Jeune fille au pair : l’expérience partagée de Morgane
ERWAN 28 avril 2015

Temps de lecture : 3 minutes

Une envie soudaine de faire un break dans vos études ? Pourquoi ne pas partir à l’aventure en se lançant comme jeune au pair dans un autre pays ? Un moyen de découvrir de nouveaux horizons tout en travaillant. Nous avons rencontré Morgane qui nous a fait partager son expérience en tant que jeune fille au pair à Londres.


 

ALCHIMY : Est-ce que tu pourrais nous définir le métier de « au pair » ?
Morgane : Au pair c’est tout simplement des étudiants (plus souvent des filles que des garçons d’ailleurs) qui partent entre six mois et deux ans dans un pays étranger pour apprendre la langue. Ils s’occupent des enfants tout en étant logés et nourris. La famille leur donne aussi un peu d’argent de poche. Le montant varie selon le pays.

 

A : Comment est né ce projet ?
M : J’avais vraiment besoin de quitter le cocon familial, de voir autre chose. Je n’étais jamais partie de chez mes parents, car la fac dans laquelle j’étudie est à côté de chez moi. De plus, j’ai toujours aimé Londres et je voulais absolument progresser en anglais parce que j’adore cette langue. J’ai eu la chance d’être libre dans mes études pendant six mois, alors j’ai sauté sur l’occasion. Je me suis inscrite sur aupairworld.com, un site spécialisé dans la recherche de jeunes filles au pair. Il permet de créer un profil gratuitement et de mettre en relation les familles avec des jeunes qui cherchent à devenir « au pair ». J’ai eu quand même moult péripéties pour trouver une famille ! Il existe aussi des agences payantes spécialisées.

 

A : Combien de temps as-tu passé là-bas ?
M : J’ai passé six mois à Londres, car mes études ne me permettaient pas d’y rester plus longtemps. Mais la plupart de mes amies filles au pair sont venues ici pour une année scolaire.

 

http://alchimy.info/?p=9027&preview=true

 

A : Comment as-tu géré la distance avec la famille ?
M : J’avoue que durant le premier mois, ma famille et mes amis ne m’ont pas beaucoup manqué. C’est l’aventure, le grand départ, alors on voit tout positif et c’est un peu l’euphorie. Mais bon, je n’ai quand même pas échappé à quelques coups de blues. Le mal du pays comme on dit, ce qui est un peu difficile, car il n’y a pas grand chose à faire. Heureusement, il y a Skype. J’ai rencontré aussi plusieurs filles au pair qui sont devenues de vraies amies. C’est très important car cela permet de se soutenir mutuellement.

 

A : Je suppose que tu as créé des liens avec la famille ? Comment envisages-tu ton retour ?
M : J’ai créé des liens assez forts avec les deux petites filles que je gardais. Je les considère un peu comme mes petites sœurs, alors j’avoue que mon départ va être sûrement très difficile. Pour elles aussi sans doute. Mais pour le moment je ne préfère pas y penser et profiter encore des bons moments qu’il me reste à passer avec elles.

 

A : Si tu devais inciter les gens à sauter le pas, qu’est-ce que tu leur conseillerais ?
M : J’ai juste envie de leur dire qu’on a qu’une vie et que l’occasion ne se présentera pas souvent. C’est une expérience extraordinaire qui apporte tellement. Je crois que je ne me rends pas encore compte maintenant, car c’est trop récent. J’ai rencontré des françaises, des espagnoles, des colombiennes… C’est une expérience qui restera gravée dans ma mémoire. Donc si vous avez l’occasion de partir « au pair », j’ai juste envie de vous dire « Let’s Go and enjoy ! »

 

SIGLE NOIR MINI WEB

ERWAN

étudiant en droit mais pas que !

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *