in

Home Sweet Home Alone – critique du film

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Home Sweet Home Alone est un film qui veut absolument être apparenté au film culte Kevin seul à la maison. Il l’illustre, entre autres, en la personne de Buzz, le frère de Kevin, qui travaille comme policier. Son personnage est tout à fait superflu. Ce n’est qu’un régal pour les fans de l’original, car il est joué par le même acteur que dans le premier volet, et en quelques phrases, il révèle ce qui se passe avec Kevin. Ce thème, dépourvu de sens et de finalité, est le seul point positif que l’on puisse trouver ici. Même l’utilisation du thème musical de John Williams du premier film en arrière-plan ne change rien au fait que cette chose est mauvaise.

Tout d’abord, quelqu’un ici a totalement mal compris l’original. Dans celle-ci, Kevin défendait une maison contre des voleurs, et après ce reboot, on a l’impression que Max Mercer est une sorte de sociopathe qui fait du mal à un couple marié qui veut s’introduire chez lui. Cette idée est assez intéressante, car les « voleurs » ne sont pas des voyous comme dans le premier film, mais des gens ordinaires et bons qui pensent que le susdit Max leur a volé quelque chose de très précieux. Ainsi, au lieu d’être le héros que nous soutenons, le jeune Max devient, par moments, le méchant terrifiant de toute l’histoire. C’est évidemment involontaire de la part des réalisateurs, qui ont fatalement sous-estimé la raison pour laquelle la maison de Max devait être « attaquée ». Il n’est même pas question d’un niveau similaire d’encouragement pour le protagoniste, en dépit de la sympathie… Archie Yates de Jojo Rabbit. On s’attache davantage au couple – dans leur affrontement avec le bambin sociopathe, ils sont l’élément humain de toute l’histoire.

Pensez-vous que la bande-annonce préfigure quelque chose de faible ? Il n’a même pas effleuré la surface… Home Sweet Home Alone est une démonstration de l’absence de toute compétence dans l’industrie cinématographique. La mise en scène est inexistante et le scénario n’est qu’une suite d’embarras à côté desquels les infâmes séquelles Kevin Home Alone avec un certain Alex deviennent des chefs-d’œuvre de la cinématographie. Il n’y a pas une once d’idée, de caractère ou de cœur ici. C’est une recréation froidement calculée des motifs du premier film, sans la moindre tentative de comprendre ce qui a fonctionné dans ces derniers. C’est pourquoi nous avons du kitsch qui succède au kitsch jusqu’à ce que vous ayez mal à la tête – que ce soit dans le contexte de dialogues affreux, de scènes d’humour forcées et absurdement stupides (les pires sont les scènes avec des pièges ennuyeux, si on peut même les appeler ainsi) ou dans le jeu embarrassant des acteurs, comme s’ils étaient issus de films familiaux ringards des années 1990, qui encombrent les horaires de télévision à des heures inhumaines. Tous ces aspects peuvent amuser les enfants de deux ans, car ils sont tous pareils, mais personne d’autre. Les enfants plus âgés s’ennuieront devant ces bêtises à la Disney. Les deux parties des aventures de Kevin ont montré que c’est possible. Les deux – même le plus faible des deux – ont du caractère, une atmosphère festive et une idée. La création discutée, car il est difficile de l’appeler un film, est une série d’adaptations de tableaux Excel ; tout ce qui doit être là est là, mais cela ne laisse que du dégoût.

Home Sweet Home Alone ce n’est même pas un film, c’est une profanation du cinéma de la pire espèce. C’est une suite de motifs embarrassants joués au rabais, sans l’ombre d’une idée. C’est carrément mauvais – non seulement il ne parvient pas à fournir un divertissement, même stupide, mais le message de Noël est écrasé par les tendances sociopathes de l’enfant, dont la « défense » de la maison, dans le contexte de l’identité des attaquants, est un cauchemar. Si c’est censé être un modèle de comportement entouré d’un humour burlesque honteusement réalisé pour plaire aux enfants, alors je préférerais revoir la première partie. Évitez-le autant que possible !

Home Sweet Home Alone

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Viennese Blood : saison 2, épisodes 1 et 2 - critique

Viennese Blood : saison 2, épisodes 1 et 2 – critique

NHL 22 - critique du jeu

NHL 22 – critique du jeu