in

Nightmare Alley – critique du film

Dans l’entre-deux-guerres, aux États-Unis, les parcs d’attractions itinérants étaient quelque chose de presque magique. Illusionnistes, hommes forts, bêtes humaines, fées. Lorsqu’ils arrivent en ville, les gens se rassemblent immédiatement autour de leurs grandes tentes colorées et admirent toutes sortes de créatures artificielles ou « jamais vues ». Ils voulaient un spectacle qu’ils n’avaient jamais vu auparavant, et c’est très souvent ce qu’ils ont obtenu. Une expérience inoubliable. Pas étonnant que ce monde décrit dans le roman de William Lindsay Gresham L’allée des cauchemars a tellement fasciné le réalisateur Guillermo del Toro qu’il a décidé de sortir de sa zone de confort pour un temps et de tourner une histoire dans un climat de roman noir, mais cette fois sans aucun être surnaturel.

Le personnage principal de l’histoire est un charmant vagabond, Stan Carlisle (Bradley Cooper), qui, errant aux États-Unis, se retrouve dans un parc d’attractions ambulant, où il trouve rapidement un emploi de préposé aux tâches physiques. Ce n’est peut-être pas le travail de ses rêves, mais il lui offre un coin sec où dormir et un repas chaud. Mais Stan trouve rapidement sa place dans ce monde. Il commence à observer certains des artistes au travail et apprend rapidement leur métier. Il est notamment fasciné par un vieux magicien alcoolique qui a mis au point un tour presque parfait consistant à se faire passer pour un médium. Cependant, cette astuce comporte un certain danger. Au bout d’un certain temps, ceux qui la pratiquent commencent à franchir de plus en plus hardiment les frontières entre le monde des vivants et celui des morts.

Ruelle du cauchemar est une histoire criminelle brillamment présentée dans une atmosphère de noirceur. Guillermo del Toro construit avec grâce ce monde aujourd’hui disparu des arrière-salles sales des parcs d’attractions avec des personnages colorés et charismatiques qui ont pour but de divertir les gens simples. Il nous montre les ténèbres qui s’y cachent loin des yeux du public. Le réalisateur tente de nous montrer que les vrais monstres ne doivent pas nécessairement venir d’une autre planète ou d’une autre dimension. Ils sont en nous. Les gens cachent les pires monstres en eux. On peut faire des choses vraiment dégoûtantes pour la fortune et la célébrité.

Le réalisateur mexicain emmène les spectateurs dans les coulisses d’un certain spectacle, leur révélant ses secrets. Il le fait avec la grâce de Christopher Nolan, qui a utilisé un truc similaire au moins dans Prestige. Une fois que nous commençons à comprendre ce qu’est l’astuce, nous pouvons déjà nous concentrer sur son objectif. Del Toro dépouille un peu la magie de son caractère mystérieux, en montrant qu’il s’agit d’un grand tour de passe-passe, qui peut être utilisé pour soulager la souffrance de quelqu’un ou pour le tromper et lui voler son argent. Tout dépend de la personne qui joue le tour.

Le monde en Ruelle du cauchemar est sombre, mais aussi fascinant. Guillermo del Toro, avec l’aide de Shane Vieau responsable de la décoration intérieure et de la conceptrice de production Tamara Deverell, a créé des images fascinantes. Le spectateur les regarde avidement, observant tous les détails des pièces. Cela rend l’atmosphère de l’ensemble de l’histoire encore plus captivante. Et je ne parle pas seulement des roulottes dans lesquelles vivent les artistes des parcs d’attractions, mais aussi des salons de l’élite, qui utilisent volontiers le talent de Sam, comme le cabinet du docteur Lilith Ritter (Cate Blanchett).

Malheureusement, si le roman de William Lindsay Gresham se lit très bien, le scénario, écrit par del Toro avec sa femme Kim Morgan, est truffé de plusieurs longueurs qui nous font perdre le rythme. Parfois, l’action ralentit inutilement afin d’expliquer au public ce qu’il vient de voir, comme si le réalisateur ne faisait pas entièrement confiance à l’intelligence des personnes présentes dans la salle de cinéma. Cependant, c’est le seul point négatif, à mon avis, de cette production.

En termes de visuels et d’interprétation, c’est une production magnifique. Il n’y a pas un seul acteur mal distribué ici. Bradley Cooper s’en sort brillamment dans le rôle d’un magicien doté d’un sombre secret qui peut tromper tout le monde. Et étonnamment, il ne domine pas l’écran. Chaque acteur ici se bat pour attirer l’attention du public et le fait efficacement. Je ne mentionnerai ici que le brillant Willem Dafoequi révèle aux téléspectateurs la macabre vérité sur l’identité des bêtes de son spectacle, ou encore la médium Zeena Krumbein, épuisée par la route et jouée par Toni Collette. Il n’y a pas de petits rôles inaperçus dans cette production, pas même… Ron PerlmanL’acteur, qui n’a pas grand-chose à jouer dans ce film, restera dans les mémoires du public après la projection. La plus grande surprise pour moi, cependant, a été la création de Cate BlanchettElle ne s’est pas laissée submerger par l’acteur lors de ses scènes avec Cooper et s’est battue à armes égales avec lui. Chacune de leurs rencontres tient le spectateur en haleine, car on ne sait pas vraiment qui cherche à tromper qui. Del Toro place un signe égal entre l’illusionniste et le psychologue lorsqu’il s’agit de tromper le public et de s’attaquer à ses faiblesses. Il montre qu’il n’y a aucune différence entre la science et les « forces surnaturelles » si elles sont utilisées avec de mauvaises intentions.

L’allée des cauchemars est sensiblement différent des films précédents de Guillermo del Toro, mais ce n’est pas un défaut. En le regardant, il est facile de comprendre ce qui, dans l’histoire, a tant fasciné ce réalisateur qu’il s’est battu pour que le projet soit réalisé pendant trois décennies.

Ruelle du cauchemar

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

sachy mat konec

La nouvelle proposition de la Securities and Exchange Commission pourrait être un désastre pour les DFi et les bourses.

He-Man - Netflix va réaliser un film en prise de vue réelle. Qui jouera le personnage ?

He-Man – Netflix va réaliser un film en prise de vue réelle. Qui jouera le personnage ?