in

Dying Light 2 – critique du jeu

Dying Light de 2015 est une combinaison intelligente de jeu d’action avec parkour et de jeu de survie dans une ville envahie par les zombies. La suite -. Dying Light 2 – repose sur les mêmes bases, mais place la barre encore plus haut. Vous serez celui qui décidera du sort de l’une des dernières villes libres de l’humanité ! Ça semble très intéressant, mais est-ce vraiment DL2 est un meilleur jeu que son prédécesseur ?

Vingt ans ont passé depuis le début de l’épidémie à Harran. Beaucoup de choses ont changé pendant cette période. Les armes à feu sont devenues inutiles, mais des factions sont apparues qui, à côté de la peste mortelle, ont décidé de se jeter à la gorge les unes des autres et veulent se battre pour le contrôle d’une des grandes colonies humaines. Les groupes en conflit traînent dans la ville pendant la journée et entrent en conflit – notre protagoniste s’est retrouvé au milieu de l’un d’eux. Ce n’est pas que les zombies ont été relégués au second plan. Non, ce n’est pas du tout ça, mais le facteur humain a plus à dire ici. Cela affecte également de manière significative le gameplay, qui change lors des affrontements avec un adversaire humain.

L’adversaire humain n’a pas de patience. Il n’attaque pas aveuglément, mais il est combatif. Il essaie de nous approcher – de la gauche, de la droite. En général, il ne s’agit pas d’un seul adversaire, ce qui rend nécessaire la présence d’yeux tout autour de la tête. Combattre un tel ennemi demande aussi de la réflexion, plutôt que de balancer son arme à l’aveuglette. Cela va à l’encontre du but recherché. Le méchant peut esquiver et parer nos coups. Nous devons apprendre à faire de même si nous voulons survivre à cette journée.

Photo : Techland

Les adversaires humains sont des ennemis satisfaisants qui représentent un défi solide, surtout dans les niveaux de difficulté élevés. Il y a eu des moments où, au lieu de me lancer dans un conflit ouvert, j’ai essayé d’éliminer les ennemis discrètement, en me cachant – soit avec des flèches, soit depuis les airs (en leur tombant dessus lorsque cette compétence est débloquée dans l’arbre de développement). Il m’est également arrivé de surestimer ma force et de devoir m’enfuir la queue entre les jambes.

En plus de cela, il y a des sous-bosses très spécifiques que vous devez vaincre afin de prendre le contrôle d’un district.

Ville divisée en quartiers

Quand Techland a annoncé que Dying Light 2 ça va être plus grand, je ne m’attendais pas à ce qu’ils aillent dans le sens du cycle. Assassin’s Creed. Car c’est la première chose qui me vient à l’esprit lorsque je regarde les solutions utilisées dans le jeu. Le monde entier est divisé en districts, qui sont contrôlés par des factions humaines. Afin de les contrôler, nous devons conquérir un point clé de la carte. Celui-ci est généralement assez clairement défini – il peut s’agir d’une tour énergétique ou, par exemple, d’un hôpital. Ce qui est important, c’est ce qui se passera plus tard, une fois que nous aurons éliminé les lieutenants et le « patron » lui-même à cet endroit.

Nous prenons alors le contrôle de tout le district et pouvons le remettre à l’une des factions. Selon celui que l’on choisit, on peut compter sur certaines facilités de jeu, comme des voitures-pièges qui explosent, des cordes pour se déplacer ou des ballons, grâce auxquels on ne risque pas de tomber de haut. Il existe un plus grand nombre d’installations de ce type. Au moment de choisir, il faut donc bien réfléchir à qui vous confiez le secteur. En outre, en « déverrouillant » le quartier sur la carte, on découvre de nombreuses icônes indiquant les activités annexes. Certains d’entre eux ne sont disponibles qu’à la tombée de la nuit, d’autres sont actifs quelle que soit l’heure de la journée. Nous pouvons nous déplacer entre les districts en utilisant le système de voyage rapide, qui n’est pas débloqué au début.

Nuits blanches

Le clou du jeu, cependant, ce sont les zombies. Ces momies errent le plus souvent à la tombée de la nuit. C’est également pendant la nuit que l’on a le plus de chances d’atteindre les meilleurs trésors, qui, pendant la journée, sont gardés par des créatures qui se cachent des rayons du soleil. Y pénétrer pendant la journée risque d’entraîner la mort.

En général, vous trouverez dans ces établissements beaucoup de choses utiles. En commençant par les éléments d’habillement, en passant par les armes, jusqu’aux inhibiteurs – des seringues spéciales contenant un agent dont l’utilisation augmente de façon permanente nos compétences. Pour rendre les choses plus difficiles, nous devons trouver trois de ces seringues pour pouvoir appliquer l’amélioration, que nous pouvons utiliser pour augmenter notre santé ou notre endurance. Chaque utilisation d’inhibiteurs prolonge également le temps pendant lequel notre héros peut rester lui-même plus longtemps.

