in

Soyons vigilants et sensés. Nous sommes tous dans une cyber-guerre et nous pouvons la gagner

Les guerres modernes ne sont que partiellement menées dans le monde physique. Bien que la Russie mène des opérations militaires sur le territoire ukrainien, nous sommes également parties prenantes à ce conflit. Nous sommes impliqués dans une cyber-guerre menée à grande échelle. Si nous restons vigilants, nous sortirons victorieux de cet affrontement.

Pendant que les forces russes pénétraient violemment sur le territoire ukrainien, des pirates informatiques payés par le Kremlin lançaient des attaques contre l’infrastructure réseau clé des entités gouvernementales ukrainiennes. Selon les experts en sécurité d’ESET et de Broadcom, les cybercriminels voulaient effacer les données des serveurs gouvernementaux, et toute l’opération a été précédée d’attaques DDoS massives qui ont bloqué l’accès à certains sites web.

Voici la preuve que l’époque des guerres menées uniquement sur le champ de bataille physique est révolue depuis longtemps. Le web public est devenu le deuxième front. Et que nous le voulions ou non, nous participons nous aussi à cette guerre. Le plénipotentiaire du gouvernement pour la cybersécurité, Janusz Cieszynski, a déclaré à la radio polonaise que vingt-sept mille messages malveillants avaient atteint des opérateurs d’infrastructures critiques et des destinataires gouvernementaux en une seule journée.

Les autorités du Kremlin ont pris pour cible les installations du réseau des pays qui participent activement à la défense de l’Ukraine, car elles savent que leur succès dépend également des crimes commis par leurs soldats et de la manière dont ils parviennent à intimider et à déstabiliser la communauté internationale.

Les actions de Poutine ont réveillé de sa torpeur l’un des groupes de pirates informatiques les plus actifs au monde. En réponse aux agressions militaires et aux activités cybercriminelles de la Russie, les représentants du collectif Anonymous, via le profil @YourAnonOne, ont officiellement déclaré la guerre à la superpuissance en ligne, en visant les serveurs gouvernementaux. Une heure après avoir fait cette déclaration, le site web RT News, qui diffuse de la propagande pro-Kremlin sur l’internet anglophone, a été mis hors ligne.

Il convient de noter que le collectif n’est pas homogène et que les Anons affiliés au profil @YourAnonOne ne sont pas les seuls à avoir pris des mesures contre le gouvernement russe. Les propriétaires du profil @YourAnonNews, qui compte 6,6 millions d’adeptes, ont prévenu que le secteur privé pourrait également être touché par des attaques visant les institutions gouvernementales. Le groupe est conscient que les citoyens russes ne peuvent peut-être pas se rebeller contre les autorités par crainte d’inévitables représailles, il a donc pris les choses en main pour perturber la transmission des données pour les opérations militaires.

Les autorités ukrainiennes elles-mêmes sont également encouragées à lutter contre les unités de cybercriminalité russes. Comme le rapporte Reuters, le gouvernement a demandé l’aide des pirates informatiques nationaux, les encourageant à rejoindre la guerre et à vaincre l’ennemi avec l’arme qu’ils utilisent le plus efficacement : les logiciels malveillants. Yegor Aushev, cofondateur d’une société basée à Kiev et spécialisée dans la cybersécurité, a lancé, à la demande du ministre ukrainien de la défense, une proclamation à l’intention de tous ceux qui, grâce à leurs compétences, peuvent aider le pays à neutraliser les structures TIC russes.

La cyberguerre n’a pas d’origine Mr. Robot ou Black Mirror se déroule sous nos yeux.

En communauté, notre force et notre faiblesse

Mais ce ne sont pas seulement les institutions gouvernementales, mais aussi les citoyens ordinaires qui ont été pris pour cible par des pirates informatiques hostiles. La Russie est l’une des parties les plus actives dans la cyber-guerre moderne. Depuis des années, le Kremlin paie une armée de pirates informatiques et de spécialistes en informatique pour se battre en ligne. Leur objectif est le même : semer la confusion et analyser de grandes quantités de données afin de désinformer le public et d’influencer l’opinion publique.

