in

Cry Macho – critique du film

Clint Eastwood à l’âge de plus de 90 ans, a pris la direction d’un autre western – cette fois, il s’agit de Cry Macho, l’histoire réfléchie de Mike Milo, un cow-boy à la retraite qui, dans sa vieillesse, entreprend l’une des missions les plus importantes de sa carrière. Il se rend au Mexique pour en ramener un adolescent rebelle – le fils de son employeur et aussi un ami proche. L’homme plus âgé et le jeune homme développent un lien fort. Un voyage nostalgique et réfléchi à travers les steppes va changer leur vie.

Le nouveau film de Clint Eastwood est une adaptation de N. Le roman des années 1970 de Richard Nash, que l’acteur et réalisateur avait rencontré plus tôt dans sa carrière – l’idée de le porter sur grand écran avait déjà été lancée dans les années 1980, mais à l’époque Eastwood avait refusé le rôle, pour finalement revenir à la production en 2021. C’est dommage que cela se soit passé ainsi – malheureusement, l’âge de l’acteur affecte l’histoire de manière négative et la rend, par moments, très étirée. Clint, aussi macho qu’il joue, est déjà un vieil homme, ce qui n’échappe pas au spectateur. De nombreuses scènes le concernant sont faites sur mesure pour lui, ce qui les rend peu naturelles et souvent sans logique. Il suffit de mentionner la parade bizarre d’un coup infligé par un adolescent, ou le KO d’un méchant qui empêchait le cow-boy de kidnapper sa compagne adolescente. Dans le cas de cette dernière scène, elle est étirée jusqu’à la douleur – le méchant, sans raison valable, attend à l’extérieur du bar que le vieil homme s’approche lentement de lui, au lieu de jeter le garçon dans la voiture et de s’en aller (ce qu’il avait quelques bonnes minutes pour faire). Il y a au moins quelques joyaux de ce genre dans ce film et on ne le regarde qu’avec pitié. C’est triste à dire, mais pour l’essentiel, la production d’Eastwood est clairement en décalage avec le rythme et la nature de l’histoire.

Bien que Cry Macho est une histoire qui aurait vraiment pu être racontée de manière dynamique, les réalisateurs en ont fait avant tout un road movie sans histoire. À bien des égards, c’est une bonne chose, car nous évitons de regarder des scènes étirées mettant en scène un champion de rodéo à la retraite. D’autre part, l’ensemble semble parfois trop monotone et le film, même s’il dure à peine une heure et 40 minutes, s’éternise parfois – les dialogues entre Mike et Rafo sont prolongés au maximum, juste pour remplir le temps d’écran. Et bien qu’il y ait parfois quelques blagues ou échanges amusants, il s’agit le plus souvent de conversations infantiles à propos de rien, pleines d’expressions loufoques. Le personnage du garçon lui-même (joué par Eduardo Minett, qui fait ses débuts) ne me convainc pas du tout. Ses parents l’ont décrit comme une brute rebelle, ce qui n’a aucun fondement dans la réalité. Peut-être les réalisateurs sont-ils partis d’un tel portrait, mais ce motif s’est rapidement perdu quelque part. Le Rafo du film est un enfant à qui l’on assigne de force certaines attitudes et opinions, mais qui en même temps les refuse toutes. L’acteur n’est pas à la hauteur – tout au long du film, j’ai eu l’impression de voir quelqu’un faire semblant devant la caméra. Malheureusement, il a l’air pauvre.

Il convient également de mentionner que l’histoire présentée ne serait pas complète sans la participation de Macho – un coq appartenant à Rafo, qui voyage avec les protagonistes à travers les régions sauvages du Mexique. L’animal à plumes du garçon ne lui est pas seulement d’une grande aide dans les situations de crise, mais il vole tout simplement la vedette et embellit toute l’histoire par sa seule présence. Si l’on laisse de côté la question du sens ou du manque de sens de l’intrigue, ce trio est tout simplement agréable à regarder. Le retraité, l’adolescent et l’oiseau pourraient former une très bonne équipe si seulement les rôles étaient mieux distribués et le scénario mieux écrit.

Cry Macho est un road movie réfléchi, qui est clairement taillé sur mesure pour l’Eastwood de 90 ans, et toute la crédibilité de l’histoire est perdue. L’acteur fait de son mieux, il fait de gros efforts. Malheureusement, certaines choses sont impossibles à surmonter en raison de son âge. Avec tout le respect dû aux réalisations d’Eastwood, la production de cette année est un film moyen, prévisible et fondamentalement sans surprise. Néanmoins, c’est bien que l’acteur veuille encore créer – et je pense qu’au final, ce fait influencera la réception de cette production. 5/10 pour moi.

Source :
photo principale : matériel de presse

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GamesVillage.it

Remedy Entertainment conclut un accord avec Tencent pour son prochain projet

Fall Guys : le Guestravaganza commence