in

The Gambler – critique du film [Wenecja 2021]

Guillaume Tell (Oscar Isaac) mène une vie schématique et structurée et s’en accommode. Il n’aime pas les foules et les personnes qui pourraient le reconnaître. Il essaie de vivre en dehors du système. Il paie toujours en espèces, qu’il gagne dans les casinos, en jouant au blackjack ou au poker. Pendant ses huit années de prison, il a appris à compter les cartes. Il a également compris le système des casinos, qui, selon lui, ne se préoccupe pas des gens comme lui tant qu’ils ne gagnent pas trop. William prend donc juste assez pour payer son hôtel, son essence et ses petites dépenses. Tout change lorsqu’il rencontre Cirka avec un « C » (Tye Sheridan). Le magot cherche d’anciens protégés du Major John Gordon (Willem Dafoe), qui est responsable de la torture des prisonniers de guerre sur les bases militaires dispersées dans le monde. Lorsque la question des civils étrangers détenus illégalement a été mise en lumière, seuls les soldats en ont subi les conséquences, et non leurs supérieurs, comme Gordon. Cirk veut que l’injustice qui a causé le suicide de son père soit réparée. Et c’est sur la base du principe « œil pour œil ». William décide d’aider le garçon à se remettre sur pied, ce qui est également censé l’aider à résoudre certains problèmes.

Paul Schrader, scénariste des succès de Martin Scorsese tels que Taxi Driver ou Le taureau furieuxCette fois, il passe lui-même derrière la caméra pour présenter au public une autre histoire qu’il a lui-même créée. Et je dois admettre qu’il le fait superbement. En prenant l’exemple d’un joueur compulsif, il nous montre ce qu’est la vie d’un homme qui a été pardonné par la société pour toutes les erreurs qu’il a commises, mais qui n’est pas encore capable de le faire lui-même. Il vit dans la conviction que les torts du passé sont toujours présents. William n’a pas de but dans la vie. Il essaie de vivre chaque jour sans se permettre d’être heureux. Lorsqu’il était en prison, il s’est habitué à la routine et l’a considérée comme faisant partie de sa pénitence. Lorsqu’il a quitté les murs de la prison, le jeu est devenu son quotidien. Il se rend chaque jour dans un casino différent et fait la même chose, il vit dans des hôtels similaires où il élimine tout signe de luxe – il enveloppe les meubles dans du linge blanc pour préserver la stérilité de l’environnement carcéral. On peut dire que physiquement, il a quitté sa cellule il y a longtemps, mais que mentalement, il y est toujours.

Joueur combine parfaitement drame et thriller, maintenant le spectateur dans une incertitude constante. Le réalisateur, et scénariste, ne nous suggère pas la direction que prendra l’histoire. William est une personne très conservatrice et terre-à-terre, mais on peut voir qu’avec chaque jour qu’il passe avec Cirko, il commence à craquer. Il considère le garçon comme une chance de racheter sa culpabilité passée. Elle le laisse profiter de la vie. Pour revoir sa beauté.

Oscar Isaac est un grand acteur, à qui 2021 appartient sans aucun doute – avec cette performance, il ne fait que confirmer ma conviction. Le personnage de Tell, qu’il incarne, est un personnage qui retient beaucoup l’attention du spectateur. On a envie de l’encourager et on se soucie vraiment de son sort. Il est intéressant de noter qu’à aucun moment nous ne sommes en mesure de prédire ce qu’il fera. Tye Sheridan est également formidable dans le rôle d’un jeune garçon perdu qui commence lentement à suivre le chemin tracé par William, et c’est l’homme qui nous fait peur.

Une autre grande surprise est la création de Tiffany HaddishL’actrice, que l’on a eu tendance à voir jusqu’à présent dans un entourage plus comique, montre ici qu’elle ne manque pas de talents d’actrice. La Linda, la directrice des joueurs de poker du tournoi, apporte à l’histoire une classe et une aisance bien nécessaires. A travers elle, nous découvrons le côté humain de Tell.

Paul Schrader L’idée lui trottait dans la tête depuis longtemps, mais il n’avait pas le soutien nécessaire jusqu’à ce que Martin Scorsese lui tende une main amicale de producteur. Cela a porté ses fruits. Le compteur de cartes est un film intéressant et sombre sur les peurs humaines et les démons que nous créons dans nos têtes. Malgré les apparences, chacun d’entre nous est un joueur, qui ne fait que parier sur quelque chose de différent. Certains vont au casino, d’autres s’essaient à la roulette amoureuse, d’autres encore misent tout sur une seule carte et quittent leur emploi pour se consacrer à leur passion sans aucune garantie qu’elle leur permette de gagner leur vie. En bref, la vie est un grand jeu de hasard. Si l’on en croit le réalisateur, il a mis une partie de lui-même sur papier, mais il n’a pas voulu révéler lors de la conférence ce qui, dans sa vie, l’a poussé sur un chemin si sombre qui l’a inspiré à raconter cette histoire.

Ce compte rendu a été initialement publié le 3 septembre 2021. Il est revenu sur la page d’accueil en raison de sa sortie dans les cinémas français.

Joueur

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Heaven Dust 2 : maintenant sur PC et Nintendo Switch

L'ethereum plonge de 13 % après l'inquiétude de la Fed, plus que le bitcoin.

L’ethereum plonge de 13 % après l’inquiétude de la Fed, plus que le bitcoin.