visualisation en soi qui constitue le cœur de cette technologie. Le NFT est en fait un certificat d’authenticité qui indique qu’une ressource numérique appartient au détenteur d’un jeton particulier. La NFT peut être assimilée à une signature numérique qui nous donne le droit de nous considérer comme le propriétaire légal d’un ensemble spécifique de données de type zéro-un.

Bien que rien ne vous empêche de copier un graphique représentant l’un des singes du Bored Ape Yacht Club, son propriétaire ne sera qu’un seul. Bien que l’illustration copiée ressemble exactement à celle attribuée au jeton, pour la communauté blockchain, seule celle associée au NFT qui le représente est originale.

Pour mieux comprendre l’idée qui sous-tend cette technologie, revenons au début, c’est-à-dire à la définition de la NFT. Au début, j’ai mentionné que les jetons de ce type sont traités comme une ressource de nature non échangeable. Cela signifie que deux NFT apparemment identiques n’auront pas la même valeur. Cela les distingue des monnaies convertibles telles que la monnaie papier, les soldes de comptes bancaires ou les crypto-monnaies.

Les moyens de paiement convertibles ont une valeur strictement définie. Si j’ai une pièce de 10 cents, je peux l’échanger contre une autre pièce de 10 cents, et ce geste – en supposant que les deux billets sont authentiques – ne fera perdre aucune des parties à la transaction. Je peux même échanger une pièce de 10 cents contre deux pièces de 5 cents, sans que cela ait un impact sur mon portefeuille.

Les crypto-monnaies fonctionnent sur un principe similaire. Bien que leur taux de change soit très volatile, ils constituent des moyens de paiement entièrement convertibles. En transférant un bitcoin à quelqu’un, j’envoie un message au réseau blockchain indiquant que la ressource a changé de main, mais qu’elle reste toujours un bitcoin (pour simplifier, ignorons les différences de taux de change et les frais de traitement). En outre, deux blocs de bitcoins ont exactement la même valeur théorique. Si une personne possède plusieurs portefeuilles de crypto-monnaies et passe un accord avec une contrepartie pour lui transférer un montant spécifique en bitcoins, quel que soit le portefeuille qu’elle atteint, le montant de la transaction sera identique.

Dans le cas de NFT, une telle relation ne se vérifie pas. Chaque jeton peut être comparé à une crypto-monnaie indépendante, qui fait l’objet d’une évaluation distincte fondée, entre autres, sur la popularité d’une collection donnée, son caractère unique ou la crédibilité de son créateur. C’est pourquoi les NFT sont souvent qualifiées d’œuvres d’art numériques, car c’est sous cette forme qu’elles sont le plus performantes.

Les jetons non échangeables sont apparus comme un outil idéal pour une société à un niveau élevé de développement numérique. Ils permettraient de transférer l’art du monde réel vers ce monde virtuel. Après tout, les deux réalités s’entremêlent parfaitement. Dans le monde physique, il n’existe qu’un seul tableau original, mais il peut y avoir d’innombrables copies de celui-ci, presque sans valeur d’un point de vue artistique. Dans le monde numérique, cela posait auparavant un problème, car le fichier source, une fois mis en circulation, pouvait être dupliqué de nombreuses fois, et la valeur artistique de ces copies était la même que celle de l’original.

De ce point de vue, les jetons NFT peuvent apparaître comme un outil snob pour ceux qui veulent se distinguer des autres internautes moins fortunés. Après tout, certaines personnes sont prêtes à payer des millions pour les jetons les plus vantés. Toutefois, il convient de considérer les jetons sous un angle un peu plus large.

Car la caractéristique primordiale des ENF n’est pas leur valeur artistique ou financière, mais leur caractère unique. Une caractéristique que les blocs de crypto-monnaies ne possèdent pas. Un bitcoin a exactement la même valeur qu’un autre. Mais même des ENF apparemment identiques sont complètement distinctes les unes des autres. Et cela signifie qu’ils pourraient être utilisés, par exemple, comme outil d’authentification des utilisateurs. Les jetons pourraient également fonctionner comme un système de vérification d’identité décentralisé, non soumis au contrôle d’une autorité centrale ou d’une société. Il est facile d’imaginer un monde numérique dans lequel le NFT, plutôt que les services Google, sera largement utilisé dans le processus d’autorisation de divers services.

