in

La forêt silencieuse – critique du film

 

Forêt silencieuse est un regard sur les effets du harcèlement systématique, dans les conditions inimaginables d’une école pour malentendants.

Le réalisateur Chen-Nien Ko crée un film très choquant et courageux. Il convient de mentionner qu’un projet aux thèmes similaires a été réalisé par le cinéaste Jeu du calamarHwang Dong-hyuk. Silencieux a conduit à la sanction des personnes coupables de harcèlement dans un établissement d’enseignement.

Forêt silencieuse raconte l’histoire d’un adolescent malentendant, Chang Cheng (Liu Tzu Chuan). Le jeune garçon est transféré dans une école pour malentendants et se lie rapidement d’amitié avec Bei Bei (Chen Yan Fei). La jeune fille est toujours souriante et désireuse de partager son amour de l’opéra chinois. Chang est soulagé de ne plus avoir à gérer le stress lié au sentiment d’aliénation. Cependant, le monde des sourds n’est pas aussi paisible qu’il n’y paraît. Le protagoniste est témoin d’une « fête » qui se déroule dans la dernière rangée d’un bus scolaire. Son excitation de se fondre dans son nouvel environnement se transforme immédiatement en peur.

Forêt silencieuse – héraut

Dans toute sa brutalité, le film exhorte clairement la société à ne pas fuir les problèmes ou à ne pas compenser les torts par une compassion excessive. Comment appeler à l’aide quand on ne peut pas crier ? Que faites-vous lorsque vous voulez parler du mal que vous avez rencontré mais que les autres font semblant de ne pas vous entendre ? Comment faire confiance à des adultes qui vous disent des mensonges ? Telles sont les questions que se posent les étudiants d’une école réputée.

La forêt silencieuse est basé sur les événements traumatisants d’une agression sexuelle dans une école pour malentendants à Tainan. La plupart des conversations se font en langage des signes. Ce que l’on entend provient principalement de divers sons de fond. Le film construit une atmosphère nerveuse dans le silence. J’admets qu’il y a eu des moments où j’ai simplement couvert mes yeux parce qu’il était difficile de regarder ce qui se passait dans certaines scènes.

Une question que l’on remarque momentanément est la division de la société entre entendants et malentendants ou normaux et « déficients ». On peut dire que les personnes présentant des « imperfections » sont traitées comme des monstres de la nature qui n’ont ni sentiments ni cerveau propre. Chacun de leurs mots est remis en question et disséqué du haut en bas de l’échelle. Les accusations, les commérages et les moqueries sont des problèmes auxquels ils doivent faire face quotidiennement.

Malgré le fait que le film concerne des enfants, on peut voir chez eux une grande maturité et une grande responsabilité qui font définitivement défaut aux adultes. C’est un moment très touchant. Le matériau psychologique est difficile à mettre en valeur, mais le réalisateur montre une capacité à combiner brillamment les images, la bande sonore et le scénario. La nature de l’abus est à plusieurs niveaux, passant du sexuel à l’émotionnel, chaque nouveau fil conducteur renforçant l’authenticité des personnages.

Tout aussi magistrale est l’analyse du traumatisme des victimes d’agressions sexuelles et des raisons pour lesquelles tant d’entre elles gardent le silence sur leur souffrance. W La forêt silencieuse chaque mouvement est délibéré. La description précise de la douleur, de la lutte et de l’espoir est vraiment brutale. On peut dire que, parfois, c’est même insupportable. N’oublions pas que jouer des scènes aussi drastiques, explorer le sujet du harcèlement et dépeindre des émotions en utilisant uniquement le langage non-verbal est un énorme défi. Sans parler de convaincre le public. Cependant, les acteurs le font d’une manière phénoménale. Il s’agit de visages relativement nouveaux qui n’ont jamais été associés au cinéma de quelque manière que ce soit auparavant. La troupe interprète s p e c t a c u l a r travail, véhiculant un sentiment de communauté avec les personnes sourdes. Leur handicap rend les cas d’abus encore plus dramatiques. Il convient de noter que les victimes n’ont jamais été ciblées pour cette raison. Tout tourne autour du passé, qui est à l’origine de la dimension traumatique des « jeux » traités comme une vie quotidienne normale. Il est plus facile de manipuler une personne qui n’est pas pleinement consciente de la gravité de la situation et qui n’a pas développé les qualités et les compétences qui lui seraient utiles pour évaluer la situation de manière adéquate.

