in

Contre le vent – critique de film

Kristoffer Rus – responsable, entre autres, de Rodzinka.pl ou Le secret professionnel – Jusqu’à présent, il s’est surtout occupé de séries. Bien qu’il ait réalisé quelques longs métrages, ceux-ci n’ont pas été largement acclamés dans le monde du cinéma. Aujourd’hui, il a de nouveau décidé de réaliser un film et, récemment, il nous a offert sa nouveauté dans un climat de vacances. L’intrigue de Contre le vent est assez simple. Les schémas sur lesquels le film est basé ont été répétés des dizaines de fois. Ania (Sonia Mietielica) vient d’une famille aisée. Avec son père surprotecteur et sa belle-mère malheureuse, elle arrive dans un hôtel exclusif au bord de la mer, où elle passe ses vacances depuis son enfance. La famille y retrouve ses amis de longue date, venus eux aussi en vacances. Cette fois, ils ont tous des raisons supplémentaires de faire la fête, car Ania a réussi ses examens de baccalauréat et a été acceptée pour étudier la médecine à Londres, et Kuba, le fils de ses amis, commence à se construire une carrière juridique. Le prestige à l’état pur, c’est tous ces jeux extrêmement délicats qui sont censés montrer la richesse ?

Un groupe de kitesurfeurs vient également sur la mer Baltique, mais pas dans un hôtel, mais dans un camping. Menés par le beau gosse Michal (Jakub Sasak), ils ont l’intention de profiter au maximum de l’été. Et maintenant la question pour cent points. Nous avons ici une très jolie et stéréotypée « bonne fille » maintenue sous la férule de son père et une rebelle pleine de vie et de liberté dans le corps d’Adonis. Que peut-il se passer ici ? Je n’ai absolument aucune idée de la direction que pourraient prendre les créateurs… D’après ce que j’ai réussi à trouver sur internet, ceci Contre le vent est la première production de Julian Kijowski, qui est responsable du scénario ici. Malheureusement, la banalité chasse la banalité. Cela n’aurait pas pu être plus simple. Nous avons deux personnes qui se rencontrent par pur hasard, bien sûr, et boum – les sentiments explosent soudainement. Si seulement c’était une mise en scène émotionnelle, s’il y avait quelque chose de plus que des hormones et de la mousse de scénario, si seulement nous, le public, pouvions nous impliquer et vivre cette relation. Malheureusement, l' »explosion » des sentiments est aussi forte que le bruit d’un mouchoir qui tombe. Un énorme problème avec ce film est qu’il ne traite pas ses personnages comme des êtres humains. Leur comportement l’un envers l’autre est étrange, non naturel. Nous ne savons pas qui ils sont, ce qu’ils pensent, ce qui les motive et, surtout, ce qu’ils font. ils ne se parlent pas entre eux. Vous connaissez ce sentiment lorsque vous êtes assis en compagnie, que quelque chose se passe soudainement, que vous vous regardez avec votre ami/connaissance et que, rien qu’en vous regardant, vous savez exactement ce que l’autre personne veut dire ? Les réalisateurs de ce film sont partis du principe que toutes les personnes, quelles que soient leurs relations, peuvent le faire. Comment croire à un quelconque sentiment entre Anna et Michal alors qu’elles ont échangé deux mots totalement hors sujet ?

L’équipe a tenté de masquer l’absence d’idée de dialogue par de longs plans de la mer et des vues de drone. Il y a des moments ici qui ressemblent à un clip pour un hit de l’été. Nous sommes plutôt habitués à ce que la musique du film apparaisse et s’arrête, que l’intrigue se poursuive, que la musique reprenne et ainsi de suite. Ici, en revanche, une fois qu’une chanson commence, elle se poursuit du début à la fin. Pendant 3 minutes et 30 secondes, nous regardons la mer, le sable, les filles sur des planches, les cheveux de Michał, et Igo ou Vito Bambino qui chantent en arrière-plan. Il convient également de mentionner que le film dure près de deux heures, et que les réalisateurs n’ont vraiment aucune idée de scénario, de sorte qu’ils insèrent autant de séquences qu’ils peuvent, juste pour arriver à la fin.

Photo : Łukasz Bąk

Et puisque nous avons abordé le dialogue, parlons un instant des personnages et des acteurs eux-mêmes. Le personnage principal est probablement le plus gros mimosa que le Tricity ait jamais vu. Elle ne parle pas, ne poursuit pas une conversation, ne montre aucun intérêt, et pourtant tout le monde est amoureux d’elle. L’expression de son visage est toujours la même, zéro émotion, beaucoup de gêne. En regardant cet étalage plutôt pauvre de compétences d’acteur, j’ai pensé que Mietielica était une débutante. Le charismatique Sasak se présentait beaucoup mieux pour ces possibilités de scénario. Cependant, il n’a pas sauvé le duo, car il n’y avait aucune alchimie entre eux. Pour un film destiné aux adolescentes, il y a une scène de sexe assez osée et je suis prêt à parier que vous n’avez pas vu de sexe aussi peu romantique à l’écran depuis longtemps. Et c’est sans compter l’absurdité de cette scène.

Contre le vent jest une production faible, sans idées et sans énergie. Les réalisateurs s’emparent des solutions les plus simples et même elles ne réussissent pas. 9/10 des problèmes du film sont résolus par des scènes dans lesquelles les personnages ne disent rien mais se regardent dans les yeux. Il y a là une certaine aspiration au symbolisme, car pendant la moitié du film, les cheveux d’Anna sont attachés, et lorsqu’elle se débarrasse de son « armure », devient libre et soi-disant heureuse, elle les détache. Quelle interprétation étonnante ! Cependant, si vous cherchez un film pour jouer à un jeu d’alcool (oh, voilà une excellente excuse pour se saouler rapidement) ou si vous voulez rire au cinéma français, allez-y. Honnêtement, j’ai tellement ri qu’on pouvait m’entendre dans la pièce d’à côté, mais je ne le dois qu’au fait que mon ami et moi étions en train de nous remonter le moral. Je ne pense pas que j’aurais été capable de le regarder toute seule, alors si vous avez des amis qui aiment rire des mauvais films, c’est la chose parfaite à faire un vendredi soir !

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le ministère russe des finances présente une loi sur la réglementation des crypto-monnaies

Le ministère russe des finances présente une loi sur la réglementation des crypto-monnaies

Daredevil, Jessica Jones et plus encore de Netflix à Disney+. Il y a une date de sortie

Daredevil, Jessica Jones et plus encore de Netflix à Disney+. Il y a une date de sortie