in

La porte-parole du KRRiT précise quels youtubeurs doivent enregistrer leur activité médiatique

A la mi-janvier, le web a fait le buzz autour de l’annonce du Conseil national de l’audiovisuel rappelant le changement des règles du répertoire des fournisseurs de services de médias audiovisuels à la demande. Jusqu’à récemment, l’obligation d’enregistrement et la taxe dite VoD étaient imposées aux opérateurs de services, mais avec l’adoption de la loi du 11 août 2021 modifiant la loi sur la radiodiffusion et la télévision et la loi sur la cinématographie (Journal des lois de 2021, point 1676), le catalogue des prestataires de services soumis à l’enregistrement s’élargira aux personnes qui gagnent de l’argent avec du matériel cinématographique mis à disposition en ligne.

La communication mentionne ouvertement que la nouvelle réglementation couvrira les chaînes youtube. Les créateurs ayant de nombreuses années d’expérience ont jusqu’au 1er février 2022 pour remplir toutes les formalités, tandis que les nouveaux youtubers doivent déclarer leurs activités conformément aux directives du Conseil :

[…]au plus tard 14 jours avant la date à laquelle le service/la plateforme de médias audiovisuels à la demande commence à être mis à la disposition du public.

Service Médias virtuels a consulté les dispositions légales mises à jour avec la porte-parole du KRRiT. Teresa Brykczynska a expliqué quel groupe de créateurs devait signaler ses activités dans le secteur de la VoD :

Si une entité donnée a, par exemple, un accord avec YouTube et que la plateforme partage avec elle les bénéfices des publicités, montre ses propres publicités dans le matériel ou fait du « placement de produit », ou gagne de l’argent d’une autre manière sur sa création, cette activité sera reconnue par le KRRiT comme un service de médias audiovisuels à la demande. Donc, si quelqu’un est un amateur et n’a pas signé d’accord avec YouTub ou ne gagne pas d’argent avec ses productions audiovisuelles, il n’a pas besoin de demander l’entrée – a expliqué la porte-parole.

Teresa Brykczynska a également précisé que, d’un point de vue juridique, le type d’activité de monétisation du contenu n’a aucune incidence sur l’inscription des créateurs au registre des fournisseurs de services de VoD. Chaque youtuber qui tire des avantages financiers de ses publications sur YouTubes est tenu de s’inscrire dans le registre. Ces deux types de comptabilité relèvent d’une entreprise individuelle, d’une société et d’un contrat de droit civil.

Comme le notent les rédacteurs Médias virtuels Le registre KRRiT devrait donc inclure tous les créateurs qui ont publié au moins deux vidéos accessibles au public sur la plateforme de Google et qui ont gagné de l’argent de cette manière. Cela signifie qu’environ 40 000 créateurs français participant au programme YouTube AdSense pourraient être tenus de s’enregistrer.

Il convient toutefois de noter que les micro-entrepreneurs et les petits sites web sont exemptés du paiement de la contribution au PFI. Les micro-entrepreneurs sont des entités dont le chiffre d’affaires net était inférieur à 2 millions d’euros l’année précédente. Ce dernier groupe comprend des sites web qui attirent moins de 1 % du nombre de citoyens français ayant accès à l’internet à large bande, c’est-à-dire moins de 7,77 millions. Cependant, il n’est pas précisé en quoi la vérification de l’audience est censée consister. Le KRRiT renvoie cette question à l’Institut du film français, qui est directement responsable de la perception des droits.

Même si de nombreux créateurs évitent la taxation, la réglementation pourrait tout de même avoir un impact négatif sur leur travail. Les entités enregistrées auprès du Conseil national de l’audiovisuel sont tenues de rendre compte de leur activité ou de promouvoir des contenus en langue polonaise. C’est ce qu’affirme Adrian Pokrywka, qui a commenté la nouvelle loi pour le site web Wirtualne Mediapeut rendre difficile, voire impossible dans certains cas, le fonctionnement de nombreuses chaînes à faible couverture.

Des représentants du KRRiT mènent actuellement des consultations avec l’Association des employeurs de l’industrie de l’Internet (IAB) de France afin de préciser le groupe de créateurs qui devraient être obligés de déclarer leurs activités médiatiques.

Source :
Médias virtuels

Chelsea

Written by Chelsea

Je suis Chelsea, passionnée par la TV réalité. Je vous partage dans mes articles les actualités et les informations au sujets des stars et des actualités. N'hésitez pas à partager mes articles et à réagir.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aaron Guzikowski, Amanda Collin et Abudakarem Salima pour la saison 2 de Raised by Wolves. [WYWIAD]

Aaron Guzikowski, Amanda Collin et Abudakarem Salima pour la saison 2 de Raised by Wolves. [WYWIAD]

news

Afternoon News – La dette américaine est brutale comparée au BTC, aux logiciels malveillants, à Facebook et au Salvador