in

Mères parallèles – critique du film

Mères parallèles sont la preuve d’une trajectoire modifiée des vols de mise en scène. Pedro Almodóvar. Cette fois, il ne rompt pas avec les conventions, il ne franchit pas l’infranchissable, il mesure l’anxiété en distillant complètement les ambiguïtés. Mères parallèles sont dans une certaine mesure Almodóvarian. C’est une production calculée, sans feu ni passion. Même les scènes de lit sont dépourvues de spontanéité. Du point de vue visuel, on retrouve encore le style de l’auteur : couleurs, décors pastel, musique qui fait monter la tension et tous les autres fétiches qui flattent les goûts des fans du maître espagnol. Le problème est que le langage de l’expression cinématographique s’est rapproché du mélodrame, de l’histoire conventionnelle, comme si seuls les mots et les liens clairs comptaient.

Almodóvar présente l’histoire de deux mères célibataires qui se rencontrent dans la salle d’accouchement. Les femmes partagent leurs expériences et forment une connaissance – probablement temporaire dans l’esprit des personnages. Cependant, leurs destins seront entrelacés. La jeune mère Ana (Milena Smit) et Janis, beaucoup plus âgée (Penélope Cruz) seront unis sans leur consentement par un traumatisme – une expérience qui nécessite l’unité et le soutien des femmes.

documents de presse

Avant qu’il y ait unité, des divisions claires sont créées. Une mère est heureuse, l’autre souffre – les contrastes sont palpables à l’œil nu, tout comme la prévisibilité des événements. Almodóvar pose des questions, mais il montre aussi la force de l’unité féminine. Il prouve qu’une mère célibataire ne peut pas être seule. Dans les moments difficiles, une femme doit rester avec une autre femme. Ce n’est pas un hasard si le rôle des hommes a été réduit au minimum ici. L’objectif du réalisateur espagnol est centré sur le point de vue féminin – maternité, amitié, amour et choix moraux. C’est surtout ce dernier aspect qui permet aux moments de lassitude de se mêler à la curiosité, au désir de résoudre le mystère. Il arrive que pendant un moment le masque d’un feuilleton soit enlevé et que Mères parallèles sont habillés comme un roman policier, ce qui libère la tension, même si le tout est entouré de prétextes et que chaque réaction doit porter une réponse lisible.

L’histoire est tellement conçue qu’elle pourrait être transposée dans une série de mille épisodes. Les sauts dans l’intrigue sont évidents grâce aux changements de coiffures et de vêtements, ainsi qu’aux coupures mettant fin aux scènes nobles et pathétiques. Autour de l’expérience de ces femmes, le réalisateur a construit un fil conducteur sur les fouilles, la mémoire collective et l’héritage des traumatismes. Il nous fait comprendre que le secret détruit de l’intérieur, qu’il est impossible de s’enfermer dans un mensonge, qu’il a des conséquences. Cependant, si l’on supprime les évidences du film, l’ensemble y gagnerait beaucoup.

documents de presse

Mères parallèles n’a pas de passion, pas de chaleur, pas de courage. C’est Almodóvar qui est calme, sûr et socialement engagé. Nous avons ici des thèmes tout à fait évidents – l’acceptation du passé, les stigmates de la mémoire et le désir de déterrer le passé pour un avenir plus léger. Les parallèles dans le film du réalisateur espagnol sont clairs, peut-être pour un meilleur effet, afin que le spectateur puisse facilement percevoir la vérité qui y est tissée. Chacun d’entre nous porte les stigmates de l’histoire, le poids de la responsabilité. Taire les faits ne les fera pas oublier. Tout cela fonctionne à un certain niveau et est soutenu par un excellent jeu d’acteur – la relation entre Janis et Ana résonne parfaitement grâce aux grandes performances de Cruz et Smit. La déception du spectateur ne peut donc provenir que de la voie choisie par le réalisateur-activiste. Il n’y a pas de chaleur ici, mais il y a beaucoup d’amour pour les femmes. L’histoire des fouilles liées à leur intrigue se termine par une scène capitale qui reste en mémoire longtemps après avoir quitté le cinéma.

Mères parallèles

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The Walking Dead 11B - Extrait de l'épisode 9. Maggie sous le feu !

The Walking Dead 11B – Extrait de l’épisode 9. Maggie sous le feu !

Nouveau Call of Duty - Activision révèle le thème du prochain volet de la série

Nouveau Call of Duty – Activision révèle le thème du prochain volet de la série