in

Red Rocket – critique du film [American Film Festival 2021]

L’ancienne star du porno (Simon Rex) revient des années plus tard dans sa ville natale du Texas, où sa femme Lexi (Bree Elrod). Il n’emporte rien avec lui, pas même un sentiment d’échec, car on apprend assez vite que Mikey Saber n’a pas encore dit son dernier mot et que, selon lui, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne retourne vivre dans une villa, remporter de nouveaux « Oscars » de l’industrie pornographique et se vautrer dans le luxe. Mais avant de pouvoir mettre son plan à exécution, le visage meurtri, il doit demander à sa femme et à sa belle-mère de le laisser rester dans leur maison, en promettant de trouver un emploi et de payer les factures. « Mikey Saber tient toujours sa parole », entend-on de la bouche du personnage, et croyez-le ou non, on peut compter sur lui. Au moins jusqu’à ce que…

Sean Baker nous montre une fois de plus une Amérique marginale, des gens qui passent leur temps libre à jardiner ou à regarder la télévision dans de petites maisons. Mikey Saber se met effectivement à la recherche d’un emploi, mais ce n’est pas facile : il ne vit plus au Texas depuis des années et est en dehors du système fiscal depuis encore plus longtemps. Il finit par avouer la vérité à des employeurs potentiels, leur racontant fièrement ses succès dans l’industrie pornographique et leur montrant même certaines de ses productions. Il est difficile de deviner si Mikey Saber s’attendait à trouver un emploi après une telle présentation, mais il est délicieux d’observer cet incorrigible optimiste, fier de ses réalisations et croyant au succès jusqu’au bout. Sa monnaie d’échange est sur le point de s’avérer être une fille aux taches de rousseur (Suzanna Son), qui n’est pas loin d’avoir dix-huit ans.

documents de presse

Déjà la fois précédente dans Le projet Floride Sean Baker s’est fait connaître comme un créateur de dialogues qui sonnent de manière extrêmement naturelle, comme s’ils étaient improvisés et qui rapprochent son travail d’une convention quasi documentaire. Fusée rouge n’aurait pas réussi, cependant, s’il n’y avait pas eu la décision cruciale du casting d’engager Simon Rex. Il est phénoménal dans son rôle, vous attirant à l’écran par sa présence mais aussi par ses expressions faciales et ses gestes. Mikey n’agit pas de manière morale, il peut être condamné et critiqué pour son attitude égoïste, mais Baker aime ses personnages, il nous donne envie de l’encourager et nous nous passionnons pour son destin jusqu’à la toute fin. Rex est l’un des rares acteurs professionnels de la distribution, et la majorité sont des naturistes et de jeunes talents, avec Suzanna Son dans le rôle de Strawberry en tête. Cela nous permet d’être beaucoup plus proches de la campagne américaine, en découvrant une facette complètement différente de celle-ci. Après tout, Baker a une excellente perception de l’espace dans lequel il opère, se déplaçant avec aisance dans une ville ornée d’une raffinerie de quartier et d’une boulangerie colorée voisine qui cache des rêves de beignets luxueux à manger avec cinq sortes de chocolat.

Baker a sa propre écriture élaborée, que nous voyons également dans Fusée rouge. Sa capacité à passer de la comédie au drame est impressionnante, pressant les émotions à tel point qu’après la projection, vous aurez peut-être besoin de changer de chemise ou de prendre une douche. Bien que le protagoniste soit incorrigible et agisse à la limite de la moralité, Baker sait exactement où frapper les bonnes notes pour nous faire ressentir les événements qui se déroulent. Saber est un manipulateur et un éternel optimiste qui croit au retour au sommet, bien que son ascension se soit toujours terminée par une chute douloureuse. Parfois, il prend quelques secondes pour se dire que cela vaudrait peut-être la peine de mener sa vie autrement, d’essayer de vivre sans se faire d’illusions sur la conquête de Los Angeles. Cependant, il n’est pas si facile de sortir des sentiers battus, et c’est le désir de sortir de la province qui guide ses actions. C’est pourquoi il me semble que Fusée rouge divisera les téléspectateurs beaucoup moins qu’il ne l’a fait Le projet Floride. Il est difficile de quitter l’écran des yeux, il se passe beaucoup de choses et il n’est pas du tout facile de deviner les événements finaux. En outre, Baker a affiné son langage et permet aux personnages non seulement de jurer, mais aussi de servir une énorme quantité de comédie noire.

Le message ultime du film et la façon dont il résonne à l’écran restent en question. Les événements finaux peuvent sembler être une farce, des événements comiques ne menant qu’à montrer la maladresse du grand enfant qu’est Mikey. Cependant, il ne fait aucun doute que Baker nous en dit bien plus non seulement sur la réalisation du rêve américain, mais aussi sur les tentatives ratées de sortir du cadre que nous impose la société. Le réalisateur montre un monde dans lequel Mikey ne peut pas abandonner, ne peut pas s’arrêter, même en courant nu dans les rues ou en étant laissé seul avec seulement deux billets de cent dollars dans son portefeuille. Parce que peut-être que pour s’en sortir dans cette Amérique, une autre approche ne suffira pas.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

One Hand Clapping : une aventure chantée

večer, souhrn

[Alchimy.info] – Le Black Friday a eu un impact sur le prix du BTC – et d’autres articles