Il s’agit d’un changement important par rapport à l’ancien. Aiden, à la suite d’expériences menées par le grignon qu’il tente maintenant de retrouver, possède certains pouvoirs. Ils font en sorte que le protagoniste contrôle le temps de son séjour dans l’obscurité pendant la nuit. Nous pouvons la prolonger en utilisant les aides mentionnées ou les rayons de la lampe UV. Ensuite, le compteur se remet à zéro et on peut recommencer le jeu.

Photo : Techland

La nuit est également le moment où de puissants monstres remontent à la surface, pour le massacre desquels nous recevons des matériaux nécessaires à l’amélioration des armes. Cela vaut la peine d’explorer la ville la nuit, car, bien que le risque soit élevé, les récompenses en valent vraiment la peine. Au fur et à mesure que l’histoire se développe, nous recevons également de nouveaux équipements, tels qu’une torche UV ou un deltaplane, qui nous permettent de nous déplacer beaucoup plus facilement dans l’obscurité.

Le jeu est synonyme de parkour

En dehors des combats, la principale activité sera la fuite, ou pour être plus précis, la poursuite sur les murs et les toits. Le parkour, en tant qu’élément indispensable de la Dying Lighta été amélioré sur deux points, bien qu’il fonctionne toujours de manière familière. Il s’agit toujours de diriger les yeux du personnage vers un point précis et de s’y accrocher. Cependant, il semble définitivement plus réaliste. D’autres erreurs peuvent être commises, y compris des erreurs flagrantes qui entraînent la mort du personnage. La conception du monde ouvert signifie qu’il existe de nombreux chemins, et le jeu vous donne souvent la liberté de choisir le chemin pour arriver à votre destination. Parfois, cependant, elles sont bloquées par le niveau de compétence insuffisant d’Aiden et vous devez vous attaquer à autre chose afin d’amener le personnage à l’activité requise. Je m’en suis rapidement rendu compte, c’est pourquoi j’ai investi non pas dans la santé mais dans l’endurance en premier lieu lorsque j’ai développé mon personnage avec des inhibiteurs.

Cliché de l’intrigue et impuissance graphique

Fabuleusement Dying Light n’était que « ok », mais ce n’était pas le scénario qui jouait le premier rôle, mais une excellente jouabilité et beaucoup de plaisir en coopération. Dying Light 2 tà peu près la même chose. L’intrigue est centrée sur la recherche de la sœur disparue d’Aiden – un pastiche et un cliché dont je me suis lassée. Cependant, les fils tissés dans l’axe principal semblent suffisamment intéressants pour que l’histoire soit finalement assez intéressante et loufoque.

Malheureusement, le multijoueur n’a pas fonctionné lorsque j’y ai joué avant la sortie. J’ai eu du mal à vérifier le jeu en coopération, qui offre la possibilité de parcourir l’ensemble du scénario avec jusqu’à trois compagnons. C’est pourquoi je n’évalue pas cet élément, mais je suppose qu’à partir du 4 février tout jouera au plus haut niveau et que ce sera aussi agréable qu’il y a sept ans et en jouant avec… Dying Light.

Je suis surpris par le niveau graphique. J’aime les bonnes productions et celle-ci en fait partie. Dying Light 2Mais même en mode qualité, je suis un peu déçu par le niveau de finition de la production. Pour les dernières aventures Cliquet sur PS5 ou Halo sur la Xbox Series X le jeu manque beaucoup.

J’ai joué une grande partie du premier DL et après avoir joué Dying Light 2 (l’ensemble du scénario et quelques quêtes annexes), je sais que je vais y passer au moins autant d’heures. Bien que l’intrigue ne soit pas particulièrement intéressante, tout le reste est une combinaison parfaite d’idée et d’exécution, et le travail de Techland peut rivaliser avec succès pour attirer l’attention du joueur avec les jeux qui sortiront également en février. Horizon : L’Ouest interdit ou Anneau d’Elden.

PLUS :
+ gameplay ;
+ des choix qui façonnent l’intrigue ;
+ fabrication d’armes ;
+ monde ouvert ;
+ le développement du héros.

MOINS :
– visuels ;
– intrigue clichée.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Moon Knight - plus de graphiques promotionnels. Un regard sur le costume de super-héros

Moon Knight – plus de graphiques promotionnels. Un regard sur le costume de super-héros

Plus de 1 000 nouvelles crypto-monnaies sont apparues en janvier, soit une moyenne de 30 par jour.

Plus de 1 000 nouvelles crypto-monnaies sont apparues en janvier, soit une moyenne de 30 par jour.