L’affaire Cambridge Analytica a prouvé au monde entier que le fait de profiler les internautes et de leur fournir des informations bien ficelées peut influencer leurs choix et leur perception du monde. Il y a de fortes chances que ce soit grâce aux actions de cette entreprise que Donald Trump ait été promu au poste de président des États-Unis et que le peuple britannique ait été persuadé de quitter l’Union européenne. Cette affaire a été largement couverte par les médias, en ligne et hors ligne, si bien qu’aujourd’hui, nous sommes bien mieux armés pour faire face à la désinformation.

Nathaniel Gleicher, directeur de la sécurité chez Meta, a annoncé la création d’un groupe du Centre des opérations spéciales chargé de surveiller en permanence la situation en Ukraine et de mettre en œuvre des solutions pour assurer la sécurité des utilisateurs de Facebook. La société a également mis à la disposition des utilisateurs ukrainiens un outil de blocage instantané des profils. Il permet aux utilisateurs d’activer rapidement et efficacement un haut niveau de sécurité qui empêchera les personnes extérieures à leur liste d’amis de télécharger des photos et de consulter des messages sur leur mur. Il sera également plus difficile pour les pirates russes d’analyser les ressources du big data afin de localiser les troupes ukrainiennes.

Twitter a également rejoint indirectement le combat, en restaurant les comptes qui informaient le public sur la localisation des troupes russes en Ukraine. Le service a admis que leur suppression était une erreur. Grâce au profil de sécurité Twitter, les utilisateurs ukrainiens sont informés de la manière de protéger leurs comptes contre les attaques de pirates informatiques.

Les médias traditionnels ne sont pas non plus restés indifférents. Le Conseil national de la radiodiffusion a supprimé les chaînes de télévision russes du registre des réseaux câblés et des plateformes satellitaires. Tout cela afin d’arrêter le flot de désinformation déversé dans nos têtes par les propagandistes du Kremlin.

Dans cette guerre, chacun a une arme

Toutefois, même si toutes les sociétés technologiques et médiatiques du monde s’unissent pour prendre des mesures visant à marginaliser le potentiel des escadrons de la cybercriminalité de Poutine, c’est à nous de sortir vainqueurs de cet affrontement. Twitter, Facebook et les médias traditionnels ne sont que des outils. La véritable cible, c’est nous, et nous nous laissons souvent entraîner, sans le vouloir, dans ce sale jeu de l’internet.

Dans les jours à venir, accordons une attention particulière à la manière dont nous nous comportons en ligne et dont nous obtenons des informations.

Vérifions les informations dans plusieurs sources fiables. Votre chaîne de télévision préférée avec une ligne politique forte n’est pas une telle source. Pas plus que le politicien ou l’ami en qui vous avez le plus confiance. Et ne faites certainement pas confiance à un mème qui n’indique pas la source de l’information en question. Dans les premiers jours de la pandémie de coronavirus, les Varsoviens ont entendu des rumeurs de nos amis selon lesquelles, à tout moment, les autorités allaient fermer les frontières de la ville. Il ne s’est rien passé de tel.

Si vous trouvez des informations troublantes liées à l’effort de guerre, avant de les transmettre, vérifiez-les auprès de plusieurs sources. S’il s’agit des propos d’un homme politique, vérifiez son profil sur les médias sociaux pour voir s’il a réellement prononcé ces mots. Consultez les profils de vos collègues, les sites web de quelques grands médias et, si possible, les câbles gouvernementaux ou les communiqués de presse d’agences de presse fiables comme Reuters. Si l’information est rapportée de cette manière par des sites web pro-gouvernementaux et d’opposition, des médias étrangers et des organisations étatiques, elle est probablement crédible. Si le message diffère selon le support, vous avez peut-être affaire à des fake news.

Vérifier les expéditeurs de l’information. Soudain, votre cercle d’amis reproduit les informations de quelqu’un qui parle avec autorité de ce qui se passe en première ligne, mais c’est la première fois que vous entendez parler de lui ? Découvrez qui il est, quelle organisation il représente et s’il en a été accidentellement exclu pour des recherches non éthiques. Les anti-vaccinationnistes et les spécialistes de la terre plate ont aussi leurs professeurs.

Ce n’est pas parce que quelqu’un a un diplôme qu’il peut parler d’autorité sur tous les sujets. Un ingénieur spécialisé dans les machines minières n’est pas qualifié pour nous donner des leçons sur l’efficacité des programmes de vaccination.