Malheureusement, le problème est qu’aujourd’hui, le NFT est largement utilisé comme un outil d’usurpation. Oui, certains propriétaires de jetons, en rejoignant par exemple le groupe d’élite des propriétaires d’avatars de singes, se voient promettre la participation à divers concours ou réunions. Cependant, ces prestations supplémentaires pourraient tout aussi bien être payées par des moyens de paiement classiques.

À son tour, l’idée de promouvoir les microtransactions basées sur le NFT n’est qu’un perfide vol d’argent, rien de plus. Du point de vue du joueur, les ajouts visuels classiques ne sont absolument pas différents de ceux des stoken. Leur rôle consiste uniquement à enrichir la couche visuelle d’une production donnée. Ubisoft affirme qu’en déplaçant les microtransactions vers le réseau blockchain, nous pourrons échanger librement des biens numériques et les vendre lorsque nous n’en avons plus besoin. Pourtant, un tel mécanisme fonctionne parfaitement depuis des années dans le cadre, entre autres, de Steam et se porte très bien.

Du point de vue du développeur, les microtransactions NFT ont un avantage principal : si l’entreprise parvient à mettre en œuvre un tel modèle de distribution des add-ons, elle scellera le marché secondaire. Ubisoft pourrait prélever une marge sur chaque transaction ultérieure effectuée sur ces jetons. Aujourd’hui, rien ne s’oppose à ce que les joueurs contournent les boutiques officielles avec des objets et les échangent, par exemple, via Steam ou en s’arrangeant pour les donner sur les réseaux sociaux. Dans ce cas, les biens numériques changent de propriétaire, mais l’argent passe directement entre les utilisateurs, sans passer par le développeur. Et s’ils étaient signés numériquement, une telle charge ne pourrait être évitée.

Entre autres choses, le processus de génération des jetons est également controversé, car il consomme une quantité d’électricité disproportionnée par rapport à la valeur du bien généré. Par ailleurs, l’une des plus grandes plateformes d’échange de NFT, OpenSea, a mené une étude qui a prouvé que dans 80 % des cas, ses outils gratuits de génération de jetons étaient utilisés frauduleusement. Des utilisateurs entreprenants généraient des NFT à partir de graphiques dont ils ne possédaient pas les droits d’auteur, ou utilisaient les jetons à des fins d’escroquerie. L’entreprise a dû restreindre l’accès à ces outils afin de ne pas nuire à sa réputation.

J’aimerais apporter une réponse claire à la question de savoir si les jetons NFT sont vraiment un mal incarné comme le pensent de nombreux internautes, ou s’ils représentent l’avenir du monde virtuel. J’aimerais bien, mais je crains qu’il ne soit trop tôt pour porter un jugement aussi définitif.

Oui, l’attitude d’Ubisoft ou la vente en masse de graphismes identiques à des centaines d’exemplaires peuvent irriter, mais la technologie derrière le NFT lui-même n’est pas à blâmer pour bon nombre des pathologies dont nous sommes témoins aujourd’hui. Les jetons non échangeables peuvent devenir un outil utile et fiable pour la vérification de l’identité et la certification des biens numériques.

Malheureusement, l’avenir de cette industrie ne sera pas déterminé par son potentiel, mais par ce que les utilisateurs en feront. Et pour l’instant, ce qui leur plaît le plus, c’est d’utiliser NFT pour vendre des fichiers d’images de qualité douteuse que chacun peut enregistrer sur son ordinateur et définir, par exemple, comme fond d’écran.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pam & Tommy : Episode 1 - 3 - critique

Pam & Tommy : Episode 1 – 3 – critique

Cardano

Cardano atteint une autre étape importante pour le portefeuille