in

Hotel Transylvania : Transformania – critique du film

Une franchise qui est Hôtel Transylvanies’est terriblement développé ces dernières années. Le public a eu droit à trois films et une série animée. Et il semblerait que cela épuise déjà le sujet, mais il s’avère que ce n’est pas le cas. Les créateurs ont trouvé une autre idée, intéressante au demeurant. Après avoir récemment envoyé Dracula, sa famille et ses amis en croisière pour les vacances, ils ont décidé de voir comment les personnages se débrouilleraient s’ils étaient des gens ordinaires. C’est un changement de lieu classique : Drack et sa bande cessent d’être des monstres et Johny, par exemple, en devient un. C’est une astuce que nous avons déjà vue dans plusieurs films – elle fonctionne toujours lorsqu’elle est réalisée avec habileté.

Et nous en arrivons à la question la plus importante : a-t-elle été menée de manière habile ? La réponse est : en partie. Le point de départ même de l’histoire – la célébration du 125e anniversaire de la fondation de l’hôtel Transylvanie et le désir de Dracula de prendre une retraite bien méritée pour explorer le monde avec sa bien-aimée – est intéressant. Cela préfigure un changement tardif de l’équipe de l’hôtel. Cependant, comme c’est souvent le cas dans ce genre de films, quelque chose se passe mal. Très mal. Le résultat est que certains monstres deviennent des humains en chair et en os (ce qui est important avec certains personnages) et qu’un humain devient un monstre. Ce rebondissement est hilarant. Il met certains personnages en contraste avec leurs attitudes précédentes. Le laid devient beau, etc. Chacune de ces métamorphoses est présentée de manière si comique que les plus jeunes spectateurs éclateront de rire, et que certains adultes souriront aussi sous cape. Pire est la seconde moitié du film, qui est basée sur le voyage. Malheureusement, c’est un thème fatigué et ennuyeux. Il a ses moments, mais il répète plutôt des schémas familiers. Et même les enfants le remarquent, car récemment ils ont eu un tour similaire dans La famille Addams 2.

Hôtel Transylvanie : Transformania a un message qui est « acceptons les gens/monstres comme ils sont ». C’est peut-être un cliché pour les adultes, mais n’oublions pas que le film s’adresse aux plus jeunes spectateurs, pour qui ce n’est peut-être pas si évident. Mais ça devrait l’être ! Il est juste dommage que les scénaristes n’aient pas pu transformer cette idée géniale en un long métrage et que l’action dérape plus ou moins à mi-parcours. L’ennui s’installe, perceptible même chez les enfants. L’exploration du monde des humains par Dracula n’est intéressante que pendant 5 minutes. Après cela, cela devient un festival de blagues étranges et pas très drôles. C’est comme si les scénaristes avaient jeté n’importe quoi là-dedans juste pour remplir un peu de temps d’écran.

Il y a eu quelques changements de distribution dans ce volet, ce qui a malheureusement nui à la production. Le plus gros inconvénient est le manque de voix Adam Sandlerqui est remplacé par Brian Hull. L’acteur essaie de copier le style de Sandler, mais cela semble terriblement artificiel. Il semble similaire, mais il manque quelque chose. Il n’y a pas de griffe comique. Nous n’entendrons pas non plus dans cette partie Kevin JamesC’est dommage, car cette fois-ci, Frankenstein a un scénario cool que l’acteur pourrait encore faire chauffer. Bien sûr, nous continuons à entendre la voix d’Andy Samberg, Selene Gomez, Steve Buscemi et David Spade. Mais ils ne peuvent pas combler l’absence de leur collègue qui, ne le cachons pas, était un aimant à téléspectateurs.

Visuellement Hôtel Transylvanie : Transformania n’est pratiquement pas différent des trois précédents volets. Les personnages n’ont pas changé du tout. Les fans de ce titre devraient être heureux que les créateurs n’aient pas trop retouché l’apparence des personnages. Le film devait à l’origine sortir sur grand écran, mais Pandemic a contrecarré ces plans et le studio a décidé de le vendre à la plateforme Amazon. Je pense que l’histoire fonctionne aussi bien sur le petit que sur le grand écran.

J’espère que c’est le dernier chapitre de l’histoire, car les créateurs sont clairement à court d’idées pour de nouvelles aventures. Ce qui est probablement ressenti par les acteurs qui évacuent lentement cette franchise. Il est préférable de le terminer à temps.

Hôtel Transylvanie : Transformania

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GamesVillage.it

Le Steam Deck arrivera en février, selon Valve