in

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City – critique du film

« Chaque histoire a un début » – c’est le postulat du réalisateur britannique. Johannes Robertsqui s’approche de l’adaptation à l’écran de la série de jeux Resident Evil. Contrairement à son collègue professionnel Paul W.S. Anderson a décidé de ne pas fuir l’original, mais de respecter son atmosphère. Grâce à cette Resident Evil : bienvenue à Raccoon City ne ressemble en rien aux films d’action de Milla Jovovich. Sa version est imprégnée d’une atmosphère sombre et a été réalisée dans la convention du survival horror.

L’intrigue commence par montrer aux spectateurs un orphelinat situé à Raccoon City, où la fratrie Claire (Kaya Scodelario) et Chris (Robbie Amell) Redfields. On dirait un lieu sorti d’un film d’horreur, où la société Umbrella mène ses expériences secrètes sous couvert de faire le bien de la société. Ils sont dirigés par le Dr William Birkin (Neal McDonough). Des années plus tard, alors que l’entreprise s’est développée et que la ville dans laquelle elle était située ne leur suffit plus, ils décident de la quitter. Cependant, il ne s’agit pas d’un déménagement ordinaire, car de sombres secrets sont révélés et la société veut que le monde entier n’en sache rien. Le maintien de la paix dans la ville incombe aux policiers locaux, qui se souviendront de cette nuit pour le reste de leur vie. Pour certains, ce sera la dernière chose dont ils se souviendront.

Les fans du jeu créé par Capcom seront probablement heureux que Johannes Roberts se soit appuyé sur des personnages qu’ils connaissent bien, plutôt que d’en inventer de nouveaux de force. Ainsi, à l’écran, nous verrons Claire, Chris, Jill Valentine, Albert Wesker et Leon S. Kennedy. Eh bien, et avec ce dernier, j’ai le plus gros problème. Si les quatre premiers ressemblent à leurs homologues du jeu vidéo, le personnage de Léon n’a rien à voir avec celui des jeux. Rien du tout. Le blond confiant avec un très bon but a été remplacé par un brun cool avec des boucles. En général, rien dans ce personnage ne correspond, ce qui le rend terriblement irritant. Si les créateurs avaient besoin d’un tel personnage pour construire l’intrigue, ils auraient pu simplement le nommer différemment, en présentant Léon à un autre moment. Malheureusement, une telle chance n’a pas été prise et ils ont décidé de jeter tout le monde dans une seule histoire.

Il faut reconnaître une chose au réalisateur : il a pris le sujet très au sérieux. L’histoire et l’aspect des monstres sont très fidèles au jeu. Les fans seront convaincus de cela lorsqu’ils verront William Birkin pris vivant de Resident Evil 2. Il y a aussi une atmosphère cool à Raccoon City – une petite ville où tout le monde se connaît, mais qui se transforme un jour en un véritable enfer sur terre. Comme dans le jeu. Les protagonistes parcourent le sombre manoir sous le couvert de l’obscurité. Ils ne savent pas à quoi s’attendre, et ils n’ont pas assez de munitions pour faire face à tous leurs adversaires. Ceux qui ont joué aux premiers volets de la série ont eux-mêmes été confrontés à des problèmes similaires. Il ne s’agit pas, comme dans la version de Jovovich, d’écraser tout ce qui bouge, mais de fuir le danger et de survivre, en utilisant un fusil ou un pistolet uniquement lorsque c’est nécessaire. À cet égard, Roberts a fait un travail exemplaire. Le film est rempli de moments de peur qui vous feront rebondir sur votre siège, comme si vous jouiez à un jeu. De temps en temps, un méchant monstre surgit de l’obscurité. Mais ce n’est pas suffisant.

Roberts a complètement couché le scénario, oubliant probablement que le film n’est pas un jeu et que le fait de courir et de tirer sur des monstres ne suffit pas au public, car il n’y participe pas activement. Il faut qu’il y ait une histoire intéressante derrière tout cela pour les intéresser, et c’est ce qui manque ici. Les fans du jeu repéreront bien sûr les divers easter eggs disséminés dans le décor, mais qu’en est-il du reste d’entre nous qui allons voir ce film ? Ils auront un sentiment de grande duplicité, car le scénario est un croisement entre survival horror et Attaque du commissariat 13. C’est un peu un outsider. À un moment donné, le réalisateur cesse de prétendre qu’il fait un film pour quelqu’un d’autre que les fans du jeu. C’est probablement pour cette raison qu’il renonce complètement à nous présenter les personnages de manière plus approfondie, partant du principe que la plupart des téléspectateurs les connaissent bien et qu’il n’est donc pas nécessaire de perdre du temps à ce sujet. À mon avis, c’est une erreur. Il isole efficacement les spectateurs qui choisiront ce titre parce qu’ils aiment simplement le genre.

On a également veillé à ce que les acteurs, à l’exception d’un seul, soient visuellement similaires à leurs homologues du jeu. Et là, il faut reconnaître que cela a fonctionné de manière très intéressante. Kaya Scodelario et Robbie Amell correspondent tous deux à leurs personnages. Surtout par rapport à leurs versions des premiers jeux, quand Chris n’était pas encore si volumineux. Il en va de même pour Tom Hopperqui ressemble beaucoup à Albert Wesker. Pire encore, le Hannah John-Kamenqui n’est qu’une réminiscence de Jill Valentine dans son caractère. Bien que l’on s’habitue très vite à elle dans ce rôle. Une bonne surprise est également Neal McDonough comme le célèbre Dr William Birkin. La barrière infranchissable est la susdite Avan Jogia comme Léon. Il s’agit, à mon avis, d’une idée totalement erronée.

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City est censé être une introduction à une histoire plus longue, ce qui est suggéré au moins par la scène après le générique. Je crains cependant que, malgré les intentions sincères du réalisateur, cette aventure ne s’arrête ici. D’un autre côté, tout est possible si Paul W.S. Anderson, bien connu de nous, est toujours le producteur exécutif de cette série.

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Halle Berry se souvient du Raspberry d'or pour Catwoman et exprime son désir de jouer à nouveau Storm.

Halle Berry se souvient du Raspberry d’or pour Catwoman et exprime son désir de jouer à nouveau Storm.

sova oko pohled zvíře

PlanB reste optimiste malgré la chute du bitcoin en dessous de 50k