in

C’était la main de Dieu – critique du film

Après la projection du film C’était la main de Dieu Je n’ai plus aucun doute sur le fait que Paolo Sorrentino est pour la muse X la plus grande bénédiction possible. Dans un monde où la graduation est omniprésente, où l’on recherche constamment l’inaccessible et où l’on cache ses sentiments, le réalisateur italien nous apprend qu’il y a encore de la place pour les petits désirs, une vision lyrique de la réalité et un voyage vers la fameuse « vie douce ». Sa dernière production est une histoire qui, malgré toute la subtilité de son message, nous fait passer du paradis aux profondeurs de l’enfer ; le cinéaste y révèle non seulement son enfance et sa jeunesse passées à Naples, mais aussi sa propre âme. Les fils autothématiques font La main de Dieu est l’entrée la plus personnelle et sans doute la plus importante de toute la carrière de l’auteur. On peut considérer cette histoire comme une lettre d’amour unique à une époque irrémédiablement révolue. D’autres y verront une carte postale nostalgique envoyée depuis la plus grande ville du sud de l’Italie, sur laquelle figure sa légende, Diego Maradona. Il y aura aussi des gens pour qui cette œuvre devient une tentative unique de montrer tous les processus qui nous enlèvent l’innocence de la jeunesse et nous poussent vers une maturation express vers l’âge adulte. Toutes les affirmations seront vraies dans ce cas. Après tout, il s’agit du film d’un réalisateur qui touche à l’infini, qui exploite la magie de X Muse et sa sensibilité artistique divine pour se confronter à lui-même. L’art triomphe, fournissant une nouvelle preuve de la grande beauté – nomen omen – qu’il renferme.

C’était la main de Dieu est une forme d’auto-thérapie pour le créateur de la production, dans laquelle il retourne à son enfance passée à Naples dans les années 1980 – l’âge de l’innocence de Sorrentino a été interrompu par la mort tragique de ses parents. Le protagoniste, Fabietto Schisa, 16 ans (sensationnel Filippo Scotti), sur le plan visuel, il évoque effectivement des associations avec Maradona, mais on comprend assez vite qu’il s’agit simplement de l’alter ego du réalisateur lui-même. Il commence de façon magique, avec la caméra qui danse sur la baie napolitaine, comme si, en dessinant des cercles successifs sur celle-ci, l’auteur essayait de pénétrer dans le monde qui lui a fermé ses portes pour toujours. La décomposition de la réalité par des éléments surnaturels est importante dans cette histoire, puisque dès la séquence d’ouverture, la tante du protagoniste, Patrizia (Luisa Ranieri), rencontre… le saint patron de la ville, saint Januarius, qui lui promet la guérison de sa stérilité dès qu’elle embrassera la tête du petit moine. Cependant, ce n’est qu’une introduction à la vie quotidienne idyllique de Fabie et de ses proches. Le protagoniste passe les jours suivants avec ses parents, Saverio (Toni Servillo) et Maria (Teresa Saponangelo), ainsi qu’avec son frère, ses oncles, ses tantes et ses voisins à ce que l’on pourrait appeler « l’art de calmer l’ennui ». Les personnages, qui semblent tout droit sortis d’un cortège de monstres, participent à des repas partagés, à des bains de mer et à des débats interminables sur le transfert de Diego Maradona au SSC Napoli. L’atmosphère idyllique est interrompue à plusieurs reprises par des crises conjugales et des disputes répétées, mais nous sommes déjà à un jet de pierre de la quintessence de l’histoire de l’Europe. la dolce vita. Jusqu’à ce que. Les murs du paradis s’effondrent lorsque Fabie apprend que ses parents sont morts. Cet événement dépouille brutalement la jeunesse de sa simplicité enchanteresse, confrontant le protagoniste à la nécessité de choisir sa propre voie – sur le plan émotionnel, mais aussi artistique. Une vie pleine de petits miracles sous le ciel de Naples s’est achevée. Y a-t-il un « alors », et si oui, comment l’écrire ?

Dire qu’en C’était la main de Dieu La nostalgie de Sorrentino pour le paradis perdu de sa jeunesse est en fait de ne rien dire. À sa manière typique, agrémentée d’une forte dose d’ironie et d’une caricature intelligente, l’artiste italien crée devant le spectateur un paysage de rêves et de désirs, enchantés ici dans les premiers soupirs d’amour, les ravissements sexuels, la fascination pour la Muse X ou encore dans une singulière tentative de contact avec des êtres supérieurs. Le réalisateur se confronte une fois de plus aux événements qui l’ont façonné, les enveloppant tantôt d’une chaude couverture de nostalgie, tantôt les disséquant selon la maturité ou le détachement froid que lui dictent les années qui passent. Il n’y a pas de grande beauté dans la vie ; il y en a plutôt de petits fragments, éternellement insaisissables, recouverts d’un voile d’oubli. Il convient de noter que, dans la plupart des cas, Sorrentino ne cherche pas à accentuer le sens des scènes individuelles, mais à plonger le spectateur dans une mer infinie d’émotions qui l’accompagnent – joie, tristesse, désir, solitude, espoir. Ce qui pour le créateur joue un rôle thérapeutique, pour la personne devant l’écran devient une invitation à participer au processus de cartographie de l’esprit du réalisateur. Où est né son amour pour le cinéma ? D’où vient son adoration pour l’exposition de diverses formes de beauté corporelle (et autre) ? Qui était sa première muse ? Pourquoi, dans ses films, le comportement exagéré à l’extrême de ses personnages est-il plus important que ce que l’on aurait pu imaginer ? Les réponses à ces questions viennent à côté du flot de souvenirs que Sorrentino tisse laborieusement devant nous. Oui, c’est un conteur consommé et un observateur attentif. Et en même temps probablement l’amant le plus sensible de la Muse X contemporaine.