Le personnage de Bei Bei accroche absolument le cœur avec son comportement sensible et son poids intérieur. La jeune fille est intelligente et fait de son mieux pour ne pas exposer ses amis à un sort similaire. La peur qui la remplit a été ressentie même par moi. L’ampleur de son sentiment de honte et d’agitation était hors-champ. Son niveau de dévouement et de bravade nous fait soudainement passer de l’état d’adultes à celui de petits enfants sans défense qui doivent réapprendre le sens et le sérieux de ces mots. Bei Bei construit un contraste entre son monde intérieur et extérieur. Les limites de la normalité s’estompent facilement. La protagoniste nie consciemment la vérité, au détriment de la vie paisible de ses grands-parents. Elle ne veut pas causer de problèmes et de dommages aux autres, par rapport à son propre bonheur. Il est difficile de se mettre à la place de Bei Bei. Je dirais plus, ce serait irréalisable et insincère. Je l’admire pour la maturité de sa décision. L’adolescente a peur de la solitude et d’un monde qu’elle ne connaît pas vraiment. On ne peut qu’imaginer les difficultés qu’elle rencontrait au quotidien. Et je suis heureux qu’elle ait trouvé quelqu’un qui puisse se battre pour elle quand elle n’avait pas le courage de le faire. L’ironie de la chose, c’est que le chevalier sur le cheval blanc était son camarade qui a décidé de changer d’école. Il y avait environ deux cents étudiants dans l’établissement et tous avaient été brimés pendant quelques bonnes années, à tel point que personne n’avait décidé de se dresser contre cette tyrannie.

Pour ce qui est du corps enseignant, outre le professeur exemplaire Wang (interprété par Kuang-Ting Liu), qui est le seul à se faire justice lui-même, à refuser de cautionner les violences sexuelles et à chercher à punir les coupables, nous avons aussi la directrice, qui a suscité chez moi une grande colère. La femme était consciente de ce qui se passait dans les couloirs de son école. Il était irrationnel qu’en tant que directrice d’une institution pour sourds, elle ne puisse pas communiquer en langue des signes. Cela semble basique, n’est-ce pas ? Et pourtant. C’est difficile d’attendre de l’aide de quelqu’un qui ne nous comprend même pas. Ce personnage était loin d’être responsable. Son attitude et, de surcroît, ses excuses devenaient de plus en plus embarrassantes à chaque instant. Je me demande quel genre de personne il faut être pour permettre une telle cruauté envers des petits enfants sous son propre nez. Cette femme maîtrise à la perfection la manipulation des autres et le jeu sur les émotions. J’ai l’impression qu’elle s’est parfois comportée comme si elle était la victime de toute cette « agitation malheureuse », qui a surgi d’elle-même, soudainement et de nulle part. La directrice et ses compétences, ou plutôt son manque de compétences, sont la confirmation qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture et qu’il faut constamment vérifier les personnes à qui l’on confie des fonctions sérieuses.

Ironiquement, dans cette production, les enfants sont les adultes et les adultes sont les enfants. Dans toute cette situation, même le grand-père de Bei Bei est injuste et c’est la demande de protection de sa petite-fille qui devient une batterie supplémentaire d’événements tragiques. Comment peut-on exiger la responsabilité d’enfants qui ne peuvent pas s’occuper d’eux-mêmes ?

