in

Le bar des bonnes gens – critique du film

Histoire en Le bar du bon peuple nous suivons le point de vue d’un garçon qui regarde le monde avec une grande sensibilité. Après le départ de son père, J.R. est élevé par sa mère, dont la vie – c’est le moins qu’on puisse dire – n’a pas marché. Par conséquent, le protagoniste cherche quelqu’un qui, dans une certaine mesure, remplacera son père. Son modèle est l’oncle Charlie, un homme sûr de lui qui tient le bar local. Nouveau film George Clooney adapte le roman autobiographique de J.R. Moerhinger, journaliste du Los Angeles Times ayant reçu le prix Pulitzer. C’est une histoire sur les rêves et la poursuite des rêves professionnels.

Les heures passées au bar sont l’occasion pour un adolescent d’absorber tous les conseils de vie que lui servent son oncle et la clientèle qui s’y trouve. Dickens devient non seulement un panneau indicateur symbolique, mais aussi le foyer que le garçon n’a jamais vraiment eu. Clooney a opté pour la clarté et la simplicité au détriment des feux d’artifice et des attractions, ce qui ne fonctionne pas très bien du point de vue de l’écran. Il est dommage que l’on n’ait pas pu tirer davantage du thème amer de la croissance.Amazon

Le bar du bon peuple est une production idyllique et très décente qui, cependant, aurait pu offrir des expériences plus intenses, confronter la sagesse des bars à la banalité de la vie et esquisser plus de drame. L’histoire se déroule comme sur un fil, citant des pages choisies du livre, sans en approfondir le sens. Je n’ai pas eu l’occasion de lire l’original, mais le sentiment d’être confronté à un synopsis peu créatif ne doit pas être trompeur. Au niveau des paroles, c’est tout juste correct. L’ensemble est médiocre du point de vue formel – une étrange palette de couleurs a été choisie, et le sommet des possibilités s’avère être la narration hors écran et la rencontre du jeune J.R. avec son incarnation légèrement plus âgée. La sincérité qui circule d’un homme à l’autre a peut-être ralenti le traitement plus détaillé des thèmes individuels, ce qui, bien sûr, n’est pas nécessairement un défaut – le pathos et la mélancolie dans une histoire ne sont pas, après tout, le seul moyen d’y parvenir. À mon avis, cependant, cette approche de Clooney ne parvient pas à se défendre hors de l’écran – le manque de griffe ou de dynamisme nous prive de la possibilité de vivre l’ensemble de manière plus tangible.

À ma grande surprise, l’entrée dans la culture des pubs locaux n’est pas très forte. La libation alcoolique n’est pas le seul but des visites de Dickens – c’est plutôt une forme de dopage pour construire plus agréablement des pensées pas si simples. Il n’y a pas de personnes qui colorent la réalité avec de l’alcool, car leurs expériences sont de toute façon extrêmement colorées. Mais ce n’est pas un endroit intéressant. Peut-être n’y avait-il pas assez de temps, ou peut-être n’y avait-il pas d’idée pour faire vivre Dickens plus fortement dans la conscience du spectateur.

Amazon

Le bar du bon peuple décrit méticuleusement pour nous les différents personnages qui ont influencé J.R. Au premier plan, bien sûr, se trouve Oncle Charlie. Ben Affleck crée une performance chaleureuse et très intéressante qui passe bien à l’écran et attire définitivement le spectateur. Nous avons également la mère de Dorothy (Lily Rabe), grand-père (Christopher Lloyd), une ex-petite amie et des amis de l’université. Clooney nous fait savoir qu’ils ont façonné le caractère du protagoniste. Il fait tout pour ne pas détruire leur autorité. Il n’y a pas une once de pathos, de drame ou de traumatisme dans le film, et l’ensemble est terrien et sympathique. C’est à la fois un avantage et un inconvénient, car un bon sentiment n’épuise pas tout ce qui est particulièrement intéressant dans cette histoire.

La recherche d’un modèle masculin, la maladie de sa mère et ses relations amoureuses ratées constituent un portrait abrégé de la vie cinématographique de J.R. qui ne tient malheureusement pas toutes ses promesses. La plupart des fils sont menés de façon tout à fait décente. Le thème du passage à l’âge adulte est très peu abordé et la quête d’identité du personnage principal ne donne que très peu de chair. Il est difficile de s’y impliquer. Malgré les intentions sincères des réalisateurs, ma sensibilité n’a pas trouvé de points de contact avec la vision du réalisateur.

Le bar du bon peuple

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

XRP

[Alchimy.info] – XRP peut désormais être envoyé à des adresses lisibles par l’homme – et autres articles

STALKER 2 sera retardé ? Le jeu serait également disponible sur PS5.

STALKER 2 sera retardé ? Le jeu serait également disponible sur PS5.