Ne nourrissons pas les trolls. Le gouvernement russe incite depuis longtemps le public par des commentaires en ligne destinés à diviser la société et à promouvoir les « fake news ». N’oubliez pas que les médias sociaux favorisent le contenu le plus attrayant. Bien que Facebook et YouTube s’efforcent de lutter contre les « fake news », ils ne supprimeront pas toutes les fausses informations. Chaque like ou commentaire sous une publication d’un troll de l’internet renforce ce commentaire et augmente sa portée. En engageant une discussion animée avec un tel commentateur, vous créez un public pour lui.

Signalez les contenus offensants et ceux qui diffusent des contrevérités. Si vous trouvez un contenu de nature strictement propagandiste, dans lequel les trolls russes calomnient les Ukrainiens ou déforment les faits, signalez ce commentaire à la modération. Que ce soit sur notre site web, sur Facebook, YouTube, Twitter ou Twitch. Peu importe qu’il s’agisse d’un article récent ou d’un article rédigé il y a quelques années. Si vous l’avez rencontré, cela signifie que d’autres peuvent le voir aussi. Et s’ils ne vérifient pas les informations qu’il contient, ils peuvent les diffuser dans le monde et alimenter la machine à désinformer.

Activez l’authentification en deux étapes. Si vous ne protégez pas déjà votre compte par une vérification d’identité en deux étapes, nous vous encourageons à la mettre en œuvre. Même si vous n’êtes pas une cible directe, si des pirates ont accès à vos comptes de médias sociaux, ils peuvent les utiliser pour publier de fausses informations dans des messages privés à des amis ou sur votre mur.

Des amis publient des informations étranges ? Contactez-les. Si, pour une raison quelconque, vos amis partagent des informations étranges ou des rumeurs non confirmées, parlez-leur. Peut-être que quelqu’un les a induits en erreur et qu’ils ne savent pas qu’ils sont devenus un outil entre les mains de la machine de propagande du Kremlin. Ou peut-être que quelqu’un a simplement pris le contrôle de leur compte. Parlez-leur sur un autre média social ou appelez-les et demandez-leur s’ils sont les auteurs du message ou du post en question.

Si vous n’êtes pas obligé de le faire, ne restez pas assis devant les sites d’information 24 heures sur 24. Tout message répété à l’infini peut affecter notre perception du monde qui nous entoure. Surveiller constamment ce qui se passe en première ligne peut accroître votre anxiété ou provoquer la panique chez ceux qui vous entourent. Faites preuve de modération afin de ne pas vous laisser emporter par vos émotions et rendre publiques des informations non vérifiées.

Les derniers jours ont montré que nous devons rester vigilants. Bien que la France dispose de réserves de carburant pour plusieurs semaines, certains citoyens achètent du carburant en masse. Les stations-service ne sont pas préparées à l’augmentation de la demande, si bien que certaines d’entre elles risquent d’être temporairement à court de carburant. Cela ne fera qu’alimenter une spirale de panique, la nouvelle se répandant sur Internet que la station X est en panne d’essence.

Et si le stock était réapprovisionné le lendemain et que la pénurie temporaire était due à ceux qui remplissaient leurs bidons avec du carburant en réserve ? La rumeur ira dans le monde entier. Des situations similaires se sont produites au cours des premiers mois de la pandémie de coronavirus, lorsque certains d’entre nous ont acheté en masse des stocks de pâtes et de papier toilette. Nous nous sommes emportés, nous avons provoqué la panique.

N’oubliez pas que tout ce que vous faites en ligne, quelqu’un peut le suivre. Tout ce que vous y lisez pourrait être un canular. Les ragots non vérifiés de la culture pop ont un impact négligeable sur la société, les fausses nouvelles sur la guerre, le contraire. Mieux vaut ne pas publier des informations non vérifiées que de devenir par inadvertance un pion dans les mains de la machine de guerre de Poutine.

Chelsea

Written by Chelsea

Je suis Chelsea, passionnée par la TV réalité. Je vous partage dans mes articles les actualités et les informations au sujets des stars et des actualités. N'hésitez pas à partager mes articles et à réagir.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Depuis le début de la guerre, les volumes sur la bourse de crypto-monnaies ukrainienne ont triplé.

Depuis le début de la guerre, les volumes sur la bourse de crypto-monnaies ukrainienne ont triplé.

Banksy inspire ! De l'art de rue rempli de culture pop : Le Seigneur des Anneaux, Batman et autres

Banksy inspire ! De l’art de rue rempli de culture pop : Le Seigneur des Anneaux, Batman et autres