Chang Cheng correspond parfaitement à l’image d’une boussole morale chancelante. On peut ne pas comprendre beaucoup de choses à un jeune âge, et on a parfaitement le droit de le faire. Cependant, le protagoniste remet brillamment en question cette théorie. Dès le début, il fait la distinction entre le bien et le mal et devient une disposition à se battre pour un lendemain meilleur. J’admire sa détermination, ainsi que le fait qu’il aille au-delà de ses limites. Malgré son comportement mature, il est important de se rappeler qu’il reste un garçon effrayé et sans défense. Jusqu’à un certain point, personne ne l’a cru. Même les preuves qu’il a recueillies et ses demandes d’aide répétées n’ont pas attiré l’attention de son entourage. Jusqu’à ce que Chang soit contraint à un acte répréhensible. En protégeant un proche, il devient lui-même une victime. Le réalisateur met l’accent sur la gravité de certaines scènes, en y créant une atmosphère spécifique et inquiétante. Le silence avant l’orage ou les chaudes nuances de la lumière du soleil sur les lieux du crime ne sont que quelques exemples qui contribuent méticuleusement à jouer sur les émotions du spectateur. La question est la suivante : faut-il accepter tout dans la vie, même malgré la peur ? Lorsque vous commettez une infraction par contrainte, êtes-vous justifié ? Ou n’êtes-vous plus qu’une bête dans un corps humain ? Ces questions semblent trouver une « réponse » auprès d’un enfant de 8 ans dans la scène finale du film.

Photo : Matériel de presse

Avec des personnages complexes qui se développent et évoluent au fur et à mesure qu’ils réagissent à leur environnement, le film est attachant. Il ne faut pas oublier le principal provocateur de toute cette action. Personne ne fait mieux ressortir cette force que le personnage de Xiao Guang (Kim Hyun-bin). C’est un étudiant plus âgé qui adopte parfaitement le masque d’un tortionnaire. Le garçon ne participe théoriquement pas aux abus sexuels, mais il les organise lui-même et les surveille de près. Il appelle tout « fun ». Il semble irrationnel et psychopathe dans ce qu’il fait. Son sourire fait froid dans le dos. Et si je devais nommer le personnage le plus mémorable pour moi, ce serait lui. Il est facile d’oublier que Xiao est aussi un adolescent qui, comme ses pairs, se bat intérieurement contre lui-même. Sous le prisme d’un maniaque violent, nous négligeons la source et l’origine de ses problèmes. Son comportement est une impulsion et une façon de faire face à la douleur qui l’empêche d’avancer. La scène finale est belle dans sa simplicité, bien que la lutte et les regrets amers ne manquent pas. L’ensemble de la situation est indéniablement honnête et captivant. Cependant, il est important de se rappeler que nous ne pouvons pas remonter le temps et que nous sommes les maîtres de notre propre destin. La description de la vie de Xiao au fil des années à l’école répond à toutes nos questions. La scène avec le professeur Wang Zheng, où il devient hystérique et où on l’entend sangloter, fera verser une larme à plus d’un dur à cuire. Nous découvrons qui a contribué au changement mental de l’adolescent. Et puis, tout comme lui, nous nous sentons également impuissants. Nous compatissons, nous souffrons, nous ne pouvons pas croire.

Le nombre de victimes d’actes sexuels augmente de minute en minute. Une vérité est révélée qui devient trop radicale pour être traitée. Soudain, 127 écoliers sont formés d’une seule victime, dont la plus jeune avait 8 ans. L’ensemble du processus a duré plusieurs années. Le réalisateur a relevé un sacré défi en dépeignant la réalité des personnes sourdes. Ko réussit à inclure dans le film des scènes surréalistes de « divinités » locales, un signal artistique qui correspond aux aspirations d’une jeune fille luttant pour conserver sa santé mentale. Cette juxtaposition est accrocheuse et profondément mémorable.

Sans surprise Forêt silencieuse a été un succès artistique et a obtenu huit nominations pour les Golden Horse Awards de Taiwan. Le cinéaste trouve un équilibre entre le cinéma commercial et un message social qui nous presse, nous inquiète et nous exhorte à ne jamais détourner le regard. « Je crie, mais personne ne m’entend ».. Il s’agit d’une histoire déchirante à laquelle il ne faut pas rester indifférent.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Riverdale : saison 6, épisode 1 - critique

Riverdale : saison 6, épisode 1 – critique

GamesVillage.it

Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED n’est pas intéressé par le Xbox Game Pass pour le moment