La main de Dieu n’est cependant pas seulement une histoire sur le fait de grandir et d’accepter les traumatismes du passé. C’est aussi l’hommage le plus vrai que Sorrentino rend à sa ville bien-aimée et à son titan, Diego Maradona, celui-là même qu’il a remercié en recevant l’Oscar pour Grande beauté. La légende de l’Argentin, décédé cette année, est toujours vivante à Naples, et en se promenant dans les rues, on peut trouver des graffitis et autres peintures murales à son effigie. Mais le cinéaste va plus loin, en cherchant des éléments de surnaturel et de grotesque dans le transfert du joueur au SSC Napoli. Le ton dans ce domaine est donné par l’oncle Alfredo (Renato Carpentieri), qui compare le but marqué à la main par Maradona pour l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986 à la descente de Dieu sur terre ou à la vengeance de l’invasion des îles Malouines par la Grande-Bretagne. Il est symptomatique que peu de résidents de Naples dans le film de Sorrentino voient le deuxième but du même match, lorsque le divin Diego dribble la moitié de l’équipe adverse, puis envoie le ballon dans les filets. Les Italiens, dansant et applaudissant sur leurs balcons, ont fermé les yeux sur la beauté dans sa forme la plus pure, vivant dans l’illusion d’un moment magique et d’une justice historique auto-infligée. La vérité éclatera tôt ou tard, comme dans l’une des scènes finales, où la sœur de Fabie, qui est restée jusqu’ici en marge des événements principaux, éclate en sanglots devant la caméra. Cette catharsis tardive a un effet électrisant sur la réalité douce-amère esquissée par l’Italien.

Dans sa dernière œuvre, Sorrentino fait preuve d’une véritable virtuosité dans l’esposition des personnages et la création d’un vaste réseau de relations entre eux. Les personnages captivent immédiatement par leur excentricité, et le cortège d’excentricités ne pense pas à s’arrêter. Après tout, il y a Saverio, un employé de banque de haut rang, qui assure à tous qu’il est communiste. Sa femme, en revanche, est en avance sur son temps lorsqu’il s’agit de faire des blagues et autres farces à ses proches. Patrizia, d’une beauté statuaire, se déshabille même lorsqu’elle est entourée de sa famille, ce qui s’explique par sa maladie mentale. Et ce n’est qu’un début, puisque d’autres personnages se trouvent à jurer comme un cordonnier, à dépasser les limites du bon voisinage ou, en raison de leur obésité, à provoquer des commentaires sur « une baleine qui saute dans l’océan ». Sorrentino aime refléter ses protagonistes les plus proches, mais il guide également avec brio les membres de la distribution qui les interprètent. Scotti en particulier brille, mais il est rejoint par pratiquement tous les autres acteurs et actrices qui font ressortir l’authenticité des personnages paradoxalement habillés d’un corset de grotesque et d’exagération. Il est intéressant de noter que, contrairement à ses œuvres précédentes, le réalisateur réduit cette fois le pouvoir causal de la couche visuelle, de la mise en musique quasi inexistante et d’autres manipulations artistiques farfelues, ce qui l’aide à se concentrer pleinement sur les personnages et sur toute la palette des émotions parfois extrêmes qu’ils éprouvent. Le style de l’auteur est toutefois si unique que, même en déplaçant l’accent à l’intérieur de celui-ci, l’Italien reste lui-même : un maître inégalé de l’intimité artistique.

« Je suis déjà ailleurs, mais je me souviens encore ». – semble dire le maestro Paolo Sorrentino dans son nouveau film, dans lequel il entreprend un voyage vers sa propre jeunesse. C’était la main de Dieu fait penser à un service particulier ou à une cérémonie intemporelle, au cours de laquelle le réalisateur offre le plus grand sacrifice sur l’autel du cinéma : son âme. Mais ne comptez pas sur un quelconque exhibitionnisme artistique ou des astuces émotionnelles bon marché ; l’art avec un Italien s’écrit toujours avec un « S » majuscule. La main de Dieu captive par la légèreté de transmission caractéristique de l’artiste, l’aération et l’intimité magnétique des événements présentés, qui paradoxalement peuvent peser plus qu’une vie entière. Il y a quelque chose de captivant dans le fait que, dans les productions de l’auteur, la fusion de la fabulation baroque avec la sensibilité artistique, qui n’a pas d’analogues dans le monde de la 10e muse d’aujourd’hui, progresse à tel point que Sorrentino touche systématiquement à un élément divin indescriptible inhérent à l’art. Après tout, il est aidé en cela par les personnages évoqués ou montrés en C’était la main de Dieu maîtres : Federico Fellini, Franco Zeffirelli i Antonio Capuano. Grâce à cela, les histoires racontées par l’Italien coulent au rythme des paroles de la chanson mémorable du groupe Raz, Dwa, Trzy : « un ruisseau de foi agréable dans les miracles coule éternellement ». Ou dans la magie de la cinématographie, dont Paolo Sorrentino vient de donner une nouvelle preuve.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSI - l'indicateur technique le plus utilisé

RSI – l’indicateur technique le plus utilisé

Le Livre de Boba Fett - n'y a-t-il pas de bon et de mauvais ici ? Commentaire intéressant de l'actrice

Le Livre de Boba Fett – n’y a-t-il pas de bon et de mauvais ici ? Commentaire intéressant de l’actrice