in

Nous n’avons qu’aujourd’hui – critique du film

Nous n’avons qu’aujourd’hui est une comédie dramatique sans histoire dont le personnage principal est Charlie Berns (joué par Billy Crystaldirecteur de production), ancien comédien, aujourd’hui écrivain pour un club de comédie. L’homme se consacre pleinement à son travail, bien que celui-ci ne lui procure plus autant de plaisir et de satisfaction qu’auparavant. Quand un jour Emma Payge (Tiffany Haddish), une toute nouvelle expérience s’insinue dans le quotidien de Charlie : cette jeune fille excentrique qui vit l’instant présent est tout le contraire de l’homme plus âgé, et c’est elle qui lui fait prendre conscience que ce qui compte le plus se passe à l’instant même.

Le film évoque déjà au premier abord des associations avec la série télévisée La méthode Kominsky – Les deux productions traitent de la vision triste mais inévitable du temps qui passe ; en outre, tant le film que la série télévisée mettent en scène un ancien acteur dont la popularité a plutôt diminué. Le long métrage (également dû au temps d’écran réduit par rapport à la série télévisée) se concentre toutefois sur un aspect spécifique du vieillissement, à savoir la démence qui commence à toucher Charlie. Alors qu’il y a quelque temps, il considérait tout comme acquis et pensait avoir le temps de tout faire, il réalise aujourd’hui avec tristesse qu’il peut tout perdre à jamais dans un instant.

Au départ, le film semble positif – l’homme âgé est charmant dans son quotidien terne, et sa nouvelle amie folle Emma est une source de rebondissements comiques, bouleversant tous les univers dans lesquels il pénètre (de l’appartement de Charlie à la communauté juive à laquelle appartient sa famille). L’actrice est à l’aise devant les caméras et son sens de l’humour amuse véritablement le spectateur. C’est un personnage que l’on peut aimer. Cependant, moins de la moitié du film, l’ambiance commence à changer lentement – les moments drôles font place à des réflexions plus sérieuses et nostalgiques. Il est important de noter que, bien qu’il ne s’agisse pas d’un film intellectuel et que certains thèmes soient facilement prévisibles, la projection est très agréable et certaines scènes sont véritablement émouvantes.

Les réalisateurs mettent davantage l’accent sur la construction de la personnalité de Charlie – pendant près de deux heures de film, nous pouvons nous faire une opinion précise sur lui, nous obtenons beaucoup d’informations qui s’ajoutent à un portrait cohérent. Le jeu de Billy Crystal est très statique – probablement dans une seule scène (provoquée par une attaque de la maladie), il peut se permettre d’être plus expressif. Son attitude lente est également complétée par des flashbacks contrastés, dans lesquels nous observons les événements passés à travers les yeux d’un comédien encore jeune. Je trouve l’idée de ces flashbacks réussie – il y a, bien sûr, le thème d’un grand amour perdu, mais aussi beaucoup d’insouciance, qui fait parfois chaud au cœur. Malgré la tristesse de l’histoire, il y a beaucoup d’énergie positive et d’espoir qui émanent de l’écran – l’histoire a clairement une qualité de « feel good movie ».

Malgré la sympathie, l’alchimie entre Emma et Charlie et quelques scènes amusantes, le scénario du film est plutôt simple – parfois, je dirais même simpliste. La production s’appuie beaucoup sur le thème difficile des relations familiales de Charlie, mais j’en suis un peu insatisfaite – compte tenu du nombre et de la forme des flashbacks, j’ai l’impression que tout n’a pas été correctement développé ici, comme si les cinéastes manquaient de temps pour clore et mener certains fils. Je trouve également la relation entre Charlie et ses enfants adultes trop peu convaincante – la relation entre les trois est un peu tendue, et le thème du manque de pardon est mis en avant sur un terrain trop superficiel pour être vraiment crédible. Il en va de même pour le personnage d’Emma : c’est un ange gardien stéréotypé, elle sort de nulle part, et son histoire n’a d’importance que dans la mesure où l’intrigue principale de Charlie en a besoin – à part cela, elle fonctionne à peine par elle-même. Il faut toutefois se rappeler que le film n’est pas une étude psychologique, mais simplement une histoire légère et pleine d’espoir sur le fait que seuls les moments sont importants dans la vie. C’est le message qui est le plus fort à l’écran et c’est lui qui, en fin de compte, détermine la réception positive de la production.

Nous n’avons qu’aujourd’hui est un film à la morale claire et universelle, adapté à une soirée tranquille si vous avez envie de vous laisser emporter par l’émotion. Un jeu d’acteur décent, agréable à écouter, simple et facile à digérer – avec ces qualités, on peut passer outre certains défauts ou le pathétique occasionnel. La simplicité de l’histoire est attachante et cela suffit pour apprécier la projection.

Source :
photo principale : matériel de presse

Nous n’avons qu’aujourd’hui

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GamesVillage.it

Les vainqueurs des Champions Valorants 2021

GamesVillage.it

Hunt Showdown : la chasse dans la neige